Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
TURGOT ÉTAIT AU RENDEZ-VOUS PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 28 Janvier 2008 01:00
 Jacques Attali

Jacques ATTALI a ouvert le discours de présentation de son rapport par la lecture d’une lettre de Turgot au roi Louis XVI, datée de 1774, insistant sur l’urgence et la profondeur des réformes à engager pour sauver le pays d’une crise financière et économique.

Turgot, c’est évidemment un grand penseur libéral, dont certains disent qu’il a inspiré à Adam Smith les principes de la Richesse des Nations (1776).

Par un raccourci audacieux certains n’ont pas hésité à voir dans le rapport ATTALI une pièce maîtresse de l’ultra-libéralisme contemporain. Il est vrai que la tonalité générale rappelle celle du rapport RUEFF ARMAND : la France s’empêtre dans ses réglementations, ses privilèges, il faut plus de concurrence, plus de mobilité, et moins de dépenses publiques. Dans sa réponse au discours du rapporteur Nicolas SARKOZY a repris le couplet du décalage de notre pays par rapport à nos concurrents et la nécessité de nous mettre à l’heure de la mondialisation.

Jusque là je n’ai pas lieu de me plaindre, et je trouve rassurant que les plus beaux esprits de gauche, naguère partisans des nationalisations et du protectionnisme, se soient enfin rendus à la réalité : « Même ATTALI l’a dit », a commenté Alain MADELIN.

Pour autant, y a-t-il de quoi conclure à une révolution copernicienne, et les « décisions » de la Commission sont-elles de la même veine que les recommandations authentiquement libérales, telles qu’on les trouve dans le « guide du candidat » ?

Ce qui peut passer pour révolutionnaire, c’est que Jacques ATTALI semble tourner le dos à l’analyse keynésienne qui a prévalu jusqu’à présent dans le monde politique français – y compris pendant la dernière campagne électorale. La croissance n’est plus « tirée » par la dépense, qu’elle soit dépense de consommation et d’investissement privé, ou dépense publique – parée habituellement de toutes les vertus. La « politique du pouvoir d’achat » destinée à stimuler la reprise et résorber le chômage n’a pas eu les faveurs de la Commission. On a enfin compris que la croissance était une question de capacité et d’adaptation des entreprises. La capacité productive appelle un supplément de travail et d’investissement (alors que le droit social pousse à l’inactivité et que le droit fiscal détruit l’initiative et l’épargne). L’adaptation exige que saute le « corset » réglementaire (dixit le Président), et que tout le monde accepte de se soumettre à la loi du marché concurrentiel. Pour faire court, disons que l’on a abandonné les illusions de « l’économie de la demande » pour accepter la réalité de « l’économie de l’offre ». En cela, le rapport ATTALI s’inscrit bien dans la veine du rapport RUEFF ARMAND.

Les traces de ce choix décisif se trouvent dans quelques-unes des mesures préconisées : la libération des prix dans la grande distribution (abrogation des lois Royer, Raffarin et Galland), la liberté d’exercice des professions libérales et artisanales (avec une exception notable, celle des pharmaciens, un « lobby efficace » a souligné Jacques ATTALI avec humour), le contrat d’évolution (un premier pas vers la liberté du contrat de travail et vers la réinsertion des chômeurs), la préférence donnée aux immigrés formés (alors qu’aujourd’hui la moitié d’entre eux n’ont aucune formation mais un bon accès à nos avantages sociaux), la possibilité de prolonger son activité au-delà de l’âge de la retraite, la suppression de la carte scolaire et (peut-être) les chèques éducation, etc.

En revanche, le rapport est bien pâle, et souvent critiquable, sur d’autres points. Je relèverai notamment :

- la dette publique et la dette sociale ne semblent pas inquiéter Jacques ATTALI. Par quels miracles les ramener à « 50 % du PIB » en 2012 ? Certes, il est question de diminuer les dépenses publiques de 1% par an, mais l’objectif est insuffisant, et très en dessous de ce qu’ont fait nos voisins (Espagnols ou Italiens par exemple).

- l’avenir de la Sécurité Sociale n’est pas non plus très clair. Certes, il est proposé de fiscaliser les cotisations : charges patronales et salariales (dont on reconnaît implicitement qu’elles sont toutes deux un impôt sur les salariés) seraient remplacés par un point et demi de TVA, donc revoilà la TVA sociale, et par une augmentation de la CSG et de la CRDS. Le principe de la répartition ne semble pas remis en cause, ni celui de la progressivité. Tout au contraire les prestations familiales seraient fonction du revenu : les riches peuvent se payer des enfants !

- de façon plus générale, pas question de remettre en cause les principes de la fiscalité française, qui découragent l’initiative et l’esprit d’entreprise, pénalisent la réussite et la bonne gestion patrimoniale, et présentent injustices et complexités (même si on annonce une disparition des « niches »).

Je laisse de côté bien d’autres chapitres, réservant à la prochaine Lettre une analyse plus systématique, mais je voudrais conclure sur le point fondamental : quel va être le destin de ce rapport ? Nicolas SARKOZY a déjà écarté deux mesures majeures : la suppression du principe de précaution (qui est pourtant un monument d’imbécillité et nous vaudra mille textes nouveaux), et la disparition progressive des départements (le lobby des élus et fonctionnaires locaux est aussi puissant que celui des pharmaciens). Il se dit décidé à pousser les 313 autres mesures, mais il lui faudra l’aval des parlementaires et des corporations concernées – ce qui est loin  d’être acquis.

Lorsque Turgot a fait prendre par le roi une série d’édits en 1774, de nature à briser les privilèges et les protections et à créer un grand marché national lui-même ouvert sur les échanges extérieurs, il s’est heurté à une telle opposition qu’après « l’édit sur les grains » (1776) le roi a dû le renvoyer. Le clan Necker accédant au pouvoir a continué dans la voie de la facilité, la dette publique s’est enflée, les impôts se sont alourdis : la crise et la Révolution guettaient. Deux siècles plus tard, le clan Necker est toujours au pouvoir. Nous avons même Madame Royale !

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1343 du 29 novembre 2017

Editorial : Le doux commerce
Actualité
:
Le libéralisme est libéral - La grande cause du quinquennat - Agir : Les constructifs se détruisent
- La leçon africaine d’Emmanuel Macrons
Connaissance du libéralisme :
Liberté et Propriété, la synthèse 
Lu pour Vous :
Assemblée Générale 2017 de l’ALEPS - Hervé Novelli lauréat du Prix Renaissance de l’économie


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...