Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

 

Economiste classique

Contresens sur la valeur travail

Adam Smith avait créé une ambiguïté en juxtaposant trois lectures de la valeur travail : travail incorporé, travail épargné, travail échangé. Ricardo va lever l’incertitude en choisissant la valeur du travail incorporé, malheureusement la mauvaise !

Lire la suite...
DU FOND DE L'ABIME PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 26 Novembre 2007 01:00
 Monologue social

C’est du fond de l’abîme que jaillit la lumière » (Byron).
La France aura peut-être touché le fond de l’abîme cette semaine. Je dis bien « peut-être » car se profile à l’horizon dès décembre une nouvelle offensive des syndicats de fonctionnaires, et puis encore une mobilisation générale en 2008 si le gouvernement persiste dans son intention de réformer les retraites de la fonction publique. 
 

Il y a donc de nombreuses raisons de pessimisme, justifié aussi longtemps que notre « dialogue social » méprisera le droit, la démocratie et l’économie, et aussi longtemps que nos dirigeants ne voudront pas remettre en cause un système de « protection sociale » et de redistribution contraire à l’efficacité et à la justice.  

Pourtant je trouve une raison d’espérer dans ce qui me paraît l’amorce d’un réveil de la société civile, les Français commençant à réagir aux dérèglements, aux excès, aux scléroses et aux catastrophes qu’ils entraînent. Que les auteurs de ce réveil en soient remerciés, encouragés et accompagnés.

Ce que nous appelons « dialogue social » dans ce pays, dans nos médias, n’est en fait que la « dictature des syndicats ». Bernard ZIMMERN l’avait naguère décrite, et dès 1983 je posais avec Bertrand LEMENNICIER et Henri LEPAGE « Cinq questions sur les syndicats » :

- comment expliquer le mystère de leur puissance alors qu’ils n’ont plus aucune représentativité, aucune légitimité démocratique ?

- comment justifier que les finances syndicales soient assurées non pas par l’argent de leurs adhérents mais par celui des contribuables, puisque le plus clair de leurs ressources vient des subventions de l’Etat et des privilèges accordés par les lois Auroux, Aubry, etc. ?

- pourquoi les syndicalistes sont-ils assurés de l’impunité, à l’image de José BOVE, et de la garantie de leur emploi quels que soient les fautes commises ?

- pourquoi les syndicats disposent-ils d’une arme absolue et utilisée sans ménagement, qui est le droit de grève « qui s’exerce dans le cadre des lois »… qui n’ont jamais été promulguées ? A l’étranger la grève est sérieusement encadrée, et souvent interdite dans les services publics ;

- comment ne pas s’apercevoir que l’action syndicale toujours et partout détruit l’emploi et la croissance ? Toute rigidité sur le marché du travail engendre rigidités et gaspillages qui condamnent les entreprises soumises à la concurrence à disparaître et les administrations publiques à multiplier les déficits qui ruinent à leur tour contribuables et entrepreneurs.

Ces questions se posent toujours aujourd’hui, mais s’y ajoutent quelques autres, comme la corruption syndicale et la guerre des chefs, les violences et les sabotages, la détermination affichée de renverser la République. Nous vivons sous la terreur syndicale. FO, CGT, SUD, FSU : nos « nouveaux maîtres ».

L’action syndicale s’alimente aujourd’hui de la faillite de la Sécurité Sociale, et des réformes qu’elle devrait appeler. Hélas, les gouvernements successifs en sont restés à des réformettes et à des expédients, sans jamais remettre en cause un système de protection sociale inexorablement condamné parce que fondé sur la gratuité, le monopole et la planification. La « réforme » de l’assurance maladie de Philippe DOUSTE-BLAZY (2004), pas davantage que celle des retraites par François FILLON (2003) n’a apporté la moindre solution.

Les Français ont raison de s’inquiéter pour l’évolution de leur pouvoir d’achat, mais on leur a caché les deux raisons majeures de cette stagnation : d’une part il n’y a pas de croissance durable dans un pays où il y a 6 millions de salariés du public sur 22 millions d’actifs et où l’on travaille moins que partout ailleurs, d’autre part l’Etat et la Sécurité Sociale leur retirent la moitié de leur salaire pour « assurer » leur santé, leurs retraites, et leur chômage éventuel. Les Français pourraient avoir la même couverture sociale en payant deux fois moins cher : le savent-ils ? Qui le leur dit ? Le système étant précisément géré par les « partenaires sociaux », syndicats en tête, et étant totalement inspiré par la philosophie de l’Etat Providence, ceux qui connaissent la vérité ne veulent pas la dire et continuent à nous servir des discours lénifiants alors que l’explosion est déjà là. Nous sommes bien au fond de l’abîme…

Pourtant, un rai de lumière a jailli. Grâce à la mobilisation de Liberté Chérie, de Contribuables Associés, de l’IFRAP et des autres partenaires habituels de l’ALEPS, la contre-manifestation de dimanche dernier même desservie par les médias, aura été un succès. Voilà une réaction qui ne doit rien à la société politique : l’UMP a obéi aux ordres venus d’en haut et n’a pas bougé le petit doigt. Où sont-ils ces parlementaires et politiciens qui vont bientôt se présenter à nos suffrages ? Passifs devant la débâcle, seront-ils des gestionnaires avisés de nos collectivités locales ? Ainsi s’amorce la naissance d’une autre société civile, celle des jeunes, celle des esclaves, aux côtés de celle du patronat – qui me paraît au passage un peu émoussée et en net retrait ces derniers mois par rapport aux premiers discours de Laurence PARISOT. J’espère que ce retrait n’est que provisoire, car rien ne pourra se faire sérieusement sans une entente entre hommes et femmes de bonne volonté. A la différence des initiatives syndicales, celles des libéraux ne bénéficient d’aucun soutien ni financier, ni médiatique, ni public (nous n’en voudrions sûrement pas, décidés à ne pas travailler avec « l’argent volé »).

Comme c’est sa tradition depuis quarante ans l’ALEPS, qui ne vit que par votre fidèle soutien, se fera un devoir d’accompagner cette renaissance de la société civile. Nous n’avons cessé d’étudier le mal français et d’expliquer comment on peut le traiter, à partir des valeurs qui donnent espoir et conduisent au succès : la liberté et la responsabilité.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...