Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
COULONS LE FERRY PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 24 Novembre 2003 01:00
 Le gouvernement dans la tempête

C’est le slogan en vogue dans les manifestations d’étudiants qui semblent se généraliser cette semaine : Rennes, Grenoble, Paris donnent le signal de la fronde. Un gouvernement a toujours tout à craindre de la gent estudiantine. Mai 68, décembre 86 ont fait chanceler le pouvoir. Il n’y a aucun doute sur l’origine politique de ces grèves : c’est l’UNEF, fer de lance du marxisme estudiantin, qui met le feu aux poudres.

Mais au delà de la conjoncture et des manoeuvres politiciennes, je voudrais évoquer le lancinant problème de la réforme des universités, prétexte actuel de l’agitation et de la propagande. J’ai vécu mai 1968 comme professeur (privilège de l’âge). La rupture dans l’université française s’est bien produite à ce moment là. La loi d’Edgar Faure, votée à l’unanimité par une chambre de droite introuvable, a consacré la victoire des gauchistes. L’université napoléonienne a vécu. Mais pour déboucher sur quoi ?

Avant 1968, faute d’avoir la liberté, il y avait l’ordre. Après 1968, il n’y a plus eu d’ordre, mais pas davantage de liberté. Voici sorties de leur néant les universités gérées désormais au niveau local par des conseils politisés où les délégués étudiants imposent leurs quatre volontés : « l’auto-gestion » est à la mode dans ces années 70. Apparaissent alors la lutte pour le pouvoir, les intrigues politiques et personnelles. C’est la dictature interne. Mais dans les rapports entre Universités et Ministères, la parole et l’argent sont toujours à Paris. Voilà de quoi renforcer encore l’emprise des bureaucrates et le poids de la politique. C’est la dictature externe. A l’université des mandarins succède l’université des syndicats. Depuis lors rien de fondamental n’a changé. Rien d’étonnant dans ces conditions à ce que les meilleurs esprits quittent l’université française, dans pratiquement toutes les disciplines. L’université est devenue un désert intellectuel, même si certaines oasis subsistent (comme mon université d’Aix-Marseille III, précisément créé en infraction de la loi Faure –une anomalie dans la carte universitaire).

Aujourd’hui Luc Ferry prend en compte une partie, mais une partie seulement, du chaos universitaire. Il entend ouvrir nos universités au vent de l’Europe. Nos étudiants seront amenés à circuler sur le continent, et l’articulation des études sera harmonisée : trois ans pour une licence, cinq pour un master, huit pour un doctorat. C’est ce qui se fait partout, ce qui permet des passerelles d’un pays à l’autre.

Réaction des opposants : on porte atteinte à l’idée de diplôme national, les universités vont se trouver « en concurrence », et on copie le « modèle américain » d’universités à deux vitesses, les célèbres grandes, et les minables petites.

On retrouve évidemment la haine de l’Amérique et le refus de la concurrence. Les étudiants ont bien appris la leçon dispensée par les politiques de tous bords.

Je voudrais pourtant leur trouver une excuse et leur proposer une solution.

L’excuse : aucune réponse à ce jour n’a sérieusement remis en cause l’emprise des gouvernements sur les universités. L’université est régie par les diktats incohérents, elle coûte cher et paradoxalement manque de moyens, parce qu’ils sont mal affectés et mal gérés : cela s’appelle le gaspillage. L’université délivre des formations et des diplômes sans valeur, les connaissances y sont transmises par des « enseignants chercheurs » qui n’en ont plus aucune.

Quelle solution ? : elle ne se trouve pas dans la « régionalisation », à laquelle pensent  beaucoup de réformateurs, car le remplacement d’un service public monopolistique d’Etat par son équivalent régional est un progrès insignifiant. Voici la solution : donnons enfin la liberté et l’efficacité de la vraie concurrence, celle qui consacre le choix des clients, c’est à dire des étudiants et de leurs familles. Finissons en avec la carte universitaire, aussi stupide que la carte scolaire. Laissons se créer et se développer, à l’initiative des autorités locales, ou de fondations, ou d’entrepreneurs, des facultés et instituts délivrant leurs propres diplômes, et supprimons le diplôme d’Etat insignifiant et injuste. Que réussissent les universités les plus recherchées, où la sélection s’opère à l’entrée par un contrôle des connaissances et par le niveau des inscriptions. Qu’un système de bourses, de crédits et de campus permette à ceux des étudiants sélectionnés impécunieux de payer leurs droits d’inscription et les frais de leur vie étudiante. Que programmes et enseignants soient choisis par les établissements, que l’on ouvre les recrutements au delà de la fonction publique.

Concurrence, sélection, décentralisation : la solution n’est pas ailleurs. Aujourd’hui, aux Etats-Unis les « entreprises universitaires » fonctionnant suivant la « loi du profit » (horreur !) connaissent une vogue impressionnante. L’université de Phoenix (Arizona) avec 6 000 étudiants réalise 13 millions de dollars de bénéfices, les universités « on line » se multiplient. Nous sommes toujours prisonniers de notre administration centrale, de notre SNESUP, de nos UNEF. Les universités américaines produisent des Prix Nobel, l’université française produit des chômeurs et –encore mieux- des marxistes. Cherchez l’erreur.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1318 du 18 avril 2017


Editorial : 23 avril : fête de la Miséricorde

Conjoncture : Diminuer les charges sociales

Actualité  : Turquie : la dictature est en place - Trump contre Kim Jong-Un

Spécial présidentielles  : Pourquoi nous, économistes, soutenons Fillon - Fillon - Macron : comparaisons

Lu pour vous  : Sur le site libres.org : veille de campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...