Commandez

Jacques Garello l www.libres.org

Lettre ouverte aux retraités actuels et futurs, cet opuscule est un véritable condensé de tout ce que Jacques Garello a écrit sur le sujet. A lire absolument si vous vous interrogez sur le futur du système des retraites par répartition.

130 pages, 12€

Bulletin de commande

Portait

 

Economiste classique

Contresens sur la valeur travail

Adam Smith avait créé une ambiguïté en juxtaposant trois lectures de la valeur travail : travail incorporé, travail épargné, travail échangé. Ricardo va lever l’incertitude en choisissant la valeur du travail incorporé, malheureusement la mauvaise !

Lire la suite...
TRANSITION VERS LES RETRAITES DU FUTUR PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 18 Mai 2009 01:00
 Retraites du futur

Je viens de mettre la dernière main au dernier volume de la trilogie que j’ai consacrée au lancinant, récurrent et dramatique problème des retraites en France, intitulée "Retraites du futur et futur des retraites. La Transition". Je l’ai commis en compagnie de mon ami Georges Lane, qui a lui-même beaucoup publié sur la Sécurité Sociale.

Dans une trilogie la qualité n’est pas toujours homogène. Si l’on s’en réfère à Pagnol, Marius et Fanny sont certainement de meilleure facture que César.

Notre Marius (premier tome) c’était le diagnostic du système actuel, fondé exclusivement sur la répartition. Aucun futur pour ces retraites, les cotisations ne cesseront d’augmenter et les pensions de diminuer pour une raison élémentaire : un système où les actifs payent pour les retraités ne peut survivre au vieillissement de la population. Ce diagnostic fait d’ailleurs l’unanimité des observateurs, mais appelle des réactions différentes : les uns croient que l’on peut « bricoler » le système pour assurer la survie, mais les autres (dont nous sommes) savent que l’explosion peut être retardée de quelques mois, mais se produira de toutes façons.

Notre Fanny (deuxième tome) portait sur la capitalisation, et la façon dont elle s’invite dans les systèmes de retraites d’un très grand nombre de pays, allant parfois, comme au Chili, jusqu’à la disparition complète de la répartition. Notre étude a porté sur 37 pays, et a décrit les modalités diverses d’une transition tantôt progressive, tantôt brutale vers la capitalisation. En même temps nous nous étions astreints à une pédagogie de la capitalisation, car en cette période de crise financière, l’argument massue veut que les fonds de pensions soient ruinés et les futurs retraités avec eux – ce qui est totalement faux.

Avec notre César nous nous sommes posés deux questions plus précises : pourquoi pas en France ? Comment devraient s’y prendre des réformateurs enfin lucides et décidés ? Nous avons examiné toutes les spécificités françaises : un vieillissement prononcé (mais nous ne sommes pas les seuls), un niveau de pensions relativement élevé en valeur absolue (d’autres pays comme la Grande Bretagne ont amorcé la transition à partir de retraites minimales), un endettement très lourd. Mais rien pour autant ne justifie le statu quo. Pour nous les deux raisons pour lesquelles on ne fait rien de significatif en France (en dépit des discours lénifiants) sont la pression politique et l’ignorance économique.

La pression politique est celle de groupes qui n’ont aucun intérêt à changer parce qu’ils échappent (du moins le croient-ils) aux perspectives du régime général, bénéficiant de privilèges rassurants : salariés du secteur public et fonctionnaires. Les hommes politiques ne veulent pas courir le risque de compromettre la « paix sociale » (très relative en ce moment !) ni leurs chances dans les prochaines consultations électorales (et il y en a toujours une). En d’autres termes, il n’y a pas de stimulant politique, il n’y a pas de courage politique.

L’ignorance économique vient de ce que ni les salariés ni les dirigeants ne connaissent les coûts du système actuel, et la nullité des performances de la répartition. De même ils ne savent rien des perspectives de la capitalisation, de nature à relancer l’économie plus sûrement que tous les plans gouvernementaux. Car la capitalisation signifie le retour au travail, le retour à l’épargne, le retour à la responsabilité. C’est un vrai changement de société, de nature à accélérer la croissance.

Ces vérités apparaissent à l’évidence quand on observe les expériences étrangères. 

Avec l’IREF et Contribuables Associés, j’ai invité à Paris José Piñera, le « sorcier chilien », qui est sans doute l’expert mondial numéro un des problèmes de la transition. A la différence d’autres économistes, mais tout comme nous, il est persuadé que la transition n’est pas un problème technique, mais un problème politique. Lui a eu le courage de « prendre le taureau par les cornes » et aujourd’hui le Chili, et tous ceux qui ont réalisé la transition, se trouvent dans une situation économique remarquable mais, plus encore, ont permis à leurs citoyens de se libérer de la bureaucratie administrative, syndicale ou patronale. La transition rend aux hommes leur indépendance et leur dignité : ils travaillent pour leur futur, pour leur famille, parce qu’ils ont la liberté de choix et de gestion.

J’espère qu’à la différence de Pagnol, j’aurai mieux réussi mon César.  

Retraites du futur et futur des retraites

Le livre est disponible à la Librairie de l’Université d’Aix en Provence www.aix-provence.com. Vous pouvez aussi vous le procurer auprès de Contribuables associés www.contribuables.org.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1318 du 18 avril 2017


Editorial : 23 avril : fête de la Miséricorde

Conjoncture : Diminuer les charges sociales

Actualité  : Turquie : la dictature est en place - Trump contre Kim Jong-Un

Spécial présidentielles  : Pourquoi nous, économistes, soutenons Fillon - Fillon - Macron : comparaisons

Lu pour vous  : Sur le site libres.org : veille de campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...