Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

Les sentiments, bases de la société

Charles Fourier a inspiré Proudhon, mais Marx l’a méprisé. Marx l’économiste rejettera avec violence les « utopies » des Français, construites en ignorance totale des lois de l’économie. Il est vrai que Fourier part du principe qu’une société ne peut être harmonieuse que si elle rencontre les sentiments des individus.

 

Lire la suite...
LE TRAVAIL PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 27 Avril 2009 01:00
 Le bon pasteur

Puisque cette Lettre vous parviendra à la veille de la Fête du Travail, parlons-en. C’est d’ailleurs un sujet qui ne me fatiguera pas : il faut économiser son travail, c’est une chose précieuse. Vous me pardonnerez sans doute cette poussée de fainéantise, et la masse de banalités que je vais vous asséner. Mais je n’ai pas voulu non plus user vos méninges, vous avez besoin de tous vos moyens pour défiler le 1er Mai aux côtés de vos camarades syndiqués.

Le travail punition, rédemption, création ? Voilà déjà une interrogation décisive.

« Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front » : le travail est souvent pénible, il nous fait suer. Il est la punition de l’homme coupable du péché originel : au lieu d’un paradis sur terre, d’un monde d’abondance, nous voici condamnés à la rareté, c'est-à-dire à l’économie (« l’économie d’abondance » n’existe que dans les utopies). « Travaillez, prenez de la peine » : nous n’y coupons pas. Nous pouvons en tirer une première leçon : sachons accepter l’effort, car nous n’en serons jamais dispensés, il y aura toujours quelque rareté qui guette l’être humain, éternel insatisfait. Le travail ne cesse que lorsque le besoin disparaît.

Il est vrai, comme disait Bastiat, que depuis qu’ils ont été condamnés à gagner leur pain, les hommes ont aussi cherché à le gagner à la sueur du front des autres. Mais est-ce possible aujourd’hui, se demandait le grand économiste français ? Pendant de nombreux siècles, l’esclavage était une solution efficace, mais il est aujourd’hui aboli. Le vol est toujours pratiqué, mais il est dangereux, risqué et réprimé. Il ne reste, disait Bastiat, qu’un seul moyen simple : l’Etat, « cette fiction sociale à travers laquelle tout le monde cherche à vivre aux dépens de tout le monde ». Il est vrai que la pratique de la redistribution, base de la société d’Etat Providence,  permet aux uns de profiter sans effort du travail des autres. La France est devenue un pays où prospèrent privilégiés et parasites, entretenus avec nos impôts, vivant de notre activité. 

Se priver du travail est pourtant un mauvais calcul. Dans la vision chrétienne dominante à partir du Haut Moyen Age, l’homme au travail trouve dans son activité l’occasion de racheter le paradis perdu, de démontrer son aptitude à faire autrement, à se libérer de son enveloppe de pécheur, et à œuvrer pour son salut. Le travail devient rédempteur, il redonne à l’homme sa dignité. Il est vrai qu’un être humain sans travail a un sentiment d’exclusion : il ne participe pas à la vie commune, il ne peut exprimer son talent, il a perdu son droit naturel à l’initiative. Il a vite le sentiment d’être à charge, de ne pas être au niveau. C’est sûrement ce qu’il y a de plus dramatique dans le chômage, car s’il y a quelques chômeurs « professionnels », dont le travail consiste précisément à vivre du travail des autres, la grande majorité des chômeurs n’aspire qu’à retrouver un emploi qui lui redonnera sa place dans la société, dans l’entreprise, dans la famille. Le chômage est un scandale public, car d’une  part il a pour origine essentielle les interventions publiques, et d’autre part il existe des moyens éprouvés de l’éliminer. 

Le travail dont est privé le chômeur est l’occasion de créer, il traduit la vocation des hommes à « dominer la terre », c'est-à-dire à vaincre les raretés pour satisfaire les besoins humains. Créer de la richesse, c’est aller au devant de ce que veulent les autres, et l’échange est la base de l’économie : il met en œuvre les complémentarités entre tous les talents individuels. Dans l’échange le travail des uns se coordonne avec celui de autres grâce aux signaux de rareté ou d’abondance émis par le marché à travers les prix et les profits, signaux captés par les entrepreneurs, véritables coordonnateurs des activités destinées à l’échange. Le travail devient ainsi service. Créer c’est rendre service aux autres. J’aime bien ce slogan publicitaire : les besoins des uns font le travail des autres.  

De ces visions du travail, peut-on en déduire que la « valeur travail » est la seule qui soit, peut-on en venir à un « travaillisme » très à la mode ? Voilà une autre interrogation décisive. 

En fait, « le travail » est un terme ambigu. N’est pas travailleur seulement « celui qui travaille » (le salarié par opposition au patron, le retraité par rapport à l’actif, l’actif par rapport au chômeur). Nous sommes tous des travailleurs, en ce sens que nous menons tous une action humaine en relation avec les autres. Le travail n’a pas une valeur intrinsèque, il ne prend de valeur que par sa destination : faire quelque chose pour les autres. 

Le marxisme et le travaillisme ne connaissent que deux statuts sociaux : celui du travailleur prolétaire et celui du capitaliste bourgeois. La lutte est engagée entre eux, ce que gagne l’un est perdu par l’autre : aliénation, exploitation, paupérisation. Leur erreur vient des économistes classiques anglais du XIXème siècle : un bien n’aurait de valeur que par le nombre d’heures de travail qu’il a coûté. Cette valeur travail serait donc objectivement mesurable. L’école française et notamment Frédéric Bastiat, a considéré la valeur d’un bien comme purement subjective, dépendant des besoins respectifs de celui qui le produit et de celui qui le consomme, et ne pouvant être révélé que dans les termes de l’échange. C’est le service échangé qui fait la valeur, pas le travail. La rareté est toujours subjective et circonstanciée. Un verre d’eau pure a plus de valeur à Tombouctou qu’à Evian, et à Evian même il a plus de valeur pour quelqu’un qui a soif que pour quelqu’un qui vient de boire.  

Ainsi le 1er Mai devrait-il être considéré comme la fête du service, ou la fête du marché. On considérerait peut-être enfin l’économie pour ce qu’elle est vraiment : non pas une lutte, mais une mutualité. Fin de mon travail.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1333 du 12 septembre 2017


Editorial : Pourquoi les Français n’aiment pas les réformes

Connaissance du libéralisme : Le renard libre dans le poulailler libre - La loi, la liberté et le droit - Droit,morale et religion

Avis à nos lecteurs : 8ème Week end de la Liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...