Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
PRIVATISER LES UNIVERSITES PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 12 Novembre 2007 01:00
 Un diplôme à la française

C’est ce qui apparemment inquiète ces étudiants si bien instruits de la chose universitaire et si désireux de garder sa qualité et son indépendance à notre système d’enseignement supérieur.

Ils ont bien raison.

Leur volonté est de défendre le service public universitaire tel qu’il fonctionne aujourd’hui. N’a-t-on pas de quoi se réjouir de ce qui est offert à la jeunesse de ce pays ?

Je ne comprends pas pourquoi nos jeunes quittent le pays pour aller poursuivre des études dans des universités étrangères. Je ne comprends pas pourquoi les bacheliers les plus brillants s’entassent dans des classes préparatoires et s’exposent à un travail et une sélection impitoyables, alors qu’ils se promèneraient sans effort sur les bancs des amphithéâtres d’une faculté.

Trêve de plaisanterie : l’Université française est en train d’exploser, la loi de Madame Pécresse n’y change rien, et il est fait grand bruit autour d’une « privatisation » aussi improbable qu’inefficace. En réalité, depuis la « loi d’orientation » d’Edgar FAURE, véritable victoire des gauchistes de mai 68, l’Université française est complètement déboussolée. Il n’y a qu’une solution et une seule, ici comme ailleurs : privatiser, mais totalement, et mettre les universités ainsi libérées en concurrence.

Je rappelle pour l’heure ce qu’il est advenu de nos Universités depuis 1968. Alors qu’elles étaient une branche de l’administration centrale et fonctionnaient sur le modèle napoléonien, voilà que quantité d’universités nouvelles sont apparues, avec des structures et des modes de fonctionnement aberrants. On proclamait déjà à l’époque leur « autonomie ». Autonomes certes dans leur art de révolutionner la pédagogie, d’installer le désordre et l’inculture.  Une multitude de conseils pléthoriques et irresponsables ont « autogéré », et l’Université est ainsi devenue le champ clos des appétits politiques et des idéologies extrêmes.  Les syndicats de professeurs marxistes et les étudiants gauchistes ont eu la mainmise sur ces universités. L’UNEF a toujours joué un rôle pilote, avec pour dirigeants successifs Cambadelis, Julien Dray, Philippe Darriulat, Karine Delpas, Yassir Fichtali et aujourd’hui Bruno Julliard : tous à la gauche de la gauche. Mais aussi tous en mesure de terroriser les gouvernements successifs, traumatisés par les barricades, les voitures brûlées et les manifestations de masse. Parallèlement, le délire pédagogique s’est emparé de ces universités sans charpente intellectuelle : le « contrôle continu » a peu à peu effacé les examens, les réformes de François BAYROU ont permis d’éviter toute élimination, et de façon générale la sélection à l’entrée est exclue – ce qui ouvre toutes grandes les portes de l’alma mater à des bacheliers incultes et peu motivés. Le recrutement des professeurs n’a pas échappé à la politisation et à la médiocrité, et le Conseil National des Universités, ainsi que les jurys d’agrégation, sont sous la coupe de syndicats hostiles à la science bourgeoise et à l’enseignement magistral.

Aucun de ces problèmes n’a été pris en compte par le nouveau régime. Loin de rompre avec la ligne FAURE - BAYROU, on a renforcé les pouvoirs du président d’université, le contrôle des enseignants sur la marche de l’université est encore réduit, les représentants des étudiants et des « intérêts économiques » (y compris les syndicats) sont toujours là. De quoi réjouir en effet Bruno JULLIARD, qui se déclarait « assez satisfait » après son entrevue avec Nicolas SARKOZY en juin dernier, tout en appelant à la « vigilance ». C’est cette vigilance qui lui a permis de déceler la faille du système : voilà que les universités pourraient faire appel à des soutiens financiers en provenance d’entreprises privées. L’idée de la domination de la science par le grand capital est en effet intolérable, voilà ce qui nous vaut cette agitation.

Ceux qui devraient faire grève en réalité ce sont les libéraux, et tous les partisans d’une Université de qualité. Car ce dont la jeunesse française a besoin c’est d’Universités responsables, pédagogiquement et financièrement, comme elles le sont à l’étranger.

La responsabilité est assurée par la concurrence, par la délivrance de diplômes d’universités, rompant avec la manie française des diplômes d’Etat ; il faut en finir avec le sacro-saint principe du « monopole des grades », qui fait que chez nous c’est l’Etat et ses fonctionnaires qui jugent de la qualité des études et des recherches scientifiques, au prétexte bien clair que c’est l’Etat qui paie.

En fait, seuls les contribuables payent, et leur argent est gaspillé dans des établissements parkings pour adolescents et producteurs de chômage. Qu’on rende leur argent aux familles et qu’ils payent des études en fonction de la qualité des établissements, des talents et des souhaits de leurs enfants. Qu’il y ait un libre choix d’installation, une liberté des programmes et une concurrence des diplômes. Que les établissements aient aussi la possibilité de choisir leurs enseignants et leurs étudiants, et que la diversification soit la règle. Quant aux familles qui n’ont pas les moyens de choisir, qu’un système de bourses (liées à la sélection) ou de crédits bancaires leur permette de financer les études supérieures des enfants en mesure de les poursuivre.

Ces propositions révolutionnaires sont pourtant d’une banalité évidente. C’est ainsi que s’organise la vie universitaire dans tous les pays développés. C’est ainsi par exemple que les Coréens ont pu si rapidement se développer, grâce à la qualité de leurs universités accueillant 80% des jeunes.

Ces propositions avaient déjà été avancées en mai 1986 par les universitaires du GERUF (Groupe d’Etudes sur la Réforme des Universités Françaises), parmi lesquels 80 députés fraîchement portés par la vague libérale. Mais Monsieur DEVAQUET les avait balayées d’un revers de main : seul le ministre est qualifié pour réformer l’Université. En décembre 1986, l’UNEF mettait quelques centaines d’étudiants dans la rue, le jeune Malik OUSSEKINE était terrassé par une crise cardiaque, et les socialistes revenaient au pouvoir moins de deux ans plus tard….

Pour ne pas se résigner à la faillite du système universitaire public, pour ne pas accepter la privatisation et la concurrence, le gouvernement s’expose à l’explosion – qui pourrait n’épargner ni les Universités ni le gouvernement.  

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1341 du 15 novembre 2017

Editorial : La voix de son maître
Actualité
:
Y = C+I+ [X-M]  - Refondation sur un socle boîteux  - Que se passe-t-il à Riyad ? - Merkel-Macron : front commun à la COP 23
Connaissance du libéralisme :
La transmission de la propriété
Lu pour Vous :
La tyrannie de la redistribution


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...