Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Le fondateur de l’école autrichienne

Carl Menger est souvent associé à Stanley Jevons et Léon Walras comme l’un des piliers de la « révolution marginaliste » qui a fait rupture avec le classicisme anglais de Ricardo et Mill. Il est vrai qu’il cherche, comme ses contemporains, à rendre compte de la rationalité des choix individuels.

Lire la suite...
DIMANCHE DE MISERICORDE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 11 Avril 2005 01:00
 Jean Paul II

Qu’il me soit permis de rester encore cette semaine dans le souvenir de notre Saint Père bien aimé, sa personnalité et son témoignage le méritent bien, comme en conviennent aussi sans doute nombre de ceux qui ne partagent pas la foi catholique.

Qu’il me soit permis de rester encore cette semaine dans le souvenir de notre Saint Père bien aimé, sa personnalité et son témoignage le méritent bien, comme en conviennent aussi sans doute nombre de ceux qui ne partagent pas la foi catholique.

Il a été opportunément rappelé que son décès était survenu à la veille du dimanche de la Miséricorde. Or c’est Jean Paul II qui en 2000 avait institué cette nouvelle solennité, parce qu’il pensait que la Miséricorde était dans le droit fil de Pâques : désormais le premier dimanche après Pâques serait celui de la Miséricorde.

Jean Paul II nous a enseigné la Miséricorde, et il a vécu lui-même la Miséricorde.

Il nous a d’abord appris que la miséricorde, qu’elle soit celle de Dieu ou celle des hommes, n’est pas la pitié, ni même la sympathie. Etre miséricordieux, disait-il, ne signifie pas avoir de la condescendance à l’égard du faible ou de celui qui souffre, ce n’est pas seulement tendre une main secourable. Ce n’est pas non plus savoir pardonner, car on peut être miséricordieux à l’égard de personnes qui n’ont commis aucune faute. Il n’y a pas de hiérarchie dans la miséricorde ; elle concerne chaque être humain, du plus petit au plus grand, qui peut en bénéficier ou la pratiquer.

La Miséricorde peut au contraire se comparer à l’amour, mais pas à l’amour singulier qu’une personne porte à une autre personne, ou à plusieurs personnes (à sa famille, par exemple). C’est l’amour pluriel que nous devons à tous nos frères et sœurs en humanité, en accord avec le commandement qui nous a été légué : « Aimez-vous les uns les autres ». Mais il y a aussi quelque chose de plus que l’amour dans la miséricorde : il y a la reconnaissance de la dignité de chaque être humain. C’est aimer l’homme parce qu’il est homme. Etre miséricordieux, c’est témoigner de l’égalité en dignité de toutes les personnes, une égalité qui nous vient de notre nature même, qui s’explique par le fait que nous, et nous seuls les hommes, avons été créés à l’image de Dieu. La Miséricorde, c’est permettre à l’homme de vivre debout.

Pour les chrétiens la Miséricorde prend une dimension divine car elle exprime cet amour infini que Dieu a porté sur l’humanité, allant jusqu’à lui sacrifier son Fils Unique : ainsi s’articulent Pâques et le dimanche de la Miséricorde. Par le mystère pascal nous renaissons tous à la vie, nous sommes lavés de la tâche originelle, pour être désormais les témoins de la Vérité, pour retrouver notre pleine dignité. Nous sommes invités à donner à notre tour la même miséricorde que celle que Dieu nous a apportée.

Voilà qui explique comment ce Pape a toujours vu dans les peuples de toute la terre des assemblées d’hommes et de femmes appelés à la dignité et à la liberté. Il les a aimés en dépit de leurs misères, de leurs maladies, il les aimait encore davantage là où ils étaient asservis, déconsidérés, dégradés. Sa miséricorde embrassait même ces dictateurs barbares qu’il visitait : ferme à l’égard de Castro, mais respectueux de sa personne pourtant peu respectable. Jean Paul II n’a jamais eu peur, ni de Castro ni de quelque autre, parce qu’il a appliqué pour son compte la recette qu’il nous a donnée dès le début de son Pontificat : ouvrez les fenêtres, ouvrez les frontières, ouvrez les bras aux autres. Cela donne tout leur sens aux voyages qu’il a multipliés, et explique tous les discours qu’il a tenus à ces foules innombrables, mais aussi à leurs dirigeants. Puisque la miséricorde est reconnaissance de la dignité de la personne humaine, elle est aussi ouverture de cœur et d’esprit la plus large possible, elle est partage. Ainsi est-elle le plus grand espoir, la plus belle promesse d’harmonie pour l’humanité.

Dans sa vie personnelle, Jean Paul II a vécu la Miséricorde. Son expression la plus saisissante est donnée par des extraits d’une lettre qu’il a écrite en 1985, et qui me servira de conclusion. « Seigneur, voilà plus de soixante-cinq ans que tu m’as fait le don inestimable de la vie, et depuis « ma naissance Tu n’as cessé de me combler de tes grâces et de ton amour infini[…]Aujourd’hui je « me sens riche de mon expérience et de la grande consolation d’avoir été l’objet de ton amour. « Mon âme te chante sa reconnaissance.

« Mais je rencontre quotidiennement dans mon entourage des personnes âgées que Tu éprouves « fortement : elles sont paralysées, handicapées, impotentes et souvent n’ont plus la force de Te « prier, d’autres ont perdu l’usage de leurs facultés mentales et ne peuvent plus T’atteindre à « travers leur monde irréel. Je vois agir ces gens et je me dis « Si c’était moi ?» 

« Alors, Seigneur, aujourd’hui même, tandis que je jouis de la possession de toutes mes facultés « motrices et mentales, je T’offre à l’avance mon acceptation à Ta sainte volonté et, dès « maintenant, je veux que si l’une de ces épreuves m’arrivait, elle puisse servir à Ta gloire et au « salut des âmes.

« Dès maintenant aussi, je Te demande de soutenir de ta grâce les personnes qui auraient la « tâche ingrate de me venir en aide.

« Si, un jour, la maladie devait envahir mon cerveau et anéantir ma lucidité, déjà, Seigneur, ma « soumission est devant Toi et se poursuivra en une silencieuse adoration.

« Si, un jour, un état d’inconscience prolongée devait me terrasser, je veux que chacune de ces « heures que j’aurai à vivre soit une suite ininterrompue d’actions de grâce et que mon dernier « soupir soit un soupir d’amour.

« Mon âme, guidée à cet instant par la main de Marie, se présentera devant Toi pour chanter tes « louanges éternellement ».

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...