Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Le fondateur de l’école autrichienne

Carl Menger est souvent associé à Stanley Jevons et Léon Walras comme l’un des piliers de la « révolution marginaliste » qui a fait rupture avec le classicisme anglais de Ricardo et Mill. Il est vrai qu’il cherche, comme ses contemporains, à rendre compte de la rationalité des choix individuels.

Lire la suite...
DEUX ANS D'ACTIVISME EUROPEEN PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 11 Mai 2009 01:00
 Jeu des 28 familles européennes

Deux ans à l’Elysée : tout le monde a dressé son bilan à sa manière. Le Président a tellement d’énergie et prend tellement d’initiatives que les commentaires ont été naturellement divers et contrastés. Nul ne conclut à l’échec complet, et nul ne croit à un total succès. 

Pour ma part, j’évoquerai rapidement le Président politicien, le Président réformateur, le Président diplomate, pour m’arrêter plus longuement au Président européen.

C’est le Président politicien qui a incontestablement obtenu les meilleures performances, et cela se transcrit dans les sondages. Il a pulvérisé la gauche – il est vrai en implosion chez les socialistes. Mais n’est-ce pas l’extrême gauche qui en profitera ?

Le Président réformateur a été plutôt décevant. D’une part il n’a pas su neutraliser les syndicats ni tous les privilégiés qui s’opposent à toute réforme. Au prétexte de donner dans le social, il s’est cru obligé de se proclamer refondateur du capitalisme, partisan du partage des profits, moralisateur du patronat.

Comme le relève l’OCDE dans son très récent rapport, la dérive des finances publiques est totale. Vous lirez la notice qui accompagne votre feuille d’impôts et vous verrez que pour un budget de 300 milliards il y a 100 milliards de déficit. La sortie est évidemment dans la dette publique. Elle a grimpé de 20 points d’un seul coup (passant de 65 à 85% du PIB) et un calcul plus rigoureux la situe autour de 200% du PIB. La dette sociale vient s’y ajouter. L’OCDE pense que le déficit budgétaire atteindra 8% du PIB (nous en somme à 6 pour l’instant). Autre non-réforme : celle du droit du travail, les conditions d’embauche et de licenciement sont toujours aussi pénalisantes pour ceux qui cherchent un emploi, et pour les entrepreneurs aussi. D’autre part rien n’a été fait dans le domaine de la Sécurité Sociale, qu’il s’agisse des retraites ou de l’assurance maladie. Quant à l‘Education Nationale et aux Universités, elles sont dans la rue, la jeunesse est gaspillée. Faut-il saluer, comme le font les socialistes, la réussite du Grenelle de l’environnement ? C’est surtout une victoire pour les Verts-rouges.  

Quid du Président diplomate ? L’élection d’Obama a permis un rapprochement avec les Etats-Unis – mais autour d’une philosophie de New Deal. La réintégration de l’OTAN n’a pas grande signification. Les positions au Moyen Orient ont été marquées du sceau de l’ambiguïté, tout comme les relations avec la Russie de Poutine. 

Reste l’Europe, et Nicolas Sarkozy a tiré gloire de son passage à la tête de l’Union Européenne, estimant qu’il avait fait faire un grand pas en avant à l’Europe de son choix.

L’Europe de son choix, c’est celle du traité de Lisbonne, corrigé par l’axe Paris-Berlin et, dit-on depuis quelques jours, Paris-Berlin-Madrid. La Président rêve d’un Directoire dont il serait le Premier Consul. Il a certes dépensé beaucoup d’énergie, et les gens de Bruxelles ou Strasbourg, les autorités de la Commission ou du Conseil ont été surpris par tant de discours et d’initiatives. Il y a eu sommets sur sommets, au niveau de l’Euroland, ou au niveau de l’Union entière. Mais qu’en est-il au juste, ne s’agit-il pas d’activisme plutôt que de progrès ? 

En dépit de la complicité apparente d’Angela Merkel, il n’y a pas eu de plan européen de relance. A mes yeux, c’est tant mieux : on a assez fait de sottises au niveau national pour en rajouter au niveau européen. En revanche, l’axe Paris-Berlin a apparemment remporté une victoire au G20, à la suite de l’ultimatum lancé par notre Président en ce qui concerne la réforme du système monétaire international. Mais qu’en reste-t-il au juste ? Une remise en selle du Fonds Monétaire International, dont on se demande bien ce qu’il peut faire pour résorber la crise. La fameuse liste des paradis fiscaux a été raccourcie drastiquement parce que Chinois, Anglais et Américains n’en voulaient pas. Tant mieux. 

En fait l’Europe n’a jamais pu parler « d’une seule voix », et la mise en place d’une diplomatie unique n’est pas pour demain. Les nouveaux venus dans l’Union, qu’il s’agisse des Tchèques ou des Polonais, n’ont pas du tout la même approche de l’Europe que celle des Français. Les Anglais sont également très réticents à l’égard d’un pouvoir fort à Bruxelles. Italiens et Espagnols ont assez à faire avec leurs problèmes nationaux. 

Le traité de Lisbonne lui-même, en dépit de ce qui se dit en France dans les discours officiels, bat sérieusement de l’aile. Sans doute le Sénat Tchèque vient-il d’approuver le traité, mais le Président Vaclav Klaus ne veut pas contresigner le texte parlementaire – pas du moins avant que les Irlandais ne se soient prononcés. La situation est exactement la même en Pologne, où le Président Lech Kaczynski reçoit un soutien populaire pour son « souverainisme ». En Belgique, le Conseil Constitutionnel a été saisi d’une plainte et ne s’est pas encore prononcé. De même pour l’Allemagne : la Cour de Karlsruhe doit se prononcer sur la constitutionnalité du traité de Lisbonne, et le président Horst Köhler n’a pas ratifié le traité. Enfin l’Irlande mène la fronde, les difficultés économiques vont-elles influencer les Irlandais ? 

Il serait donc hasardeux de croire que l’affaire de l’Europe est dans le sac, et que Nicolas Sarkozy a aplani toutes les difficultés. Le tollé déclanché par son discours sur la Turquie montre bien que rien n’est définitivement joué. Personnellement, comme je n’ai aucune sympathie pour le traité de Lisbonne et de façon générale pour l’Europe politique, je ne m’en désespère pas. Mais le fait est que le vrai choix européen, trop souvent caché aux électeurs, reste encore à faire : entre l’Europe puissance et l’Europe espace, entre un gouvernement continental et un marché ouvert, entre l’Europe de la centralisation et celle de la concurrence, entre l’Europe des politiciens et celle des Européens. Peut-être ce choix apparaîtra-t-il en toute clarté d’ici le 7 juin. Nous y reviendrons.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1333 du 12 septembre 2017


Editorial : Pourquoi les Français n’aiment pas les réformes

Connaissance du libéralisme : Le renard libre dans le poulailler libre - La loi, la liberté et le droit - Droit,morale et religion

Avis à nos lecteurs : 8ème Week end de la Liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...