Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
LE MYSTERE DES SYNDICATS PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 19 Septembre 2005 01:00
 "Les faucheurs volontaires"

Comment des syndicats qui représentent une infime minorité des salariés français peuvent-ils disposer d’un tel pouvoir dans notre pays ? Il y a de quoi se poser la question à la suite du rapport que la Cour des Comptes vient de publier et de l’écho qui, pour une fois, lui a été donné dans les médias.

La CGT, gestionnaire (on devrait dire propriétaire) du Comité d’Entreprise d’EDF, est prise la main dans le sac. Ce n’est pas un scoop, puisque tout le monde connaît la situation depuis des lustres, mais ce qui est nouveau c’est qu’une instance officielle s’exprime en des termes si clairs que les poursuites pénales devront suivre nécessairement, alors que l’impunité semblait garantie jusque là.

D’ailleurs, la loi pénale et civile ne s’arrête-t-elle pas aux frontières du syndicalisme français ? Lorsqu’il « démontait » des MacDo ou dirigeait les « faucheurs volontaires » José Bové considérait que son inculpation était une atteinte aux libertés syndicales. Etre syndicaliste permet de séquestrer les patrons, de casser le matériel, de piller les stocks, de barrer les routes, de rançonner aux péages. Accessoirement être syndicaliste c’est aussi bloquer la vie du pays, prendre les usagers en otages, s’emparer de la propriété d’autrui : toutes choses impensables dans une société qui vit en état de droit.

Pourquoi ces passe-droit ? Pourquoi ce mystère ? Le mystère vient d’abord de la passivité des pouvoirs publics, pourtant responsables du respect des droits individuels, théoriquement protecteurs des personnes et des biens. Cette passivité s’explique par l’obsession de la « paix civile », cette expression signifiant le refus d’utiliser la coercition et de mettre en jeu les responsabilités des délinquants. Au nom de la paix civile, on ferme les yeux sur tous les débordements, on tolère toutes les manifestations et toutes les violences. A ce jeu, la surenchère est toujours payante et les syndicats ne s’en privent pas.

Le mystère vient ensuite du mythe des « partenaires sociaux ». Le droit du travail français est ainsi fait que, peu à peu, les syndicats ont été élevés au rang de négociateurs patentés et dotés d’un quasi-monopole. Critères de représentativité nationale surannés, monopole de présentation aux élections sociales, monopole de la représentation du personnel dans les conventions collectives, intervention dans des entreprises où il n’y a pas de syndiqués, protections et exemptions qui assurent aux syndicalistes immunité et  prospérité : voilà tous les privilèges que le droit du travail leur a successivement reconnus. Quant à leur financement, le fait est que les salariés syndiqués ont un poids marginal dans leurs recettes. Voilà bien un grand mystère : comment peut vivre une association sans adhérent ? Si la réponse est : grâce à des subventions, un autre mystère : pourquoi les subventions ?

Le mystère vient enfin de la religion du « service public ». Le seul endroit où l’on trouve encore quelques rares syndiqués est la fonction publique, englobant aussi les grandes entreprises nationalisées, comme EDF, GDF, La Poste, la SNCF. Ici le mystère n’est pas bien épais : on comprend que le personnel de ce secteur public tienne à se préserver de la concurrence qui le priverait de leur « statut » et des privilèges qui lui sont attachés. Mais pourquoi maintient-on un secteur public aussi pléthorique ?

L’analyse économique nous est de quelque secours pour répondre à toutes ces questions : elle suggère que les syndicats doivent leur position exceptionnelle non pas à leur présence sur le marché du travail, mais à leur puissance sur le marché électoral.

Voilà en effet plus de cinquante ans que les économistes sérieux savent que les syndicats n’ont aucun pouvoir positif sur le salaire et l’emploi. Ils peuvent au contraire détruire les emplois et réduire le pouvoir d’achat. Les salariés l’ont tellement bien compris qu’ils se sont progressivement désyndicalisés dans tous les pays développés ; les Etats-Unis qui représentaient naguère un bastion syndical résistant subissent à leur tour une désyndicalisation spectaculaire.

Alors l’explication ne pouvant être économique et du côté du marché du travail, elle est politique et du côté du « marché » électoral. Les leaders syndicaux ont eu l’habileté de se convertir en hommes de pouvoir, et d’obtenir des politiciens, en échange de leur soutien ou de leur compréhension, les avantages dont ils avaient besoin pour survivre. Ils font correctement leur travail : ils savent à quel moment du calendrier électoral et dans quelle phase conjoncturelle ils peuvent marquer leur présence. Il leur suffit de quelques militants bien formés et intéressés à l’affaire (quelques milliers au plus en France) pour lancer de « grandes » manifestations. Ainsi la rue appartient-elle aux syndicats, et le pouvoir appartient-il à la rue.

Il n’y a pas d’autre mystère que celui-ci : le pouvoir légal est terrorisé, la terreur syndicale fait la loi. Cette situation n’est pas particulière à la France. La RFA paye encore lourdement aujourd’hui la démission historique d’Helmut KOHL devant les syndicalistes ouest-allemands redoutant le « dumping social » des Allemands de l’Est. Ailleurs on a su prendre la mesure exacte des syndicats. Après que Margaret Thatcher eut abattu Artur SKARGILL et le syndicat des mineurs, Tony BLAIR a libéré le parti travailliste de la mainmise syndicale ; de même Ronald REAGAN a commencé sa présidence en brisant la grève des contrôleurs aériens. Le « modèle rhénan » qui a voulu associer les syndicats au pouvoir politique est mort et enterré. Sauf en France.

Cela est bien dommage pour l’économie et la société françaises, puisque les soviets font fuir la prospérité, ruinent les salariés, et bloquent toutes réformes. Mais c’est dommage aussi pour les syndicats eux-mêmes, car il y aurait certainement pour eux nombre de missions plus stimulantes à remplir que d’opposer un veto permanent. Formation, information, mutualité volontaire, sont des domaines où les syndicats pourraient exceller s’ils voulaient servir les travailleurs. Mais pour l’instant il ne s’agit visiblement pas de servir, mais de se servir.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1318 du 18 avril 2017


Editorial : 23 avril : fête de la Miséricorde

Conjoncture : Diminuer les charges sociales

Actualité  : Turquie : la dictature est en place - Trump contre Kim Jong-Un

Spécial présidentielles  : Pourquoi nous, économistes, soutenons Fillon - Fillon - Macron : comparaisons

Lu pour vous  : Sur le site libres.org : veille de campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...