Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

La crise est inéluctable

A la différence d’Adam Smith et Turgot qui pensaient que l’activité économique apporte le progrès en permanence, grâce à des adaptations permanentes voulues par le marché, Malthus estime que la crise est inéluctable dans un pays industrialisé.

Lire la suite...
PROFIT, ECHANGE ET PARTAGE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 05 Novembre 2007 01:00
 Le pique-nique des entrepreneurs

Dans une allocution récente, Benoît XVI a opposé clairement l’économie de profit et l’économie de partage. « Il faut choisir entre la logique du profit comme ultime critère de notre action et la logique du partage et de la solidarité ». L’une « augmente les inégalités entre riches et pauvres », l’autre oriente « vers un développement équitable ».

Tout ce qui concerne la doctrine sociale de l’Eglise doit être abordé avec prudence, et c’est avec humilité que je vais commenter ce discours, en économiste bien sûr, mais aussi en chrétien.

L’économiste dira que toute l’ambiguïté vient de la définition du profit. Le profit a une double face : un résultat comptable d’une part, la rémunération d’une personne d’autre part. D’entrée de jeu, j’exclus une définition du profit qui a dominé l’économie classique : rémunération du capital. Beaucoup d’économistes, dans la lignée de Jean Baptiste Say, sont d’accord aujourd’hui pour distinguer le capitaliste et l’entrepreneur. L’un apporte des capitaux, met son épargne à la disposition de l’autre ; il est rémunéré par un intérêt fixé contractuellement au moment de l’investissement, intérêt qui devra être payé quel que soit le résultat comptable.

Pour sa part, l’entrepreneur est rémunéré pour un service spécifique, que certains (Schumpeter ou Knight) attribuent à l’innovation et la prise de risque, que d’autres (Kirzner) assimilent à la création de valeur nouvelle par la coordination des plans des producteurs et des consommateurs. Un entrepreneur peut donc agir sans engager un capital personnel, mais il peut aussi investir son propre patrimoine dans l’affaire – c’est ce qui a trompé Ricardo et Marx.

Que dire du résultat comptable ? A priori il n’implique aucun jugement moral, puisqu’il est la simple comparaison entre ce qui a été payé par l’entreprise et ce qu’elle a encaissé. Les réformateurs de la planification soviétique avaient réhabilité le profit, seul moyen de contrôle de la gestion des entreprises socialistes. Le contraire du profit (il vaudrait mieux dire bénéfice) c’est le déficit, la perte. Quelqu’un devra bien payer la différence ; l’entrepreneur, l’actionnaire (si c’est une entreprise privée), le contribuable (si c’est une entreprise publique).

Le problème n’est donc pas : pour ou contre le profit, mais comment le profit a-t-il été réalisé. Si le profit est tant décrié, c’est qu’on lui prête des origines suspectes. C’est à tort ou à raison. C’est à tort quand on pense que le profit est réalisé au détriment du salarié, que l’on dépouillerait d’une partie de la valeur de son travail. Cette vieille lune marxiste a la vie dure, elle ramène à cette idée que le partage de la valeur se limite à deux classes de producteurs : salariés et capitalistes. Elle ignore donc le personnage de l’entrepreneur, ou fait de l’entrepreneur un simple instrument de l’exploitation du travail par le capital. C’est à raison quand le profit naît non pas d’un véritable service rendu à la communauté par un entrepreneur ou une entreprise, mais d’une exploitation des clients et partenaires divers. Il y a le profit-service et le profit-exploitation.

Une analyse plus complète des situations d’exploitation conduit à souligner le rôle décisif de la concurrence. Il ne peut y avoir exploitation que si la concurrence est absente des transactions. Une telle conjonction ne se produit qu’avec l’accord et souvent à l’initiative du pouvoir politique : l’Etat et sa législation ont coutume d’attribuer des monopoles durables, des privilèges, des passe-droits, des protections, des subventions. Voilà pourquoi le profit « immoral » est l’apanage des économies dirigées et des dictatures politiques : l’absence de liberté d’entreprendre et d’échanger, la prise en mains de l’économie par les gouvernants et la nomenklatura, permettent d’exclure les entrepreneurs nationaux ou étrangers qui s’aventureraient sur le marché. Les nationaux sont emprisonnés ou s’exilent, les étrangers ne viennent pas. Le peuple est ruiné par le profit, et en effet les inégalités s’accroissent.

