Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
PROBLEME DE ROBINET PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 02 Juin 2008 01:00
 Retraites

Le débat sur les retraites devrait se ramener à un simple problème de robinet.
Jadis, au temps où l'on apprenait quelque chose à l'école, les élèves de 8ème ou de 7ème (on dit aujourd'hui CM1 et CM2) devaient faire des devoirs d'arithmétique qui les amenaient à calculer, mais aussi à raisonner. Il y avait des trains qui partaient de deux gares et devaient se croiser, des poteaux à planter pour clôturer un verger à un certain espacement. Mais les plus redoutables des problèmes étaient ceux des robinets.

Soit une baignoire d'une contenance d'un mètre cube, et pleine à moitié. Un robinet est ouvert, dont le débit est un quart de litre par seconde. Mais quelqu'un ouvre malencontreusement la bonde, et l'eau s'évacue à raison d'un demi-litre par seconde. La baignoire va-t-elle se remplir ou se vider ? En combien de temps ?

Je ne suis pas sûr de l'énoncé, mais je suis sûr que les retraites par répartition se ramènent à ce problème. La baignoire, c'est la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse. Le flux entrant du robinet, c'est celui des cotisations versées par les gens en activité, l'évacuation par la bonde, c'est le paiement des pensions aux retraités. Tant que le flux entrant est plus fort que le flux sortant, la Caisse n'a pas de problème. Si la source se tarit, la Caisse se vide.

Car la répartition n'est autre qu'un système de baignoire, les cotisations des uns ne servant qu'à payer les pensions des autres – et non pas à "préparer sa propre retraite" comme le croient la plupart des gens.  

J'ai pris cette image devant un auditoire nourri venu assister à la présentation du livre que j'ai commis avec Georges Lane. Contribuables Associés, parrains de cet ouvrage issu des travaux de l'IREF, avait organisé cette réunion à Paris mercredi dernier. L'image a sans doute convaincu, puisque les questions qui ont suivi les exposés ont essentiellement porté sur la capitalisation, présentée par nous comme la solution évidente au problème des retraites.


C'est dire que les gens présents dans la salle ont été persuadés que l'urgence est de ne pas rester dans le piège de la répartition, puisque le robinet coule de moins en moins fort et la baignoire fuit de tous bords. Notre amie Victoria Curzon-Price, Professeur à l'Université de Genève, a largement contribué à éclairer les esprits ; elle a expliqué que les Suisses sont dans la même situation que la nôtre, leur population vieillit et il y a de moins en moins d'actifs pour de plus en plus de retraités. Mais les Suisses, habitués à observer la surface de leurs lacs, ont trouvé dans la capitalisation la source voulue pour maintenir le niveau des eaux. Au-delà de 15.000 euros de revenus annuels, la répartition ne joue plus du tout. Trois étages de capitalisation permettent d'assurer aux Helvétiques une retraite égale à 80% de leurs derniers revenus. Il leur en coûte 20%, mais les sommes épargnées pour les retraites sont exonérées d'impôts. Le résultat est que
la Suisse regorge d'épargne (25% du PIB), et peut investir partout dans le monde et vit des rentes de ses placements. Le système est entièrement géré par des compagnies privées, et même la répartition obligatoire (moins de 15.000 euros) est confiée à des financiers privés.

Deux sujets semblaient  inquiéter nos ouailles. La première : quel crédit accorder aux fonds de pension ? Sont-ils fiables, efficaces ? La deuxième : comment faire la transition de la répartition à la capitalisation. 

La première question trouve réponse dans notre ouvrage. Un chapitre est intitulé : "N'ayez pas peur!". Il apaise les craintes nées des secousses financières récentes : l'affaire Enron, les subprimes, etc. Il démontre que les fonds de pension ne se livrent pas à une spéculation boursière dangereuse, mais au contraire ont des placements sûrs, et d'un rapport d'autant plus substantiel que la durée de capitalisation est plus longue. 

La deuxième question sera abordée dans le troisième volume de notre trilogie, qui décrira comment en France on peut procéder pour arriver à un système "à la Suisse", voire même "à la Chilienne" puisque ce pays a définitivement et complètement tourné la page de la répartition à partir des réformes pratiquées il y a vint cinq ans par Jose PIÑERA, alors ministre du travail. D'ailleurs notre deuxième volume, publié en octobre, indiquera l'état de la transition dans tous les pays qui l'ont mise en œuvre actuellement. 

Nous voilà donc engagés dans une croisade d'information, d'explication, pour dire aux Français que la pire des choses serait de croire aux promesses de l'Etat et des Caisses de Sécurité Sociale : la faillite est inexorable. Mais aussi pour donner dans le détail le mode d'emploi de la transition, et donner espoir à ceux qui sont conscients du problème de robinet. 

Au cours de la réunion, j'ai également insisté sur le caractère social de cette croisade. Car aujourd'hui et demain ceux qui perdent et perdront le plus dans la répartition sont les gens les plus modestes. Ils n'ont pas les moyens de capitaliser à leurs frais, alors qu'un nombre de Français plus aisés et avertis ont commencé à préparer une retraite de secours, pour se prémunir contre la faillite de l'Etat assureur. Comme toujours, la liberté économique est le support et le gardien du progrès social

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...