Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Le fondateur de l’école autrichienne

Carl Menger est souvent associé à Stanley Jevons et Léon Walras comme l’un des piliers de la « révolution marginaliste » qui a fait rupture avec le classicisme anglais de Ricardo et Mill. Il est vrai qu’il cherche, comme ses contemporains, à rendre compte de la rationalité des choix individuels.

Lire la suite...
NOEL OSTENSIBLE PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 22 Décembre 2003 01:00
 Signe ostentatoire

Je vois d’ici venir la provocation : certains Chrétiens vont ostensiblement fêter Noël, au risque de déplaire à nombre de communautés françaises.  Il y aura les santons de Provence, les manalas en Alsace, la messe de minuit dans toutes les paroisses, la crèche avec l’Enfant Jésus, Marie, Joseph, les bergers, l’âne et le bœuf. C’est évidemment une atteinte à la laïcité, sans doute plus grave que le port d’une croix pour aller à l’école.

Et cela au moment même où la France, opposée à tous les autres pays de l’Union, à l’exception de la Belgique et du Danemark, vient de confirmer son refus de toute référence aux racines chrétiennes de l’Europe. Quand donc le Président se décidera-t-il à laïciser cette fête et à ramener la Noël au rang de ce qu’elle est déjà pour la grande majorité de nos compatriotes : une fête profane, celle des jouets et de l’enfant-roi consommateur ? Quand fera-t-il une loi pour mettre fin à ces démonstrations, dangereuses pour la cohésion nationale et pour notre crédibilité internationale ?

Mais il y a pire encore, et voici une autre provocation, que j’ai déjà observée ces jours derniers. Certains Français se sont réjouis de l’arrestation de Saddam Hussein, et ont félicité les Américains pour avoir neutralisé et humilié ce tortionnaire et dictateur. Réellement, a-t-on le droit de se réjouir ?

Une telle joie est politiquement incorrecte, en décalage par rapport à la diplomatie de notre pays. Car les Français devraient savoir que cette arrestation fait naître bien des inquiétudes. D’une part on peut tout craindre de l’issue d’un procès instruit et organisé par des Américains. En leur for intérieur, ceux qui se réjouissent ne partagent-ils pas les rêves de vengeance de George W. Bush ? D’autre part, la victoire des Américains peut les inciter à retarder le retour de l’Irak à sa pleine souveraineté, et peut aviver la haine du peuple contre l’occupant. Victoire à la Pyrrhus, suffisante peut-être pour assurer la réélection du candidat républicain, mais porteuse de nouvelles souffrances pour la nation irakienne. 

Les joies ostentatoires en cette période de Noël sont donc déplacées, du double point de vue de la laïcité militante et de l’anti-américanisme bienséant. 

Pourtant, Français et chrétiens provocateurs, je me sens proche de vous. Je suis demeuré un de ces êtres simples, voire simplistes, qui continuent à distinguer le bien et le mal, la vérité et le mensonge. Je continue à m’émouvoir au spectacle de l’Enfant Jésus dans la crèche, au chant des anges dans les campagnes, et j’ai gardé dans la tête la morale élémentaire des westerns où le bon gagne et punit le méchant.

La Noël, c’est une fête qui me paraît simple aussi. C’est la fête du dénuement, de ceux qui n’ont pour seule richesse que celle de l’amour. C’est le conte de Christmas Caroll, la rencontre de l’homme au cœur de pierre avec le visage d’un enfant. Pour tous les sceptiques que nous sommes devenus, pour tous les pêcheurs que nous n’avons cessé d’être, la Noël est le moment privilégié de la candeur et de la sérénité.  

Nous avons plus que jamais besoin de notre Noël. Nous vivons dans un monde de fanatisme, de haine et d’incompréhension, la spontanéité et l’innocence disparaissent, le doute et parfois le désespoir hantent les esprits affaiblis par l’idéologie, l’inculture et l’irresponsabilité. Tout à l’inverse, la naissance de l’Enfant Jésus apporte la promesse de la dignité retrouvée, de la réconciliation et de la paix. L’adoration des bergers les plus humbles et la visite des rois les plus riches signifient que la famille humaine se trouve rassemblée, sans aucun souci de condition ou d’origine, autour de la pureté et de l’innocence.

Sans doute nombreux sont-ils ceux qui ne professent pas la foi chrétienne. Mais Noël leur appartient aussi, car Noël s’offre à tous les hommes de bonne volonté à la recherche de vérité et d’harmonie. Nous avons tous en commun ce besoin de spiritualité, d’intériorité, dans une société du matériel et du superficiel.  

Comme il serait apaisant et stimulant à la fois d’avoir un Noël universel, un jour de fête où dans toute la France, où dans le monde entier, on oublierait juste un moment ses rancœurs, ses inimitiés, ses peines, pour célébrer ensemble la joie d’être frères en humanité, et pour percevoir un instant les lumières de l’espérance. Pour y croire, pour la porter en nous, pour la donner aux autres.

A ceux qui vivent dans la misère, le doute et l’esclavage, Noël apporte la réponse de la charité, de la foi et de la liberté. Voilà pourquoi nous voulons montrer notre joie de Noël. Joyeux Noël.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1343 du 29 novembre 2017

Editorial : Le doux commerce
Actualité
:
Le libéralisme est libéral - La grande cause du quinquennat - Agir : Les constructifs se détruisent
- La leçon africaine d’Emmanuel Macrons
Connaissance du libéralisme :
Liberté et Propriété, la synthèse 
Lu pour Vous :
Assemblée Générale 2017 de l’ALEPS - Hervé Novelli lauréat du Prix Renaissance de l’économie


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...