Je reviens à l’idée du profit-service. Le service rendu par l’entrepreneur est de remettre de l’ordre dans la répartition des efforts et la production des biens et services. Il existe en permanence de profonds déséquilibres dans le corps social : ici des pénuries, là des excédents, partout une diversité des appréciations individuelles (le nécessaire et le rare des uns est le superflu et l’abondant des autres et réciproquement).

L’entrepreneur est à même de percevoir l’origine de ces déséquilibres et d’y apporter remède ; pour son profit personnel il ne cesse de modifier l’affectation des ressources disponibles à des besoins variables, il est à l’écoute de ce que veulent les gens et il crée une valeur nouvelle simplement en changeant la donne entre les acteurs du marché. Son action est qualitative, sélective. Son profit passe par un meilleur service.

L’échange est ce procédé à la fois simple et magique par lequel deux raretés relatives et subjectives deviennent deux satisfactions personnelles. Le surplus de A permet de fournir le nécessaire de B, et celui-ci se procure ce nécessaire en donnant son propre surplus à A. Libre à A et B de fixer les termes de leur échange. Ainsi l’échange procède-t-il du partage. C’est ce que vous pouvez mesurer dans un pique-nique un peu frustre : la communauté de partage vit de la pratique de l’échange. L’entrepreneur organise un pique-nique à grande échelle : il met à la disposition du grand public des heures de travail, des masses d’épargne, en échange de rémunérations. Ce n’est pas le « patron » qui paye le salarié, ou l’épargnant, c’est le client. Et celui-ci ne paye qu’à la mesure de la satisfaction de son besoin ; il payera d’autant moins qu’il y aura des entrepreneurs concurrents (actuels ou potentiels) en mesure de lui proposer des biens matériels ou immatériels différents (ou paraissant tels). 

Voilà pourquoi, à travers l’échange et l’entreprise, le partage est présent dans une économie de marché, quand il y a vrai marché, c'est-à-dire concurrence, quand le profit résulte bien d’un meilleur service de la communauté.

Maintenant, je n’ignore pas que le partage peut et doit se pratiquer en dehors de la procédure marchande. L’ordre économique est une chose, il est fondé sur le contrat et l’échange. Mais existe aussi un ordre communautaire, qui procède d’une autre logique, celle de la solidarité et du don. Elle a pour cadre naturel la famille, les associations, toutes les cellules sociales si précieuses pour l’harmonie et l’épanouissement des êtres humains. Cet ordre communautaire n’est pas l’alternative de l’ordre économique, il en est le complément. L’économisme est une erreur qui repose sur la fausse idée que tout doit se régler par le marché. Je crois aux vertus extraordinaires du marché. Mais il ne me viendrait pas à l’idée que le marché puisse remplacer l’amour, la charité, le bonheur, la souffrance et tout ce qui vaut réellement dans la vie des personnes.

Voilà d’ailleurs à mon sens la leçon adressée par Benoît XVI aux hommes de notre époque, et notamment aux chrétiens : n’oubliez pas ce qui vaut, ce qui est hors marché, ce qui est hors de prix, hors de profit. Notre monde court le risque de la déchristianisation, de la déshumanisation. Une des raisons de cette évolution dramatique est le rejet de Dieu, l’idolâtrie de l’argent, du plaisir, de ce qui est futile et fragile, alors que l’homme a besoin de profondeur et de solidité. Si le profit signifie Mammon, le dieu de l’argent, Benoît XVI a raison de dire qu’il est le mauvais choix. Songez seulement à cette petite incisive : « ultime critère de notre action ». Comme la liberté, le profit doit être ordonné à la dignité de la personne humaine.

 

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...