Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

L’échange base de la richesse des nations

C’est le message essentiel de celui qui est considéré (avec Turgot) comme le père de la science économique.

Lire la suite...
L’ETAT DES SYNDICATS PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 10 Avril 2006 01:00
 L'Etat c'est nous !

Je ne veux pas m’interroger sur la santé des syndicats : ils sont en bon état, plus présents, plus florissants et plus médiatisés que jamais. Je veux plutôt commenter la place qu’ils occupent dans la vie économique et politique française, et souligner que la France s’est peu à peu donnée des institutions et des mœurs qui mettent l’Etat sous la coupe des syndicats, alors que paradoxalement les syndicats ne vivent que de l’Etat.

Les syndicats ont colonisé l’Etat. Je ne sais trop comment se terminera l’épisode lamentable du CPE, mais le rôle que les leaders syndicaux y auront joué a déjà mis en évidence que notre pays vit une vraie crise institutionnelle. A la différence de ce qui s’est passé dans les banlieues, et à la ressemblance de ce qui s’est passé en 1995, en 1986 et en mai 1968, la pression de la rue a été exploitée et entretenue par les mots d’ordre lancés par les syndicats. Et c’est cette pression qui a conduit le Président de la République, pourtant « gardien des institutions », à prendre une décision pour le moins incongrue : promulguer une loi en demandant qu’elle ne soit pas appliquée. Premier signe d’un naufrage juridique et politique. Le deuxième signe aura été de demander aux sénateurs et députés de reconnaître qu’ils ont voté un texte inacceptable ou imbécile, ou les deux. Où sont les « représentants du peuple » ? Où est le « législateur suprême » ? Qui fait la loi ? Le Président, qui peut la vider de son contenu, le Premier Ministre qui abuse du 49-3, les manifestants, les syndicats qui en exigent le retrait ? N’importe qui sauf les parlementaires ! Le troisième signe, le plus inattendu, c’est que le même Parlement, domestiqué, ridiculisé, est réduit à la portion congrue d’un parti, fût-il celui qui détient une imposante majorité à l’Assemblée et au Sénat. En d’autres termes, la loi n’est pas votée par le Parlement, mais par la majorité parlementaire ; ce qui est arithmétiquement exact, mais ce qui est anti-constitutionnel, parce qu’une fois votée une loi est celle de la République, et non d’un parti. Enfin, le dernier signe c’est que ce croupion de Parlement est appelé à négocier avec les syndicats pour concevoir une nouvelle loi. Voici donc un législateur de plus : l’initiative de la loi est désormais partagée entre syndicats et élus du peuple !

Les signes ne manquent donc pas, qui attestent d’une crise de la démocratie, devenue une véritable « syndicratie », suivant l’heureuse expression de mon ami Gérard Bramoullé.  

Qui t’a fait duc ? Qui t’a fait roi ? Qui a mis l’Etat entre les mains des syndicats ?

On peut évoquer le rôle des médias, ou le jeu des politiciens – la droite a peur, la gauche pousse. Mais ce sont les rapports paradoxaux entre les syndicats et la loi qui expliquent la puissance syndicale aujourd’hui. Paradoxe, parce que les syndicats sont à la fois hors-la-loi et dans-la-loi.

Ils sont hors la loi, puisqu’ils ne respectent ni les biens ni les personnes que l’Etat est supposé protéger. Ils empêchent les gens de circuler et de travailler. Ils poussent les jeunes à bloquer les universités, et les syndicalistes de l’Education Nationale poussent lycéens et étudiants à l’émeute. L’agitation a été entretenue et amplifiée par des grèves aussi inattendues et illégales que nuisibles : est-ce que les contrôleurs du trafic aérien ont quelque chose à voir avec le CPE ? Et les cheminots ? José Bové a défendu avec talent la thèse que le droit commun et pénal s’arrête aux portes du leader syndical : il n’est pas hors la loi, il est au-dessus de la loi. C’est la négation même de l’état de droit qui suppose, comme disait HAYEK, l’isonomie, c'est-à-dire la même règle pour tous, qu’il soit président de la République ou leader de la CGT. Nos syndicalistes font exception à la loi commune, ils bénéficient d’une loi privée, cela s’appelle un privilège.

Mais pourquoi ce privilège, maintenant élevé à la dignité de « droit acquis » ? C’est que les syndicats sont sensés exprimer la volonté des travailleurs. Et ce postulat, c’est la loi, la loi la plus officielle, le Code du Travail, qui l’établit. En fait, la « représentativité » des syndicalistes français ne doit rien au vote : les « travailleurs » leur ont enlevé de longue date toute légitimité, car ils refusent de voter pour des syndicats de ce type (plus de 80 % d’abstentions dans la plupart des élections « sociales » dans les entreprises privées ) et ils refusent surtout d’adhérer à un syndicat : moins de 5 % dans le secteur privé, et 18 % dans la fonction publique. C’est donc une infime minorité qui parle au nom de l’ensemble des salariés. Mais il en est ainsi parce que le Code du travail a d’une part défini les critères aberrants de représentativité au niveau national (impossible de créer un nouveau syndicat en dehors des cinq « grands »), d’autre part reconnu le monopole de représentation du personnel (lois Auroux), et enfin donné une préséance ahurissante à la convention collective sur le contrat personnel. Les rapports juridiques dans le monde du travail ne sont plus contractuels, mais négociés, régis par les rapports de force, c'est-à-dire politiques. Derrière le CPE, c’est le principe de la liberté contractuelle que combattent aujourd’hui les syndicats. Ils sont parfaitement lucides : si la liberté du travail était reconnue dans notre pays, il n’y aurait plus de place pour ces leaders syndicalistes qui gouvernent la France. Ils gouvernent à leur profit personnel, et au détriment des Français, qu’ils sont en train de ridiculiser aux yeux du monde entier – passe encore – mais surtout en train de ruiner. Ils sont aussi en train de pourrir la jeunesse, et cela me paraît être le plus triste de l’affaire. En France il faut absolument remettre les syndicats à leur place, et l’Etat à la sienne : qui aura le courage de le faire ?

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1326 du 13 juin 2017


Editorial : Les abstentionnistes avaient leurs raisons

Conjoncture : La bourse ou la banque : un choix remis en cause

Actualité  : Theresa May à Paris

Spécial présidentielles  : Bayrou citoyen - Déjà un député en infraction - Pour comprendre la pensée d’Emmanuel Macron

Actualité libérale


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...