Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Socialiste et  macro-économiste

Issu de Cambridge et élève d’Alfred Marshall, John Meynard Keynes emprunte aux marginalistes les concepts d’équilibre général et de courte période. Mais il appartient aussi à la Société Fabienne, qui regroupe les socialistes réformateurs anglais. A ce titre, il ne croit pas aux vertus habituellement prêtées à l’économie de marché par ses prédécesseurs néo-classiques.

Lire la suite...
2012 : ANNEE DU CHANGEMENT PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 09 Janvier 2012 01:00
En 2012, je vous promets le changement l www.libres.org

François Hollande l’a annoncé : « Le Changement, c’est maintenant ».

Bravo. Mais je veux être plus précis que le candidat socialiste, et je me fais un devoir de vous donner dans le détail la liste des bouleversements que vous allez vivre en 2012.

Vous allez changer de président, de majorité, de politique, de protection sociale, de fiscalité, de droit du travail, de système éducatif, de monnaie, Et votre environnement mondial aussi va changer : en Europe, en Amérique, dans les pays arabes et partout dans le monde.  

Un président à l’écoute des Français pourra enfin mettre fin à la crise. Il vous protègera, garantira vos emplois, assurera votre sécurité, et assurera le rayonnement de la France.

Pour le guider, une nouvelle majorité, indépendante de l’Elysée et de Matignon, vrai rempart des citoyens contre les abus de l’administration, va émerger des urnes et affirmera les valeurs de la liberté et de la responsabilité : finie l’ère des godillots de la Vème République.

La politique aura pour axe principal la réduction de la taille de l’Etat, grâce à la privatisation d’un grand nombre de services aujourd’hui publics. La production privée, qui ne représente aujourd’hui que 45 % du produit français, passera ainsi au-dessus de la barre des deux tiers. Le statut de la fonction publique ne concernera plus que les activités « régaliennes ».  

La protection sociale sera assurée désormais par des compagnies d’assurance et des fonds de pension, le monopole de la Sécurité Sociale aura été entamé et sera appelé à disparaître. Les entreprises françaises auront ainsi retrouvé leur compétitivité, les charges sociales ayant soudainement diminué.

La fiscalité sera de moins en moins progressive, le patrimoine et l’épargne ne seront plus taxés, les taux d’imposition seront abaissés, pour converger vers un taux unique, ce qui augmentera les recettes fiscales, libèrera les initiatives et encouragera la réussite et l’innovation.

Le droit du travail sera aligné sur le droit commun des contrats, la liberté d’embauche et de licenciement sera assurée, les grèves seront interdites dans les activités d’utilité générale, les syndicats seront responsables de leurs manifestations et ne bénéficieront plus des subventions publiques.

Le système éducatif retrouvera qualité et dynamisme grâce à la liberté rendue à l’enseignement privé, et au libre choix par les parents des établissements grâce à des chèques éducation. Les établissements publics pourront acquérir une autonomie budgétaire et pédagogique.

Enfin, la monnaie sera à nouveau le bon vieux franc, après la disparition de l’euro, qui n’aura pas résisté à l’inflation provoquée par les pressions des gouvernements sur la Banque Centrale Européenne sommée de monétiser une partie des dettes souveraines.  

L’Europe va d’ailleurs évoluer. Le centralisme et la bureaucratie de Bruxelles ayant fait la preuve de leur nocivité, les institutions de l’Union seront allégées pour faire de l’Europe une simple zone de libre circulation, un espace ouvert, et pas un gouvernement central. Au principe de l’harmonisation forcée sera substitué celui de la concurrence institutionnelle : les Etats moins fiscalisés, moins réglementés, moins étatisés, donneront à leurs nationaux des armes redoutables dans la compétition européenne.

Aux Etats-Unis, le nouveau Président s’engagera dans la voie de la réduction des déficits budgétaires et de la déréglementation fédérale. La croissance américaine ainsi retrouvée aura un effet d’entraînement sur l’économie mondiale.

Dans les pays arables, les partis islamistes au pouvoir s’arrêteront aux portes de la dictature théocratique. Les droits individuels et les chances de la liberté seront ainsi préservés.  

A la lecture de cette liste, vous aurez compris que rien ne va changer en 2012. Je me suis promené dans l’univers de l’utopie libérale. Ce ne sont pas des prévisions que je vous ai offertes, mais des vœux, qui ont toutes chances de demeurer des vœux pieux.

Au demeurant, il y a tant d’incertitudes sur tant de problèmes politiques, économiques, religieux, que la prospective de 2012 est réellement dans la brume. 

Cela n’autorise aucunement résignation ni pessimisme. Si généralement les années se suivent et se ressemblent, elles nous réservent parfois des changements historiques quand souffle le vent de la liberté. C’est l’action des hommes et des femmes de bonne volonté qui mène l’histoire de l’humanité vers le progrès. Nous sommes persuadés qu’à terme la liberté vaincra.

Il est bon de lever les yeux au ciel si on ne veut pas perdre de vue l’étoile polaire. La liberté redonne le Nord à une société déboussolée. En 2012 nous allons encore rêver au changement.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1322 du 16 mai 2017


Editorial : Un triste gouvernement centriste

Conjoncture : Faut-il reparler des retraites ?

Actualité  : Le 13 mai 2017 - Il ne faut pas désespérer Billancourt…ni la CGT

Spécial présidentielles  : Ecrit au lendemain de la victoire de Hollande, il y a cinq ans - L’Europe, terre d’élection pour Emmanuel Macron - Premier entretien avec Edouard Philippe - Emmanuel Macron serait-il Tony Blair ?

Lu pour vous : Pan sur le bec - Il y a libéralisme et libéralisme

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...