Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
UNE ENERGIE DEBORDANTE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 15 Juin 2009 01:00
 Energie

Notre bon Président fait preuve depuis deux ans d’une énergie débordante. Il est sur tous les terrains, il ouvre tous les dossiers, il organise et suit tous les évènements. Il a un don d’ubiquité, il tient tous les propos devant tous les publics, adaptant les propos aux publics comme il se doit. Il a été l’artisan du G 20, un Président de l’Union Européenne qui a bousculé Bruxelles endormie, un hôte d’Obama. Il n’y a rien d’étonnant à ce que sa cote d’amour dans les sondages soit toujours élevée : c’est un Président que l’on voit, que l’on entend, qui s’agite, s’insurge, qui promet, qui propose. Bref, un véritable entrepreneur politique.  

Mais je suis encore davantage admiratif devant sa nouvelle passion : l’énergie renouvelable. Certes, il avait toujours affirmé son soutien à Jean Louis Borloo, et il avait revendiqué la gloire du Grenelle de l’environnement. Sans doute avait-il apposé sa signature au bas du document rédigé par Nicolas Hulot au moment de la campagne électorale. Mais tout cela pouvait passer pour simple manœuvre politique.

Maintenant Nicolas Sarkozy semble être passé de la manœuvre à la passion. Il s’est réellement converti à la religion verte, et il a la foi des néophytes. Du coup, toute la France se trouve au vert.

 Vert de vert chez les amoureux des petits oiseaux, des fleurs, des produits bios, ennemis de l’automobile, des pesticides et de la chimie. Descendants tantôt de François d’Assise tantôt de Malthus, ils jugent la nature tantôt merveilleuse, tantôt ingrate. Ils s’érigent en protecteurs de la planète. Ils sont volontiers pessimistes sur la nature de l’homme, mais plutôt optimistes sur les initiatives des Etats.

Vert de rouge chez les marxistes qui ont pris le masque du développement durable au lendemain de la chute du mur de Berlin, à la conférence de Rio en 1992. Ils tiennent aujourd’hui leur revanche. Les Cohn Bendit, Mamère, Bové et Eva Joly ont persuadé l’opinion publique que la planète était menacée par le capitalisme pollueur, injuste, exploiteur. La nouvelle lutte des classes se serait déplacée entre le Nord et le Sud. Au Nord les nations bourgeoises ivres de croissance et de profit, au Sud les nations prolétaires obligées de piller la nature et tenues dans la misère par la mondialisation.

Nicolas Sarkozy, lui, est à la tête des verts de gris, de ces écologistes qui font dans le terne, le triste, le politiquement correct. Leur texte de référence c’est le Grenelle, on y écrira d’ailleurs très bientôt des  pages nouvelles, pour expliquer qu’il y a plus de mer que de terre à la surface de la planète.

Tout cela ne serait que spectacle si le Président n’en faisait un vrai programme de gouvernement. Tout d’abord, il ne cesse de prôner, en écho de son Ministre de l’Environnement, que l’on doit passer à la croissance verte, remède à la crise financière et économique, tandis que les emplois verts vont résorber le chômage. Financement annoncé avec fierté : 460 milliards d’euros, mais qui vont certainement nous rapporter beaucoup plus.

Depuis son discours d’Annecy, le Président a engagé la France dans un nouveau défi : être pionnière en matière d’énergie renouvelable, comme elle l’a été jadis en matière d’énergie nucléaire avec De Gaulle. De Gaulle, c’était l’atome, Sarkozy c’est les éoliennes. Ce défi devient vite réalité fiscale. On va d’abord soumettre très vite au Parlement le principe d’une taxe sur les énergies fossiles : les entreprises paieront pour l’usage intensif du charbon, du gaz, du pétrole. L’électricité pose problème, à cause de ses origines diverses. Voilà au passage de quoi compenser les pertes de recettes dues à la suppression (promise) de la taxe professionnelle. Quant à l’effet sur le pouvoir d’achat des gens qui ont le malheur de se déplacer et de se chauffer, il sera restauré par des allocations distribuées aux familles les plus pauvres. On leur rend l’argent qu’on leur a pris.

