Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

Innovation et destruction créatrice

C’est certainement au titre de sa théorie de l’innovation et de la destruction créatrice que Schumpeter est le plus connu. Il a le mérite de replacer au cœur de l’économie le personnage de l’entrepreneur, totalement oublié depuis Jean Baptiste Say.

Lire la suite...
ECONOMIQUE, SOCIAL, HUMAIN PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 05 Mars 2007 01:00
 Trop économique ou trop social ?

En arrière plan des arguments avancés par divers candidats je perçois une grande confusion dans les rapports qu’ils imaginent entre l’économique, le social, l’humain. Un tel veut tempérer l’économique par le social : position sociale-démocrate classique. Un autre veut humaniser l’économie, à la façon des chrétiens démocrates ou des socialistes modérés. D’autres enfin, écologistes et marxistes, sont persuadés de l’injustice et de l’inhumanité d’une économie qui sacrifierait le bonheur durable à la croissance immédiate. Et que dire de la précarité des emplois, des délocalisations, des inégalités, fléaux communément attribués aux lois de l’économie ?

Je crois nécessaire de rappeler quelques vérités premières sur les relations entre économique, social et humain.

Faire une distinction entre l’économique et le social, tantôt pour les opposer de façon irréductible, tantôt pour les concilier habilement, cela n’a aucun sens. Tout d’abord tous ceux qui ont essayé de séparer la production des richesses (qui dans cette optique serait l’objet de l’économie) de leur distribution (objet du social) ont couru à l’échec. Quand il n’y a plus de lien direct entre celui qui produit, grâce à son travail, à son épargne ou à son esprit d’entreprise, et la rémunération qu’il perçoit pour sa contribution productive, l’envie de produire disparaît bien vite, car les gens n’agissent réellement que si leur action leur est personnellement bénéfique. Faute de production il n’y a plus rien à distribuer ; pour avoir voulu partager autrement le gâteau, au nom de la justice sociale ou de la solidarité forcée, il n’y a plus de gâteau. Tous les efforts théoriques pour définir  un « optimum de redistribution » (John Rawls) ont été vains, et la pratique de la redistribution a ruiné des millions de personnes, en commençant toujours par les plus pauvres (que l’on voulait pourtant aider). Seul un système fondé sur la propriété privée nous rend responsables de nos actes, et nous décide à faire plus, à faire mieux.

D’autre part, la production n’a pas d’autre destination que la satisfaction des besoins humains, et ceux qui veulent réduire la croissance à zéro supposent que les plus démunis peuvent s’en passer, alors même qu’elle est leur seule chance de progrès, voire de survie. « Croissance zéro » est un slogan pour des nantis, pas pour des pauvres. Au contraire une croissance obéissant aux indications d’un marché concurrentiel permet d’accroître le niveau de vie en bas de l’échelle. La promotion sociale est plus rapide dans les pays performants : une évidence statistique que seule la propagande anti-économique (et anti-américaine très souvent) essaie de masquer au grand public. La concurrence est en effet un puissant stimulant économique, mais aussi un processus de démocratisation du progrès : tous vont bénéficier des gains de productivité, il n’y a pas de « rentiers du succès ». Ce sont les monopoles publics qui accroissent artificiellement le niveau de vie d’une minorité de privilégiés, et abaissent le pouvoir d’achat de toute la communauté en imposant surcoûts et gaspillages.

En fait, il n’y a rien de plus social, de plus démocratique que l’économie quand elle est organisée, de façon naturelle, suivant les principes de la libre entreprise et du libre échange. Comme Bastiat l’avait montré, l’économie n’est qu’un jeu social permanent d’échanges mutuels de services. Pour obtenir des autres le service dont j’ai besoin je dois à mon tour leur rendre service, et le prix est fixé par l’échange de ces services. Au XIX° siècle on définissait la science économique comme la « science de l’échange », ou même la « catallaxie », l’art de rendre compatible ce qui est au départ opposé. Le jeu économique participe donc d’une subtile alchimie sociale, et il n’y a rien de plus extraverti que l’économie de marché : sans les autres je ne peux rien faire, je ne sais rien faire.

Il est tout aussi vain de séparer l’humain du social, ou de l’économique, et à plus forte raison de les opposer. L’humain est à tous les moments de l’acte économique. La production des richesses ne trouve sa raison d’être que dans la satisfaction des besoins de chaque homme, doté de la liberté de choix. Ces choix expriment sa personnalité, traduisent sa situation de famille, ses goûts, ses convictions. Avec la croissance l’étendue des choix s’accroît, et se produisent alors des changements dans les structures de consommation, qui amène les structures de production à évoluer aussi. Aujourd’hui l’activité agricole tient une moindre place parce que les besoins alimentaires sont satisfaits avec une moindre part du revenu. En même temps c’est l’explosion des services : santé, loisirs, culture, transports, crédit, assurances, etc. Ces mutations n’ont rien d’inhumain en elles-mêmes. Elles peuvent au contraire ouvrir de nouvelles occasions de progrès personnel à ceux qui acceptent de servir les autres d’une façon différente.

Car l’activité économique est avant tout action humaine. L’être humain peut y exprimer sa créativité, peut y développer ses talents. Cela s’opère dans le cadre de l’entreprise ;  voilà bien longtemps que les entrepreneurs, petits ou grands, savent qu’aujourd’hui l’atout décisif de la réussite est la qualité des personnes qui forment cette communauté originale. Jadis l’homme au travail était considéré surtout comme une source d’énergie, la force physique, l’endurance étaient ses qualités recherchées. Maintenant c’est l’intelligence, la créativité, la relation aux autres, qui sont attendues ; on compte sur le surplus d’humanité mobilisé dans l’entreprise.

Un colloque passionnant se déroulera à Paris samedi prochain sur ces thèmes. On y débattra de la perspective chrétienne de l’homme au travail. Sans nul doute aura-t-on l’occasion de citer Jean Paul II qui, dans l’Encyclique Centesimus Annus, portait le regard suivant sur le capitalisme : « un système économique qui reconnaît le rôle fondamental et positif de l’entreprise, du marché, de la propriété privée et de la responsabilité qu’elle implique dans les moyens de production, de la libre créativité humaine dans le secteur économique ».

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1337 du 14 octobre 2017

Editorial : L'école de la République
Actualité
:
Une grève tout à fait logique - L’avenir est-il à la confédération ?  - La discussion du budget 2018 est en marche
Connaissance du libéralisme :
Liberté et droit, la synthèse
Lu pour Vous


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...