Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
LES BLEUS DE FRANCE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 24 Mai 2010 01:00
 Les bleus l www.libres.org

Heureusement pour notre pays il y a les Bleus. Ils occupent les esprits dès maintenant, et ce sera encore plus intense dès que la Coupe du Monde aura commencé.

Apparemment, les Bleus sont la clé de la réforme des retraites.

Cela s’est vu au cours de ces derniers jours. L’attention de nos médias a été partagée entre d’une part les projets du gouvernement et des partenaires sociaux pour sauver de la faillite les régimes de retraite et d’autre part la liste des 30 proposée par Raymond Domenech. Par bonheur, les 30 sont devenus 24, et c’est le genou de William Gallas qui perturbe les agences de notation sportives, qui spéculent sur la forme de notre défenseur central.

D’ailleurs, en ce qui me concerne, vous pouvez constater que j’ai cessé de m’intéresser aux choses futiles comme l’avenir de la répartition pour me passionner pour la seule chose qui devra compter au cours des prochains mois : l’Afrique du Sud. Allez les Bleus.

C’est que l’équipe de France de football est plus amusante que le « débat » sur les retraites, qui a fini de m’intéresser. Il y a pourtant de franches parties de rigolade du côté de Woerth & Cie. La dernière blague en date est bien bonne : la taxation de l’épargne et des hauts revenus. C’est une idée qui a le mérite de rallier gouvernement et opposition. Une fois acquis le consensus pour saigner les riches de quelque 10 milliards d’euros, il n’y aura plus rien à dire – si ce n’est à se demander comment trouver les 100 milliards manquants. Réellement drôle.

Désopilante aussi la rhétorique sur la rigueur. J’ai bien compris qu’une contribution n’est pas un impôt. C’est très différent : si l’on modifie les tranches et les taux de l’impôt sur le revenu (IRPP) il s’agit bien d’un impôt, a priori non affecté à une dépense précise mais dont on comprend ici qu’il servira aux retraites. Mais si c’est une contribution « exceptionnelle » sur le revenu ou la fortune pour réduire le déficit des régimes de retraites, ce n’est plus un impôt et ce sera hors bouclier. D’ailleurs, pour faire bonne mesure, on va aussi augmenter la CRDS, la contribution au remboursement de la dette sociale (Rocard, 1991), qui alimente la CADES, Caisse d’Amortissement de la Dette sociale, chargée d’éponger les déficits du régime de retraites en 15 ans (jusqu’en 2021). La CADES a eu trop peu d’argent pour amorcer le moindre amortissement, mais elle en a eu tout de même assez pour… garantir des emprunts de l’Etat français. Là encore, scénario comique : c’est l’argent des retraites qui va combler le déficit de l’Etat !

Eh bien, malgré tout, je préfère encore m’intéresser au foot.

D’ailleurs Madame Aubry a percé mon secret, comme celui de millions de Français. Fine stratège, elle a tout de suite dénoncé la manœuvre Sarkozy : faire traîner la réforme pour annoncer un bouleversement total en plein milieu du Mondial, quand la France entière sera devant les écrans pour suivre les exploits des Bleus. Voilà donc que le magicien de l’Elysée pourrait régler en deux mois un problème lancinant depuis un demi-siècle. Mais non, chère Madame, je puis vous rassurer : dans deux mois il n’y aura pas eu de réforme, pas plus qu’il n’y en a eu pour le service minimum, ni pour vos 35 heures, ni pour l’ISF.

Il est vrai que Rue de Solférino vous avez pris votre temps pour accoucher d’une souris : taxer les riches (très original, et nettement plus audacieux que le projet gouvernemental), permettre aux retraités de poursuivre une activité pour bénéficier d’une surcote (idem), tout en restant attaché à un âge légal de 60 ans (le seul point de discordance avec la « droite »), enfin une très créative taxe sur les banques (marxisme oblige).

Non, en réalité, je crois que les Bleus ne peuvent être un recours dans cette affaire que s’ils accèdent au moins au podium, sinon au titre. Ce sera la seule façon pour les Français d’avoir quelque joie estivale, et d’oublier les vilaines affaires de retraites. Tout est donc dans les mains (peut-être aussi dans les pieds) de Thierry Henry et de ses copains. Allez les Bleus… 

Panem et Circenses : les empereurs romains avaient déjà trouvé la formule qui rend un peuple heureux. Le pain, c’est le pouvoir d’achat, on peut tenir encore quelques mois avant l’instauration des tickets de ravitaillement. Le gouvernement n’a-t-il pas envisagé des prix maximums pour des produits de première nécessité ? En route pour le marché noir et les « crimes économiques » ! En tous cas, une bonne dose d’inflation se présente devant nous. Quant aux jeux les médias nous offrent ceux du ballon rond. Allez les Bleus.

Il faut en arriver à un certain niveau de conditionnement et d’abrutissement collectifs pour voir un peuple vivre à l’heure de matches de football. Opium du peuple : c’était jadis la religion, si l’on en croyait Marx. C’est aujourd’hui n’importe quoi : le foot, le loto, les apéros géants, les raves parties, l’intifada urbaine, et autres amusements de la saine jeunesse. Mais cela peut-il durer ?

Je ne suis pas déclinologue, et me défends de l’être. Car, tout en mesurant les dangers qui pèsent sur la démocratie et la liberté, je continue à faire confiance aux vertus d’êtres humains libérés du joug de l’Etat. Les Français sont loin d’être dupes des farces politiques. La crise qui atteint aujourd’hui cet Etat providence, l’échec généralisé des gouvernants et des politiciens, la paralysie de notre économie : tout cela peut amener la majorité aujourd’hui silencieuse à réagir, à refuser le pain rationné, et à voir plus loin que la Coupe du Monde. Tous les Français ne sont pas des supporters du PSG, beaucoup déplorent que tout ne soit qu’affrontement, irréflexion, précipitation, manifestation. Il est temps de préparer le temps de la raison, du courage et de la concorde : c’est mon rôle, c’est votre rôle. Allez les libéraux.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1323 du 23 mai 2017


Editorial : Garder son sang froid

Conjoncture : Etat actionnaire : des privatisations en vue ?

Actualité  : Les Etats-Unis de retour au Moyen Orient

Spécial présidentielles  : Ce qui attendrait les Français après le 18 juin - La guerre du Code du Travail n’aura pas lieu - Hausse de la CSG : inefficace et injuste - Le programme des Républicains est-il attrayant ?

Actualité libérale

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...