Commandez

Jacques Garello l www.libres.org

Lettre ouverte aux retraités actuels et futurs, cet opuscule est un véritable condensé de tout ce que Jacques Garello a écrit sur le sujet. A lire absolument si vous vous interrogez sur le futur du système des retraites par répartition.

130 pages, 12€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
DEMONTRER N'EST PAS PROUVER PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 22 Octobre 2007 01:00
 Nobels 2007

Titre paradoxal pour commenter l’œuvre non moins paradoxale des trois lauréats du Nobel d’Economie décerné à la fin de la semaine dernière.

Leonid HURWICZ, Eric MASKIN et Roger MYERSON ont été couronnés pour leurs travaux sur la théorie de la conception des mécanismes (mechanism design theory). Je dirais que je m’en réjouis, mais encore paradoxalement, je le déplore.

Pour expliquer l’affaire, il faut remonter à son origine. Dans les années 1930, une bataille intellectuelle très intense a opposé les libéraux Von HAYEK et von MISES (la fameuse « école de Vienne ») et les partisans de la planification socialiste Oskar LANGE, Nicolas KALDOR et Michael KALECKI. Objet du débat : une planification bien conçue, à partir de calculs rationnels, peut-elle aboutir à une organisation de la production aussi efficace que celle qui résulterait du libre jeu du marché ? Si l’on veut encore (bien que ce ne soit pas équivalent) : peut-on, par le calcul, « singer » le marché ?

L’enjeu politique était considérable : pour LANGE et les socialistes il fallait accréditer dans le grand public d’une part l’idée qu’il y avait un autre système que celui de l’économie de marché et que les planificateurs (à commencer par ceux de l’URSS) étaient dans la bonne voie, d’autre part que le système planificateur aurait l’avantage de ne pas utiliser les institutions du marché, sources d’exploitations et de crises, et notamment le droit de propriété.

La planification aurait donc tous les avantages du marché, puisqu’elle serait aussi efficace que lui, sans en avoir les inconvénients. Voilà bien la « troisième voie » cherchée depuis un siècle !

La victoire, dans les faits, devait aller à l’économie de marché, après un demi-siècle de planification n’ayant apporté que misère et totalitarisme. Dans la théorie économique aussi, les auteurs ont finalement convenu que la planification était un leurre. Voilà qui prouvait la supériorité des arguments de HAYEK et MISES.

HAYEK en particulier avait insisté sur un aspect décisif du marché, que visiblement ses détracteurs avaient oublié : le marché est un processus, et non pas le résultat d’un calcul d’optimalité. En d’autres termes, nul esprit humain, nul ordinateur ne peut « simuler » le marché, parce le marché progresse en secrétant lui-même les informations dont il a besoin, et qui étaient inconnues au départ. Le marché se fait en marchant. Plus précisément encore : ce sont les personnes impliquées dans les transactions qui apprennent au courant de leurs opérations ce qu’ils ne savaient pas au départ, car ils ne connaissaient pas les réactions des autres, ils prennent peu à peu conscience de ce qui est faisable ou non, des prix praticables ou non, au fur et à mesure que les prix eux-mêmes évoluent : les prix sont des informations décisives pour les opérateurs.

Les scolastiques de l’Ecole de Salamanque au XVIème siècle voyaient même dans le marché quelque chose de « divin » : aucun esprit humain n’étant en mesure de contenir toutes les informations actuelles et a fortiori futures ! Par comparaison les planistes du XXème siècle ont cru tout comprendre et tout organiser parce que leur « rigueur » logique était absolue. C’était « la présomption fatale », dira HAYEK.

Les élèves de HAYEK, et HURWITZ en particulier, ont voulu aller plus loin, et ont voulu démontrer mathématiquement que le marché était toujours plus efficace que le calcul rationnel pour peu que certaines structures institutionnelles soient donnés. Ils ont eu pour mérite, notamment Roger MYERSON, d’insister sur les institutions qui vont de pair avec le marché, comme HAYEK l’avait souligné, et ils ont ainsi légitimé « l’économie institutionnelle » à laquelle j’ai d’ailleurs consacré la plus claire partie de mes enseignements. Mais il ne m’est jamais venu à l’idée de « démontrer » mathématiquement l’impact rigoureux et irréversible des institutions sur le marché – ne serait-ce d’ailleurs que parce que les institutions elles-mêmes sont évolutives.

Mais des esprits aussi brillants que nos trois lauréats ne pouvaient s’empêcher d’utiliser les instruments mathématiques pour démontrer ce qui ne pouvait l’être. C’est la rançon que notre science paye aux mathématiciens. Au lieu de demeurer une science de l’homme, et d’admettre le jeu des erreurs et des essais, et la rationalité limitée de l’esprit humain (qui permet de repérer et réparer les erreurs, mais qui ne peut appréhender la vérité – thème de la négativité cher à Thomas d’Aquin), nos brillants économistes ont franchi la barrière du raisonnable pour s’enfermer dans le monde du rationnel. 

Comme mon ami et collaborateur Emmanuel MARTIN, j’ai apprécié le commentaire de la revue « Reason » : c’est comme si l’on voulait, à partir des algorithmes génétiques, recréer la vie ; la vie est quelque chose de merveilleux dont aucun calcul ne peut rendre compte.

Continuons à aimer et faire aimer l’économie de la vie. Continuons à voir dans le marché la « main invisible ». Elle est plus efficace que tous les systèmes d’équation, à coup sûr, mais surtout elle est vivante, elle passe par l’homme, imparfait mais perfectible.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...