Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’omniscience de Karl Marx

Le succès de Karl Marx tient sans doute au fait qu’il donne une réponse complète (fût-elle fallacieuse) à tous les mystères de la vie des hommes en société. Il parcourt – superficiellement - toute la connaissance scientifique de son époque.

Lire la suite...
UN NOEL ECOLO PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 14 Décembre 2009 01:00
 COPENHAGUE

Oui, je sais, je suis en avance pour vous présenter mes vœux de Noël. Mais ce n’est pas mon propos aujourd’hui.

Comme vous pensez à vos cadeaux et festivités de Noël, je voudrais vous éviter quelques désagréments. Il vous reste en effet quelques jours seulement pour préparer un vrai Noël, une fête que vous concevrez non pas pour vos enfants et petits enfants, mais bien pour la Planète, qui le mérite bien.

Je suis en effet tombé par hasard sur une passionnante émission de radio où j’ai entendu une charmante experte donner tous les détails d’un Noël réellement écolo. Elle a relevé toutes les erreurs habituellement commises par des familles inconscientes, insouciantes, et elle a expliqué comment on peut renoncer à certaines pratiques barbares pour accéder au bonheur complet d’une humanité enfin réconciliée avec la nature, les essences et les espèces. 

A éviter absolument : les éclairages, guirlandes, ampoules traditionnelles de couleurs, bougies, chandelles. La guirlande sur le balcon, c’est la consommation normale d’électricité de trois semaines. Placée sur l’arbre de Noël elle ne représente plus que deux semaines, mais c’est trop.

D’ailleurs, attention à l’arbre de Noël ! D’abord ne jamais choisir un arbre de provenance étrangère (comme le célèbre Nordmann), parce qu’il a fallu le transporter, donc dépenser de l’énergie fossile et rejeter du CO2. Essayer de s’approvisionner localement – préférer par exemple le sapin de Sarcelles plutôt que celui des Vosges si vous habitez la région parisienne. Ensuite, ne pas mettre stupidement l’arbre de Noël dans votre appartement. Puisque vous avez été complices de la déforestation, il vous appartient de planter votre arbre dans votre jardin (ce qui est évidemment simple pour toutes les familles habitant le sixième étage sur cour). A la limite on acceptera la plantation en pot. Mais la solution idéale est d’acheter un arbre artificiel, que l’on gardera bien emballé d’une année sur l’autre, et qui au bout de sept ans aura réellement économisé du CO2.

Au pied de l’arbre, ou dans les souliers devant la cheminée, ne mettez pas n’importe quoi. Tous les jouets importés sont à proscrire ; non seulement ils ont été transportés à grands coups de kérosène, mais ils ont été faits de matières plastiques dérivées de produits fossiles, et de plus ils ont été en général fabriqués en Chine, un pays qui marche au charbon. Les jouets en bois sont plus naturels, mais ils contribuent à la déforestation : on vérifiera qu’ils sont d’origine française, et ni amazonienne ni africaine.

C’est maintenant le moment de passer à table. Le choix de la viande est important. Pas de problème pour la traditionnelle dinde, voire même pour le chapon : les volailles sont préférables à la viande de bœuf, car la chétive pécore est enflée de CO2. Les légumes et fruits doivent être bios : tout ce qui est bio est écolo, puisque ce sont en général des produits locaux, donc non transportés, et les paysans ne les ont pas arrosés de pesticides polluants. Pour des raisons que je n’ai pas totalement comprises, les huîtres seraient l’aliment le plus satisfaisant ; peut-être les huîtres de claires ont-elles une transparence due à leur traçabilité – un concept écologique important. Il y a à l’inverse de fortes réticences à l’égard du foie gras : le gavage des oies et canards relève de la barbarie, et les producteurs utilisent un maïs dont on sait qu’il est très souvent transgénique. 

Je vous vois venir. Vous allez m’accuser de mauvaise foi, en vous disant que tous ces « conseils » sont sortis de mon imagination féconde et de mon esprit partisan. Je vous assure cependant que je n’ai rien inventé : j’ai réellement entendu toutes ces choses, même si je les ai épicées de quelques pointes d’humour vert.

J’aurais d’ailleurs facilement pu ajouter à ces recommandations quelques autres de mon crû. Par exemple, il faut supprimer le réveillon, car il représente un gaspillage d’électricité inacceptable, à moins que vous ne le déplaciez au cours de l’après midi. De même la messe de minuit devrait être supprimée, celle du jour de Noël est bien suffisante (que vient faire d’ailleurs une messe pour la Noël ?). Pour faire vos courses de Noël, n’utilisez que les transports publics. SNCF et RATP vous communiquent gracieusement les jours et heures où il n’y a pas de grève. Enfin, n’oubliez pas d’offrir à ceux que vous aimez des billets de cinéma pour aller voir le film de Nicolas Hulot ; vous ferez en même temps une œuvre charitable, car vous le sauverez de la faillite. Le cinéma est d’ailleurs de façon générale préférable aux DVD regardés à la maison, car les loisirs en commun sont moins consommateurs d’énergie que les longues heures passées devant la télévision familiale. Transports et loisirs doivent devenir des consommations collectives : une façon de renforcer notre identité nationale. 

Pour conclure, je voudrais cependant donner à mon tour à cette dame experte et aux verts de toutes couleurs quelques conseils pour sauver « ma terre » (comme le dit une publicité bien pensée de Renault, pas bête du tout). Je me suis laissé dire qu’à l’occasion du sommet de Copenhague, les demandes de limousines pour transporter honnêtement les personnalités du monde entier avaient été si élevées que l’on a acheminé vers le Danemark tout le parc de l’Europe : il n’a pas fallu moins de 1.400 limousines. La délégation française, à elle seule, a besoin de 42 de ces véhicules mythiques, symboles de la voiture écologique et populaire. Par comparaison, la demande de voitures électriques a culminé à 5 (vous avez bien lu : cinq). 140 jets privés vont atterrir et décoller de l’aéroport de Copenhague, beaucoup d’entre eux sont possédés ou loués par quelques vedettes d’Hollywood, qui auront fait le pèlerinage de Copenhague depuis Los Angeles. Plus d’un millier de vols plus modestes et heureusement collectifs sont programmés. 30.000 défenseurs héroïques de la planète passeront plusieurs jours et plusieurs nuits à surconsommer de l’énergie – il est vrai que pendant ce temps ils ne seront pas au travail chez eux, donc ils freinent le taux de croissance. Tous ne sont pas venus à vélo. Quant à l’eau des douches et baignoires des hôtels, aux feux des fourneaux des restaurants, aux lumières de la rampe, inutile de dire les tonnes de carbone (non taxées) et le gaspillage de ressources naturelles que cela représente.

Ma recommandation aurait donc été d’annuler purement et simplement le sommet de Copenhague. Mais il est vrai que l’activité des hommes d’Etat, des prophètes de malheur et des sauveurs de la planète compense largement toutes ces pollutions. Dommage qu’elle ne nous épargne pas la pire des pollutions : la pollution intellectuelle.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1340 du 8 novembre 2017

Editorial : Harcèlement : plan d’urgence ou profonde conversion ?
Actualité
:
Macron : 6 mois de théâtre - Trump : un an de «bashing» - Le vrai scandale des «Paradise Papers» - Hulot : 6 mois de recul
Connaissance du libéralisme :
La dévolution des biens matériels
Lu pour Vous :
Le bulletin de l’ALEPS


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...