Commandez

Jacques Garello l www.libres.org

Lettre ouverte aux retraités actuels et futurs, cet opuscule est un véritable condensé de tout ce que Jacques Garello a écrit sur le sujet. A lire absolument si vous vous interrogez sur le futur du système des retraites par répartition.

130 pages, 12€

Bulletin de commande

Portait

Les sentiments, bases de la société

Charles Fourier a inspiré Proudhon, mais Marx l’a méprisé. Marx l’économiste rejettera avec violence les « utopies » des Français, construites en ignorance totale des lois de l’économie. Il est vrai que Fourier part du principe qu’une société ne peut être harmonieuse que si elle rencontre les sentiments des individus.

 

Lire la suite...
LE CONCOURS D’AGREGATION PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 01 Mars 2004 01:00
 Agregation

Le concours d’agrégation de Science Economique est ouvert depuis plusieurs mois. Il se déroule tous les deux ans et a pour objet la nomination de nouveaux professeurs d’Université. C’est le mode essentiel, mais non exclusif, de recrutement de ceux qui vont enseigner la science économique à des centaines de milliers d’étudiants français. Ce mode est original dans la communauté universitaire mondiale, dans la plupart des pays ce sont les Universités elles-mêmes qui choisissent leur corps professoral, mais nous sommes en France et l’enseignement, du primaire au supérieur est le (quasi) monopole de l’Etat. Jusque là, rien d’original.

Les choses vont se corser, et un véritable scandale va éclater, parce que le jury de ce concours est présidé par Pascal SALIN, qu’il est inutile de vous présenter. Le choix de Pascal SALIN par le ministère n’est pas dû au hasard : la tradition veut que ce soit le professeur « le plus ancien dans le grade le plus élevé » qui soit retenu pour présider le jury, elle suggère aussi qu’entre concours il y ait une alternance entre présidents issus d’une université de Paris et d’une université de province. Il est également de tradition que le président compose librement son jury puis le présente au ministère. Pascal SALIN a donc choisi six économistes pour l’assister dans sa mission.

Cherchez l’erreur ! Le président et la plupart des membres de ce jury ont la détestable réputation d’être des « ultralibéraux ». Voilà le premier objet de scandale : depuis des lustres les jurys ont été au mieux keynésiens et au pire marxistes, et d’entrée de jeu la vieille garde des anti-libéraux va contester le jury. Dès le mois de novembre, le Conseil National des Universités, dominé par le Snesup et autres syndiqués d’extrême gauche, émet un vote (à une voix de majorité il est vrai) de défiance à l’égard du jury.

Le CNU avait vu juste. Il y a deux semaines, le jury a fait connaître sa première sélection et, comme on s’y attendait, il n’a pu s’empêcher de sélectionner des candidats libéraux. La proportion est spectaculaire : les redresseurs de torts ont dénombré six candidats de cette obédience sur quarante admissibles. Voilà de quoi déchaîner les passions et multiplier les protestations. Un libelle signé de deux professeurs inconnus, mais qui vont désormais passer à la postérité pour leur contribution scientifique, va circuler sur internet, pour être fidèlement repris d’abord par France Culture (vendredi 20), ensuite par Libération (mardi 24) puis par Le Monde (jeudi 25). L’argumentation est simple : le jury est non seulement partial (puisque libéral) mais aussi incompétent. Quelques sous-économistes sous-professeurs vont s’ériger en censeurs et alerter l’opinion publique sur les dérives du concours d’agrégation, allant même (ravissement suprême pour moi) jusqu’à remettre en cause le monopole de l’Education Nationale et à citer Bastiat (mais oui !) à l’appui de leur critique. Avec la fraîcheur d’âme qui le caractérise, le dénommé Thomas Piketty, éditorialiste à Libération, soutient que la planification est une chose exécrable quand le planificateur est mauvais. Je traduis : le monopole du recrutement par l’Etat est une bonne chose quand le jury est bon (c’est à dire hostile au libéralisme), mais une chose exécrable quand le jury est mauvais, et celui-ci l’est assurément.

Le plus extraordinaire de l’affaire demeure malgré tout la condamnation du jury au prétexte que quatre de ses membres appartiennent à la Société du Mont Pèlerin. Pour ceux qui l’ignoreraient, les pétitionnaires et journalistes précisent que cette Société a été fondée par HAYEK et que ses membres trouvent « dangereuse l’expansion des gouvernements et pas seulement dans le domaine de la protection sociale ». Vous aurez compris le pêché de ces Pèlerins-là : ils critiquent l’Etat ! Je m’honore d’appartenir à cette Société, dont Pascal SALIN a été le président en 1994-1996. Et la raison de ma fierté est bien simple : cette Société, qui compte quatre cents membres économistes, philosophes, historiens, juristes, sociologues qui ont en commun de prôner les idées de la liberté, a donné huit prix Nobel d’Economie (dont HAYEK lui-même, ainsi que l’un des tout derniers Vernon SMITH). Ces libéraux ont fait réaliser à la science économique les plus grands progrès du siècle dernier : analyse des crises économiques (Hayek), de l’inflation (Hayek, Friedman), des décisions publiques (Buchanan), du capital humain (Friedman, Becker), de l’information (Stiegler, Becker), des institutions (Hayek, North). Pendant ce temps, les keynésiens chantaient les louanges des déficits publics, du dirigisme économique, du protectionnisme, Samuelson prévoyait le succès de la planification soviétique, Myrdal conseillait au Tiers Monde de « planifier pour se développer ». On peut réellement se demander de quel côté se trouve la science économique !

A titre anecdotique, je signale pour terminer que, non contents d’appartenir à la Société du Mont Pèlerin, le président et trois autres membres de ce jury commettent l’infamie d’être administrateurs de l’ALEPS, voire même de Génération Libérale, et d’avoir participé à l’Université d’Eté, notamment celle qui a marqué le bicentenaire de la naissance de Bastiat : cela leur est publiquement reproché.

Quant aux candidats, les six sélectionnés, les pauvres, ils ne devraient leur promotion qu’au fait d’enseigner à Aix, ou encore d’écrire n’importe quoi pourvu que ce soit dans des revues libérales. Ce sont des libéraux, des demeurés, des ennemis de classe.

Qui oserait parler de terrorisme intellectuel ?  

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1318 du 18 avril 2017


Editorial : 23 avril : fête de la Miséricorde

Conjoncture : Diminuer les charges sociales

Actualité  : Turquie : la dictature est en place - Trump contre Kim Jong-Un

Spécial présidentielles  : Pourquoi nous, économistes, soutenons Fillon - Fillon - Macron : comparaisons

Lu pour vous  : Sur le site libres.org : veille de campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...