Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’omniscience de Karl Marx

Le succès de Karl Marx tient sans doute au fait qu’il donne une réponse complète (fût-elle fallacieuse) à tous les mystères de la vie des hommes en société. Il parcourt – superficiellement - toute la connaissance scientifique de son époque.

Lire la suite...
TURBULENCE FINANCIÈRE OU CRISE POLITIQUE ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 06 Octobre 2008 01:00
 Turbulences financières

Le débat sur la situation financière mondiale et sur la façon de la gérer tourne autour de l’idée que nous vivons actuellement la crise la plus profonde que les pays riches aient traversée depuis 1929. Même quand ils se veulent rassurants, gouvernants et médias partent du postulat que si rien n’est fait, on s’achemine vers l’apocalypse économique.

La réaction des Sénateurs Républicains à propos du plan PAULSON m’a pourtant conduit à une autre lecture de l’actualité. En quelques heures les bourses mondiales ont réagi positivement.
Un conflit n’était-il pas en train d’exploser entre ceux qui ont peur de la faillite et ceux qui ont peur des impôts, entre ceux qui appellent l’État et socialisent l’économie au prétexte de socialiser les dettes et ceux qui remettent l’État à sa place et préfèrent la responsabilité à l’impunité ? Et si les libres transactions sur le marché étaient finalement capables de digérer la « crise » ? Et si la crise n’était en fait qu’une turbulence financière, sans trace durable sur l’économie mondiale ? Et si la dramatisation ne devait rien au hasard, mais avait pour mobile la réhabilitation de l’État, du dirigisme, de Roosevelt et de Keynes ?

Toutes ces questions m’ont troublé, et je prends aujourd’hui le risque d’affirmer que la crise n’est pas une crise, ou n’est pas la crise que l’on croit. J’engage ma réputation dans ce diagnostic, mais j’ai de bonnes raisons pour le faire, et de rassurer les peuples affolés par les discours alarmistes, les épargnants, les contribuables, les travailleurs et les entrepreneurs.

La crise est-elle une crise ? Courons-nous le risque d’une récession mondiale, d’un chômage massif, d’une réduction spectaculaire du commerce mondial, comme on l’a vu dans les années 1930 ? Je remarque déjà qu’après la Grande Dépression l’économie américaine s’est finalement relevée, pour devenir dix ans plus tard la plus grande puissance mondiale. Les prophètes de malheur en ont été pour leurs frais : le capitalisme renaissait de ses cendres.

J’observe encore qu’aujourd’hui la production et les transactions internationales ne sont pas à l’arrêt. Les contre-performances de l’économie française ne doivent rien à la « crise », puisqu’elles lui étaient bien antérieures et qu’on en connaît les causes : délabrement des finances publiques, impôts et charges sociales trop lourds, rigidité du marché du travail, réglementation paralysante, faillite du système de formation et d’éducation. Mais la crise a bon dos, et il est facile pour les responsables de l’échec français de passer leurs erreurs au débit des financiers américains, et de donner des leçons d’éthique au reste du monde. Je ne vois pas non plus la raison pour laquelle la Chine et l’Inde stopperaient brutalement leur expansion parce que Wall Street se porterait mal.

Je vois enfin que progressivement on en revient à des méthodes éprouvées par les financiers : les actifs sont enfin passés au crible, les créances douteuses sont revendues à bas prix par des financiers qui anticipent que le taux d’impayé va diminuer, une fois le gros du ménage effectué. Nul doute que depuis  plusieurs mois on purge, et chacun balayant devant sa porte la ville devient propre.

L’effet d’assainissement des crises a été observé et expliqué à plusieurs reprises. Hayek a attribué les turbulences économiques au mal-investissement : trompés par les politiques monétaires et les faux prix, les investisseurs ont pris des initiatives inconsidérées. Il faut ensuite procéder à une réaffectation des investissements, mieux répartir les ressources rares.

Ces moments de remise en ordre sont difficiles à passer, ils impliquent une grande capacité d’adaptation et d’innovation. Les économies complexes et mondialisées du XXIème siècle sont plus solides, parce que plus souples, avec des liens moins rigides entre elles. Au XIXème siècle une mauvaise récolte se propageait à l’ensemble de l’économie. Aujourd’hui quand un secteur est en panne, un autre prend le relais. Trop d’argent, trop de crédit pour l’immobilier ? On repartira sur d’autres bases, plus proches de la vérité du marché,  et on reviendra à un autre immobilier un jour ou l’autre. Les grands discours sur les connexions de la finance internationale ne résistent pas à la réalité : tous les jours de nouveaux produits et de nouvelles techniques apparaissent, de nouveaux contrats sont signés : les hommes veulent progresser et améliorer leur sort. Le marché est l’expression de la créativité de l’homme. Douter du marché c’est douter de l’homme.

J’en viens ainsi à la vraie nature de la vraie crise : elle est politique. Le doute profond s’est installé dans l’esprit d’une élite éclairée, qui ne croit pas que de simples hommes et femmes puissent régler leurs problèmes. Aux yeux de cette élite, la mondialisation et la finance sont des choses trop complexes pour être laissées entre les mains de simples mortels. Ils veulent leur revanche sur cette mondialisation qui les a descendus de leur piédestal, parce que dans un monde ouvert et concurrentiel, il n’y a pas besoin de direction ni de régulation. Il n’est besoin que d’un état de droit, du respect de la parole et de la responsabilité de ses choix. Les étatistes sont poussés par tous ceux qui vivent de l’État, et veulent protéger leurs privilèges contre les menaces d’un marché mondial qui exige la compétitivité et élimine le parasitisme.

Les sénateurs républicains ont eu raison de plaider contre l’élite, contre le dirigisme, contre son cortège d’impôts, de privilèges et de réglementations. Ils ont souligné la nécessité de restaurer la responsabilité. La liberté exige la responsabilité. Sans responsabilité il n’y a pas de liberté. Ces sénateurs ont fait le choix de la liberté, rappelant que c’était une valeur fondatrice de la civilisation américaine. Choisissons aussi la liberté, et misons sur la confiance.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1322 du 16 mai 2017


Editorial : Un triste gouvernement centriste

Conjoncture : Faut-il reparler des retraites ?

Actualité  : Le 13 mai 2017 - Il ne faut pas désespérer Billancourt…ni la CGT

Spécial présidentielles  : Ecrit au lendemain de la victoire de Hollande, il y a cinq ans - L’Europe, terre d’élection pour Emmanuel Macron - Premier entretien avec Edouard Philippe - Emmanuel Macron serait-il Tony Blair ?

Lu pour vous : Pan sur le bec - Il y a libéralisme et libéralisme

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...