Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
L’EUROPE D’UNE SEULE VOIX PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 28 Mars 2005 01:00
 Europe

Voici l’un des arguments les plus forts en faveur de la ratification du projet de traité constituant l’Union Européenne : l’Europe doit parler d’une seule voix.

Cela se concrétise dans le texte soumis aux électeurs par la création d’un poste de Ministre des Affaires Etrangères de l’Union, nommé par le Conseil des ministres mais qui doit aussi être accepté par le Président de la Commission. Ce personnage a un pied dans les deux organes de l’exécutif européen : il est membre du Conseil, et au sein de la Commission (dont il est obligatoirement le Vice Président) il est en charge des relations extérieures. Comme le précise le document de « présentation aux citoyens » (p.18) « Les autres pays identifieront plus facilement la voix de l’Union ».

La pétition de principe suivant laquelle il existe une voix de l’Union est sympathique. Elle implique en effet que les Européens ont une diplomatie autonome parce qu’ils occupent une place à part dans l’échiquier politique mondial. Le seul point qui me tracasse est que la voix de l’Europe me semble particulièrement éraillée, et qu’au demeurant je ne vois pas ce qu’une diplomatie européenne aurait en apanage.

Le vote d’une constitution et la nomination d’un ministre des Affaires Etrangères suffiraient-elles à forger une diplomatie typiquement européenne ? Jusqu’à présent, il y a une cacophonie diplomatique assez spectaculaire au sein de l’Europe. On pense à l’Irak évidemment, mais on doit se rappeler les divisions à propos d’Israël et de la Palestine, ou encore sur l’ex Yougoslavie et les Balkans. En aucun cas l’Europe n’aura été capable de montrer un front commun au reste du monde, et les solutions ont été trouvées en dehors de toute instance européenne, ainsi l’OTAN a-t-elle été amenée à intervenir en Bosnie et au Kosovo. A cela, il y a deux raisons.

La première est que l’Europe est divisée entre les « atlantistes » et les autres. Certains pays considèrent, à tort ou à raison, que la solidarité avec les Etats-Unis est au moins aussi forte qu’avec d’autres Etats européens, et qu’elle est plus utile car pour l’instant le bouclier américain est le seul qui existe, en dépit du rêve toujours entretenu d’une « sécurité commune européenne ». Ainsi l’Angleterre, l’Italie, les Pays Bas, les Scandinaves et les pays d’Europe Centrale sont-ils davantage tournés vers Washington que vers Berlin ou Paris.

La deuxième raison est que les non-atlantistes apparaissent facilement comme des partisans d’un « troisième bloc ». Ce concept a donné sa ligne au gaullisme pendant quarante ans, entre Yalta et la chute du mur de Berlin. L’Elysée a toujours nourri l’ambition de regrouper autour de la France ceux qui ne voulaient ni des Soviets ni des Américains, ni des communistes ni des capitalistes. Cette « troisième voie » n’a évidemment plus de consistance aujourd’hui, si elle en eût jamais, puisque le soviétisme a été abattu par Reagan et le Pape. Reste la « troisième voie économique », qui n’est en fait qu’une nouvelle utopie pour mélanger planification et marché, pour concilier dirigisme et libre entreprise, protectionnisme et libre échange. 

J’en viens ainsi au fond du problème : où veulent nous entraîner ces partisans d’une Europe qui ne serait pas inféodée à l’« ultra-libéralisme » ? La réponse nous est donnée par la visite de Poutine à Paris, et du sommet avec Schröder et Zapattero. Ces quatre éminents dirigeants sont tous animés par un même rejet du leadership américain, et cela les amène à prendre leurs distances avec un certain nombre  de  valeurs  fondamentales  qui  font  les  pays  libres.  Ce  front  veut  répondre  au  succès de la tournée européenne de George Bush et de Condoleezza Rice, il veut montrer qu’une « autre politique » peut être proposée aux peuples de ce continent. Pour y parvenir, on va passer sur bien des peccadilles dont les moindres ne sont pas les atteintes quotidiennes aux droits de l’homme en Russie, le rêve impérialiste du nouveau tsar qui veut reconquérir les nations perdues pour le Kremlin après la dissolution de l’URSS, l’échec économique et social du modèle rhénan en Allemagne, l’intolérance anti-cléricale de Madrid. Poutine sermonné par Bush vient trouver du réconfort à Paris, on l’accueille comme le meilleur ami de la France. Le front anti-américain passe avant le front anti-terroriste.

Est-ce réellement cette diplomatie, cette Europe-là que l’on veut proposer aux peuples de l’Union ? Il m’étonnerait beaucoup que la plus grande partie des électeurs, ayant pris conscience de ces projets, consente à les endosser.

Au demeurant, comment cette politique extérieure commune pourrait-elle être admise par la plupart de nos partenaires européens ? Qui définira la stratégie que devra développer le futur ministre des Affaires Etrangères de l’Union ? De deux choses l’une : ou bien il sera purement décoratif et son point de vue n’intéressera personne au monde, ou bien il exécutera fidèlement les ordres pris à Paris, à Berlin, voire à Moscou. Voix inaudible ou voix dissonante.

Décidément l’argument de la « voix de la France » ne peut me convaincre. Il faudra trouver autre chose pour me décider à voter ce projet. Mais quoi ? Je continuerai à chercher la semaine prochaine.  

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1343 du 29 novembre 2017

Editorial : Le doux commerce
Actualité
:
Le libéralisme est libéral - La grande cause du quinquennat - Agir : Les constructifs se détruisent
- La leçon africaine d’Emmanuel Macrons
Connaissance du libéralisme :
Liberté et Propriété, la synthèse 
Lu pour Vous :
Assemblée Générale 2017 de l’ALEPS - Hervé Novelli lauréat du Prix Renaissance de l’économie


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...