Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
G 20 : LA CROISIÈRE S’AMUSE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 15 Novembre 2010 01:00
 Titanic l www.libres.org

Ils sont venus, ils sont tous là. Après Washington, après Londres, après Pittsburg, ils se sont retrouvés à Séoul. La croisière autour du monde fait une nouvelle escale.

Le capitaine Sarkozy les accueille à bord du paquebot « World Summit », l’équipage a préparé l’accueil et les festivités. Obama et Hu Jintao ont des cabines de luxe sur le pont supérieur, les Européens ont réservé des premières classes, au grand mécontentement des émergents  qui sont relégués dans les ponts inférieurs.

Mais cette mise en scène masque difficilement la réalité : la croisière s’amuse, car il n’y a rien de très sérieux sur ce paquebot.

Amusement que d’espérer un accord entre pays qui ont des intérêts à l’opposé et qui ne sont pas disposés à les oublier. D’un côté la Chine et les Etats-Unis complices d’une manipulation de leur monnaie nationale : le yuan volontairement sous-évalué, le dollar volontairement déprécié par la mise en route de la planche à billets verts remise en marche par Ben Bernanke. D’un autre côté, les Européens qui dénoncent ces « dévaluations compétitives » pour masquer leur propre manque de compétitivité. Et encore les pays émergents qui ne veulent pas payer une facture de matières premières stipulée en dollar.

Amusement que de ne tenir aucun compte de la crise des finances publiques dans les pays occidentaux, Etats-Unis et Europe principalement, avec une dette colossale à gérer. Pendant le même temps les pays émergents ont des fonds d’investissements considérables, fonds souverains qui leur permettent de choisir ce qui leur plaît dans les pays endettés. Qui va prêter à qui, et à quel taux ? Les pays endettés peuvent-ils à la fois chercher à emprunter (curieuse façon de gérer une dette) et dénoncer l’envahissement financier ?

Amusement que de vouloir mettre en place un nouveau Bretton Woods et en finir avec la guerre des monnaies, alors qu’aucun système monétaire fondé sur des parités fixes n’a jamais pu fonctionner, et que toute promesse de respecter une parité officille fond comme neige au soleil dès qu’un Etat n’arrive plus à maîtriser sa monnaie, ou ne le veut plus.

Amusement que de vouloir instaurer un ordre financier mondial, voire une gouvernance économique planétaire, alors que le libre-échange des produits et la libre circulation des capitaux sont aujourd’hui irréversibles, et que le marché s’est déjà imposé comme le seul procédé de coordination de l’activité économique entre producteurs et consommateurs du monde entier.

Amusement que de croire en l’Etat, aux Etats, alors qu’ils n’offrent aucune solution, puisque ce sont eux qui créent les problèmes. 

Tout cela n’est pas sérieux, c’est une parade, une démonstration de prestige, une mise en scène pour faire croire d’abord que le marché mondial est en crise, ensuite que l’intervention des hommes politiques est indispensable.

Les politiques monétaires et les règles financières édictées par les Etats et les organisations internationales comme la Banque des Règlements Internationaux ont été à l’origine de la crise. Les Etats se sont empressés de se rassembler au sein du G20 pour prétendre gérer une crise qu’ils avaient provoquée. Le résultat de cette gestion, c’est une poussée mondiale du chômage dans tous les pays qui ont voulu relancer et stimuler, et une faillite des finances publiques. 

Aujourd’hui, pour être sérieux, il faudrait à coup sûr :

-         accepter la concurrence mondiale et en finir avec le protectionnisme, monétaire ou autre

-         chercher les recettes de la compétitivité dans la libération des marchés du travail et du capital, entravés par des réglementations qui tuent l’adaptation et l’innovation

-         diminuer les interventions de l’Etat pour limiter les dépenses publiques, et privatiser tout ce qui peut être réglé par la procédure marchande,

-         empêcher la guerre des monnaies par la privatisation et la dénationalisation de la production monétaire

Ce programme n’a rien d’idéologique, il est un simple retour aux lois éternelles et intemporelles de l’économie. Certaines de ses pièces ont déjà été mises en place par quelques gouvernants, plus avisés et plus instruits que d’autres. L’Allemagne a su garder sa compétitivité et son rang de deuxième exportateur mondial, elle a tenu le chômage dans une limite étroite, parce qu’elle a échappé aux sirènes de la relance et que ses entreprises ont pu garder leur flexibilité  L’Angleterre fait des coupes budgétaires drastiques et privatise à tout crin. Les financiers du monde entier organisent des réseaux de paiement et de crédit qui échappent au contrôle des banques centrales, et prennent les réglementations de la BRI (Bâle III) pour une peste dont il faut se prémunir. Fort heureusement, il y a dans le monde entier des millions de personnes qui travaillent, épargnent, entreprennent, et apprécient le bienfait de la mondialisation, source de développement et de promotion sociale. Des hommes en quête de progrès : voilà ce qui est sérieux.

Par contraste, le G 20 est un casino flottant. C’est le Titanic de l’économie mondiale. Tous aux chaloupes !

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...