Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

Voir la vie comme un économiste

Ce thème de l’allocution prononcée lorsqu’il fut honoré du prix Nobel d’économie (1992) résume l’originalité de Gary Becker.

Lire la suite...
RIEN N’EST FOUTU PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 29 Janvier 2007 01:00
 Besoin d'air !

C’est ainsi, dans sa langue directe et imagée, que Laurence PARISOT a résumé comment elle voit la situation de l’entreprise française et le futur de la nation. La présentation de son ouvrage « Besoin d’air » en ce jeudi matin au POPB marquait selon ses propres termes « l’entrée du MEDEF dans la campagne de l’élection présidentielle ».

Faute d’avoir à cette heure un candidat se disant ouvertement libéral, nous voici dotés d’un programme patronal au sceau du libéralisme, qui ne manque d’ailleurs pas de similitude avec notre « Guide du Candidat », puisqu’il déborde souvent le domaine de l’économie pour traiter de problèmes de société comme la réforme de l’Etat ou le futur de l’Europe.

Laurence Parisot a conclu cette assemblée du MEDEF en s’opposant aux déclinologues et aux démagogues. « Les deux jouent sur la même scène de théâtre ». Aux déclinologues elle dit que la France n’est pas inexorablement condamnée pour peu que les entrepreneurs retrouvent la liberté et s’y emploient. Aux démagogues elle reproche d’exploiter les peurs et de promettre la lune grâce à leur intervention magique - leur pensée archaïque et leur idéologie utopiste ignorant ou méprisant l’entreprise. Leurs étreintes électorales sont fatales.

Certes la situation de l’économie française est grave. En quelques années, nous avons perdu en croissance et en compétitivité, nous avons gagné en prélèvements obligatoires, en déficits et en dette publique. Non seulement les entreprises sont pénalisées, privées de leur auto-financement, et grevées dans leurs coûts, mais les salariés voient aussi leurs revenus amputés sans cesse par les prélèvements sur leurs payes. Mais le génie français a pour l’instant résisté à ces facteurs délétères : la créativité, l’adaptation, l’exportation ont permis de sauver l’essentiel. Laurence PARISOT croit aux chances de la France : rien n’est foutu !

Rien n’est foutu si les réformes nécessaires s’inscrivent dans l’action des gouvernements venus au pouvoir en 2007.

Et Laurence PARISOT d’inciter les entrepreneurs à « sortir de l’ombre », à quitter un moment ateliers et bureaux pour aller au-devant des Français et leur expliquer les dangers qui les menacent sans doute, mais mieux encore les remèdes à portée de mains, ceux que nos voisins proches et lointains (comme le Canada) ont su appliquer avec un succès complet et rapide.

Quels remèdes ? J’avoue avoir été soufflé par l’audace des propos tenus par les divers chefs d’entreprises chargés de présenter le programme conçu pour respirer.

Les maux essentiels venant de l’Etat, il faut le réformer. La baisse des prélèvements obligatoires est la mesure centrale de la libération entrepreneuriale et de la création d’emplois. Elle n’est possible que si les dépenses publiques elles-mêmes diminuent. Or l’appareil d’Etat est trop lourd : il faut alléger les structures et supprimer un échelon d’administration. Et les cotisations sociale sont trop élevées : il faut séparer la logique de la solidarité de la logique de l’assurance, et rendre aux salariés l’argent prélevé pour la couverture de la maladie, du chômage et des retraites. On a applaudi deux patrons s’agenouillant pour prier l’Etat de leur permettre d’augmenter le salaire net de leur personnel ! Quant aux services publics, on pourrait largement réduire leurs coûts en les soumettant aux disciplines de la productivité : moins de fonctionnaires et plus de qualité.

Les patrons supplient aussi l’Etat de modifier radicalement la législation du travail. La durée légale du travail hebdomadaire doit disparaître, l’âge d’entrée et de sortie de la vie active doit être librement choisi. Enfin les conditions d’embauche et de licenciement doivent être fixées contractuellement, et s’assouplir jusqu’à instaurer une « séparabilité à l’amiable ». De façon générale l’Etat légifère trop, et il faut inscrire dans la constitution la protection des droits des contribuables, sans cesse menacés par une réglementation fiscale étouffante.

Voilà : on étouffe en France. Au lieu de promettre sans arrêt des revenus supérieurs – tout en rendant impossible toute croissance réelle – les gouvernants devraient laisser respirer les Français entreprenants. Au lieu de passer leur temps à chercher un meilleur partage du gâteau, ils devraient s’occuper de la taille du gâteau. Laurence PARISOT et le MEDEF font le choix de « l’économie dynamique », ils ont foi dans les qualités humaines des gens de l’entreprise. Tout le monde peut faire mieux si on lui en donne l’occasion. « J’aime l’économie de marché, elle tire vers le haut », dit ce président du MEDEF de la Côte d’Or. « Le chemin vers la liberté s’appelle responsabilité», « L’entreprise est le lieu de l’ascenseur social », ont dit encore les orateurs du MEDEF.

Il est réellement réconfortant de voir les chefs d’entreprises entrer à nouveau dans l’arène politique, non pour adouber un candidat en particulier, mais pour rappeler à tous les candidats ce qu’ils attendent de leurs futurs élus. Droite ? Gauche ? Laurence Parisot s’en est expliquée : c’est aux Français à faire le choix de leur candidat, le MEDEF se contente d’informer et de dire ses attentes. Comme tous les gens de la société civile, les entrepreneurs en ont assez d’écouter les politiciens, ils veulent maintenant être écoutés.

C’est un beau sursaut de la société civile. Les efforts patronaux viennent renforcer ceux que les intellectuels libéraux ont menés en rédigeant leur Guide. Nous consacrerons d’ailleurs plusieurs papiers à une analyse comparative des deux programmes. Mais, avec des leaders comme Laurence PARISOT, j’en suis sûr, on peut réellement  dire : rien n’est foutu.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...