Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Innovation et destruction créatrice

C’est certainement au titre de sa théorie de l’innovation et de la destruction créatrice que Schumpeter est le plus connu. Il a le mérite de replacer au cœur de l’économie le personnage de l’entrepreneur, totalement oublié depuis Jean Baptiste Say.

Lire la suite...
NOUS AVONS BESOIN D'UN GUIDE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 28 Août 2006 01:00
 Guide

Nous avons besoin d'un guide, mais quel guide ?

Le futur de notre pays est suspendu à deux points d'interrogation : la construction européenne, et les échéances électorales prochaines.
S'agissant de la construction européenne, l'incertitude est totale. La façon dont les Européens ont abordé le drame libanais est révélatrice : la diplomatie européenne est une utopie, et l'Europe politique un non sens.

La volonté affirmée par Jacques CHIRAC, avec le soutien timide d'Angela MERKEL, de relancer le projet de constitution se heurte aux réticences de la plupart des partenaires de l'Union, saisis tantôt par le scepticisme, tantôt par des flambées de nationalisme de mauvais augure. Notre Université d'Eté de la Nouvelle Economie s'ouvre lundi matin sur le thème : harmonisation ou concurrence. Nous explorerons les chances attribuées soit à une Europe centralisée régie par décrets pour uniformiser les institutions, les impôts et le droit du travail, soit à une Europe de la diversité, progressant par saine émulation entre Etats peu à peu amenés à alléger les charges fiscales, sociales et réglementaires.

Quant aux échéances électorales, elles s'approchent à grands pas, et le pays est déjà paralysé et subjugué. Paralysé, car la majorité actuelle n'entend pas réaliser en quelques mois les réformes qu'elle n'a pas su faire en quatre ans. Subjugué, parce que la litanie démagogique commence à se réciter ; n'importe qui dit n'importe quoi, pourvu qu'il ne dise pas ce que dit n'importe quel autre. Les Français sont dans le brouillard, ils cherchent un repaire, une éclaircie.

Voilà pourquoi ils ont besoin d'un guide.

Il ne manque pas de candidats au rôle de guide. A gauche, à droite, les vocations, anciennes ou tardives, se multiplient. Prendre la France par la main et la conduire à la croissance, à la paix sociale, à la sécurité interne et internationale : il y a bien des volontaires pour cette noble mission. Mais est-il satisfaisant pour les citoyens de s'en remettre ainsi à l'homme providentiel, ou à la femme savante ? L'ampleur de la tâche à accomplir, l'urgence et l'importance des réformes à réaliser, dépassent sans nul doute les capacités d'une seule personne, si géniale et si séduisante soit-elle. J'admire ceux qui ont déjà arrêté leur choix, et déterminé leurs suffrages. Mais je les mets en garde aussi contre cette solution de facilité, qui les dispense d'examiner de plus près ce que le candidat veut leur proposer - ou veut leur taire. N'ont-ils pas appris depuis longtemps que la confiance mise dans un homme ou un parti peut être cruellement trahie, et que les gouvernants font une politique inverse de celle qu'attendaient les électeurs peu regardants parce que trop confiants ?  

Pour ma part, je n'ai pas d'attrait pour cette personnalisation de la vie politique, qui empêche de poser les vrais problèmes et de voir les vraies solutions. Le guide dont j'ai besoin, et dont beaucoup de Français ont sans doute besoin, c'est celui qui ouvre une voie qui débouche sur un vrai projet pour la France, animé par le souffle d'un esprit novateur et courageux, précisé dans des mesures concrètes et cohérentes. En d'autres termes nous avons besoin d'une doctrine qui nous guide dans les mois à venir.

Doctrine : un mot que les hommes politiques n'aiment pas parce que la doctrine les engage, les empêche de pratiquer leur fameux " pragmatisme " qui les conduit à changer de ligne en permanence et d'évoluer comme les bouchons sur la mer.

J'ai choisi, avec quelques amis, pleins de compétence, mais aussi de prudence et de réalisme, de commettre le crime de dogmatisme, puisqu'un dogme n'est qu'une connaissance éprouvée et affirmée, fruit de la réflexion et de l'expérience. Nous avons travaillé ensemble à l'esquisse d'un " guide du candidat " qui sera présentée à l'occasion de l'Université d'Eté, et qui sera améliorée et diffusée au cours des prochaines semaines.

Je ne sais pas si ce guide sera du goût de tout le monde, mais il est certainement d'un genre qui convient à la situation de notre pays. Quand un peuple est désemparé, la pire des erreurs consiste à se replier sur soi. C'est en ouvrant la fenêtre sur le monde extérieur, c'est en redécouvrant les lois universelles et intemporelles de l'économie, c'est en renaissant à des vertus morales et spirituelles qu'il peut trouver le chemin d'un futur. Notre guide invite les Français à emprunter ce chemin, et à amener les candidats de tous bords à des choix doctrinaux clairs et responsables. Si ces choix n'étaient pas faits, les électeurs pourraient aussi créer la surprise, comme ils l'ont fait en mai 2005 - un avertissement qui semble ne pas avoir été totalement reçu par la classe politique.

Je ne veux pas m'arrêter sur cette note acide. Je crois fermement que la campagne électorale passera tôt ou tard par un débat sérieux sur le futur de notre société, et la mission des libéraux est d'amorcer et d'enrichir ce débat grâce à une doctrine qui apporte cohérence et motivation : la doctrine qui veut rompre avec l'étatisme, le jacobinisme pour construire une société de liberté et de responsabilité.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1341 du 15 novembre 2017

Editorial : La voix de son maître
Actualité
:
Y = C+I+ [X-M]  - Refondation sur un socle boîteux  - Que se passe-t-il à Riyad ? - Merkel-Macron : front commun à la COP 23
Connaissance du libéralisme :
La transmission de la propriété
Lu pour Vous :
La tyrannie de la redistribution


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...