Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
LA TENTATION CONTESTATAIRE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 08 Mars 2004 01:00
 Elections

Dans les consultations électorales prochaines, vais-je succomber à la « tentation contestataire » ? Cette expression bienvenue a été lancée en commentaire d’un sondage réalisé par le Figaro dont il ressort que plus de 40% des électeurs éprouveraient une « tentation contestataire ».

La tentation d’émettre un vote punitif ou de s’abstenir (ce qui revient à peu près au même) est en effet bien grande et, pour un libéral, bien légitime. Je conteste presque tout de l’action du gouvernement et du parlement actuels.

Je conteste évidemment leur politique économique. Les lois votées sous l’ère socialiste qui ruinent l’entreprise et l’emploi (35 heures, licenciements, etc.) sont toujours en vigueur. Les impôts n’ont pas été réduits mais augmentés. Augmentées aussi les cotisations sociales. Augmentés les dépenses publiques, les déficits. Maintenue l’emprise de l’Etat sur les entreprises publiques, maintenus les services publics à la française, défis à la concurrence et à l’efficacité.  

Je conteste aussi leur politique sociale. La réforme de la retraite timidement amorcée exclut la rupture avec la répartition et écarte la capitalisation, la réforme de la santé ignore et la privatisation et la concurrence, la loi sur le service public minimum n’est pas votée, les grèves bloquent le fonctionnement du pays, les syndicats renforcent leur dictature, rien ne se fait sans la consultation des « partenaires sociaux » qui imposent la tyrannie du statu quo. 

Je conteste encore leur politique étrangère. L’anti-américanisme primaire a été alimenté par nos diplomates. L’axe Paris-Berlin compromet l’avenir de l’Europe. Nous avons pour ami le nouveau tsar de Russie qui massacre les Tchétchènes, et veut récupérer la Georgie et les pays baltes. Nous préférons condamner Israël plutôt que les réseaux de terrorisme et les états voyous qui les soutiennent. Nous déployons le tapis rouge devant les nouveaux maîtres de la Chine pour mendier quelques faveurs qui coûteront cher aux Français. Je conteste enfin l’intrusion de l’Etat dans la vie privée des individus et des familles, la prétention des guides de la Nation d’indiquer comment il faut manger, il faut boire, il faut fumer, il faut conduire, il faut marcher, il faut s’habiller, il faut se cultiver. Incapable de faire quelque chose de sensé, l’Etat nous prescrit ce que nous devons faire de sage.  

On m’objectera que ces élections ont un caractère local. C’est une farce puisque tous les dirigeants actuels, à l’exception du chef de l’Etat, sont engagés dans la campagne, de même que sont engagés tous les ténors de l’opposition (à la voix cassée il est vrai). D’ailleurs, où est le débat sur le futur des régions et des départements non seulement dans le cadre de la République une et indivisible, mais aussi de l’Europe élargie ?  

Tout ce qui intéresse nos politiciens, c’est de supputer les chances de maintien ou de basculement des majorités dans les conseils régionaux ou généraux. Ils se sont au demeurant arrangés pour étouffer les contestataires du Front National, tandis que rien n’est trop beau pour les staliniens et les trotskistes invités sans cesse dans les grands débats télévisés. Je n’aime pas Le Pen, mais j’aime encore moins Laguiller et Besancenot. A vrai dire, je n’aime plus personne, parce que je suis usé, révolté, blasé d’entendre les discours transversaux sur les méfaits de l’ultralibéralisme, les bienfaits de l’exception française et du souverainisme, les beautés du développement durable, les laideurs de la société américaine et l’imbécillité de G.W. Bush. 

La tentation contestataire me conduirait plutôt à la tentation révolutionnaire ! C’est un mode de pensée, c’est un système, c’est une société qu’il faut abattre, alors que tous ces candidats, de l’extrême gauche à l’extrême droite sont de profonds conservateurs, sans aucun pouvoir créatif, s’exprimant dans les mêmes termes depuis un demi-siècle. Ringards ils étaient, ringards ils restent. 

Alors quoi ? Laisser les départements et les régions aux socialistes, eux-mêmes prisonniers des gauchistes verts et rouges ? Voilà quelques années qu’on me fait le chantage à la gauche, et j’y suis de moins en moins sensible. 

Voter pour ceux que nous avons mis au pouvoir il y a deux ans, pour plébisciter leur immobilisme et oublier les déceptions ? Je n’ai jamais été et ne serai jamais un inconditionnel, le capital confiance est épuisé. 

Finalement, je me prononcerai suivant l’humeur du moment, la sympathie du candidat, son degré de sincérité et d’honnêteté. Je verrai bien entre les deux tours. Pouvez-vous me donner un conseil et ne pas m’aider à succomber à la tentation contestataire ?

 

Flashes du jour

Mise en examen de Pénélope Fillon

Fort heureusement, la mise en examen de Pénélope Fillon, à la suite d’une instruction « à charge » et d’une « célérité inhabituelle » (Me Cornut-Gentil) a eu peu d’écho puisque les médias ont été occupés à commenter : le choix de Valls, la lettre de divorce des Anglais avec l’UE, la défaite de la France face à l’Espagne.

 

Lire la suite...
 
Manuel Valls votera Macron

(Bourdin, 8 :30) : ce n’est pas un ralliement (dont visiblement Macron déclare n’avoir rien à faire, il reste le « maître de l’horloge »), mais un devoir national pour barrer la route à Marine Le Pen.

 

Lire la suite...
 
L’île de la Guyane

Macron a évoqué « l’île de Guyane » : ignorance ou lapsus ? A trop parler on finit par dire n’importe quoi. Voilà de quoi inspirer confiance !

 

Lire la suite...
 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : L’illusionniste

Conjoncture : Le CAC à 5000 : reprise ou bulle ?

Actualité  :Angela Merkel ne sa laisse pas impressionner - Ecosse, Irlande : les dégâts collatéraux du Brexit - Quelles leçons des élections aux Pays-Bas ?

Spécial présidentielles  : La campagne serait-elle enfin commencée

Actualité libérale  : Davantage présents dans la campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...