Vient ensuite la taxe sur les importations en provenance de pays qui font du « dumping environnemental », tous ces pays européens qui ne font pas l’effort de la France pour résorber les émissions de CO2 (nous aurions baissé ces émissions de 25%, dit-on). Ceux qui verraient ici une nouvelle mesure protectionniste sont certainement de mauvaise foi. On verra d’ailleurs avec quel empressement les nouveaux parlementaires européens suivront l’idée française.

Il va de soi que ce choix des énergies renouvelables est insensé à tous points de vue : injustifié, impraticable et liberticide.

Injustifié parce qu’il s’appuie sur trois arguments fallacieux : le réchauffement du climat (qui n’est ni uniforme, ni nouveau, ni dangereux), l’origine humaine de ce réchauffement (ce que démentent l’histoire et l’astrophysique), la responsabilité du système économique marchand (ce qui n’est évidemment que pure idéologie, mais c’est bien là qu’on veut en venir).

Impraticable, parce qu’il est impossible d’attendre des éoliennes ou des bio carburants qu’ils remplacent les énergies fossiles, et que le coût de l’énergie renouvelable, quand elle peut être utilisée, est dix fois supérieur à celui de l’énergie fossile.

Liberticide, puisque les particuliers et les entreprises seront contraints par la réglementation et la fiscalité d’en venir là où les gouvernants et les « experts » veulent les mener. Comme le dit Vaclav Klaus, c’est la police verte qui est en perspective. Ce qui est en danger ce n’est pas le climat, c’est la liberté. 

Je l’ai déjà dit : les abstentions massives ont concerné par priorité l’électorat dit « de droite » qui a porté Nicolas Sarkozy au pouvoir, tandis qu’au sein de la gauche il n’y a eu qu’un simple déplacement de voix, au détriment du PS et du Modem. On pouvait supposer que Nicolas Sarkozy avait été un fin stratège en flattant les verts pour mieux casser les socialistes. La manœuvre aurait dû cesser dès le soir du 7 juin. Il n’en a rien été : on est reparti tête baissée dans la voie verte, et on presse le pas.  

A ce compte, je ne sais pas si l’énergie débordante du Président sera durablement renouvelable. Nicolas Sarkozy court le risque d’une énergie de substitution, même avant 2012.   

 

Veille de campagne

Flashes du jour

Fort heureusement, la mise en examen de Pénélope Fillon, à la suite d’une instruction « à charge » et d’une « célérité inhabituelle » (Me Cornut-Gentil) a eu peu d’écho puisque les médias ont été occupés à commenter : le choix de Valls, la lettre de divorce des Anglais avec l’UE, la défaite de la France face à l’Espagne.

 

Lire la suite...
 
Manuel Valls votera Macron

(Bourdin, 8 :30) : ce n’est pas un ralliement (dont visiblement Macron déclare n’avoir rien à faire, il reste le « maître de l’horloge »), mais un devoir national pour barrer la route à Marine Le Pen.

 

Lire la suite...
 
L’île de la Guyane

Macron a évoqué « l’île de Guyane » : ignorance ou lapsus ? A trop parler on finit par dire n’importe quoi. Voilà de quoi inspirer confiance !

 

Lire la suite...
 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : L’illusionniste

Conjoncture : Le CAC à 5000 : reprise ou bulle ?

Actualité  :Angela Merkel ne sa laisse pas impressionner - Ecosse, Irlande : les dégâts collatéraux du Brexit - Quelles leçons des élections aux Pays-Bas ?

Spécial présidentielles  : La campagne serait-elle enfin commencée

Actualité libérale  : Davantage présents dans la campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...