Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

 

Economiste classique

Contresens sur la valeur travail

Adam Smith avait créé une ambiguïté en juxtaposant trois lectures de la valeur travail : travail incorporé, travail épargné, travail échangé. Ricardo va lever l’incertitude en choisissant la valeur du travail incorporé, malheureusement la mauvaise !

Lire la suite...
LA MÔME PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 10 Mars 2008 01:00
 On a marché..."sur la tête" !

Délaissant quelques évènements mineurs de la semaine, comme la campagne des municipales, la guerre héroïque de Chavez pour sauver Ingrid Betancourt, la victoire d’Hilary Clinton, la colère de Laurence Parisot, je me fais un devoir de rendre hommage à cette prestigieuse artiste française qui a remporté et le César et l’Oscar : Mademoiselle Marion Cotillard.  

Je voudrais par la même occasion lui souhaiter la bienvenue dans la confrérie à laquelle j’appartiens : celle des imbéciles qui n’ont rien à dire mais ne cessent de parler. Elle y a d’ores et déjà pris une place de choix.

En effet, la môme a eu deux révélations fracassantes à livrer à l’opinion publique mondiale :

Première révélation : ce sont les Américains qui ont inventé cette histoire d’attentats d’Al Qaïda et de terroristes qui auraient pulvérisé les Twin Towers. Tenue par le secret défense, elle ne nous en dit pas davantage sur la façon dont cet infâme opération d’intoxication et ces meurtres abominables ont été montés.

Deuxième révélation : on peut douter de la réalité des premiers pas de Neil Armstrong sur la lune, en 1969. Ici, les sources de la môme peuvent être facilement repérées : elle a lu Tintin, c’est bien le jeune reporter belge qui a marché sur la lune, tandis que les fusées Apollo ne sont que du grand spectacle.

Alzheimer précoce ? Propos d’après overdose ? Point du tout. La môme a expliqué qu’elle avait une philosophie : toujours remettre en cause les croyances stupidement acceptées par l’opinion publique et amplement diffusées par les médias. C’est une belle défense des droits individuels face à la massification et à la grégarisation. « La termitière humaine m’épouvante », disait Saint Exupéry, elle a fait le choix de quitter la termitière. Un choix courageux et lucide, par ces temps de conditionnement des esprits.

Elle ne veut donc sacrifier à aucune mode intellectuelle. S’agit-il du terrorisme et des sœurs jumelles ? On sait bien que la mode est à soutenir inconditionnellement la Maison Blanche, Georges Bush, la guerre en Irak et à jeter l’anathème sur les pauvres islamistes dont on fait croire que certains vont jusqu’à se suicider par désespoir d’être injustement accusés. S’agit-il de la conquête de l’espace ? Tout le monde admire les Etats-Unis pour le rôle moteur qu’ils jouent dans la maîtrise de l’espace, à des fins scientifiques ou militaires – peu importe.

Voilà donc quelqu’un qui a le courage d’être anti-américain comme personne, pro-terroriste comme on ne saurait l’être : une forte personnalité.

J’aime son négationnisme. Autant il est odieux de nier les crimes commis par les colonisateurs à l’égard des indigènes, autant il est odieux de nier le génocide des Indiens par les Américains, autant il est odieux de nier les souffrances infligées par les Etats Unis au peuple cubain heureusement sauvé par Castro, autant c’est un devoir de nier les atteintes quotidiennes à la vérité et à la liberté dont se rend coupable la propagande capitaliste et mondialiste. Ce négationnisme-ci est tout à l’honneur de la môme. Je pense qu’elle pourra aller plus loin, et nier, comme il se doit, la rotondité de la terre (rejoignant d’ailleurs la certitude scientifique de certains Islamistes pour lesquels la terre est plate), ou encore la spécificité de l’être humain (le darwinisme extrême nous prouve bien que l’homme n’est qu’un singe inférieur). Peu de personnalités au monde ont eu autant de savoir et de lucidité, si ce n’est le président Al Gore, qui a enfin réussi à imposer le négationnisme écologique. 

Mais Al Gore est politicien, alors que Marion est artiste. Et là est son mérite. Les artistes s’expriment rarement sur les problèmes de géopolitique. Certes, il y a eu le précédent de Simone Signoret, couronnée par Hollywood jadis pour son anti-maccartisme militant. Certes, au cours de la remise des Césars, on a entendu quelques belles professions de foi contre l’argent, la mondialisation et la pauvreté qu’ils entraînent (déclarations au demeurant désintéressées, puisque les artistes vivent dans le dénuement et le repli sur soi). Mais imaginerait-on des artistes comme Bedos, Bruel, Renaud, Debbouz se permettre de livrer quelque message politique ? 

Les médias ne s’y sont pas trompés, et ont été impressionnés par cette jeune femme osant sortir de sa réserve naturelle pour alerter le monde entier sur les mensonges qu’une infâme propagande répand sans arrêt. Ce n’est pas si fréquent.

Vous comprenez mieux maintenant, amis lecteurs, pourquoi je me devais de rendre hommage à Marion Cotillard. Vous comprenez aussi ce que je voulais dire :

1° J’en ai assez de ces prophètes médiatisés qui nous abreuvent de leurs grands messages et de leurs états d’âme. Qu’ils fassent leur métier et qu’ils nous laissent tranquilles.

2° Je suis atterré par le conditionnement et la sous-culture des gens qui s’expriment sur la place publique, par leur grand art d’hurler avec les loups.

3° Je suis encore plus écoeuré par l’attention que prêtent les médias à des propos incohérents et provocateurs.

4° Je vois que décidément la société du paraître a détruit la société de l’être, et que les porteurs de scandales sont plus écoutés que les parangons de vertus.

Ce disant, je confirme bien ce que je vous disais : je n’ai rien à dire.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1351 du 7 février 2018

Editorial : En marche sans bouger
Actualité
:
Trump va régler son compte au FBI - L’Etat ne peut empêcher la neige de tomber - Medef : le libéralisme va-t-il s’inviter dans les élections ? - La Corse ouvrira l’ère d’une République Fédérale
Connaissance du libéralisme :
Entre riches et pauvres l’écart se creuse



Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...