Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait


Un Marx libéral ?

Les principaux éléments de l’économie marxiste se trouvent chez John Stuart Mill, qui a ajouté aux erreurs de Ricardo et Malthus dont il prend la suite.

Lire la suite...
L’EUROPE DU COMPROMIS PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 16 Juin 2003 01:00
 Grèves : le mouvement s'essouffle

Hier Valéry Giscard d’Estaing a rendu la copie de Constitution Européenne préparée par sa Convention. Les premiers commentaires font de ce texte un compromis acceptable aussi bien par les partisans d’une Europe intégrée que par les souverainistes modérés.

Les intégristes ont salué l’innovation majeure du projet : la création d’une Présidence européenne, avec un mandat de deux ans, et d’un ministre européen des Affaires Etrangères. Les souverainistes auront apprécié que dans un grand nombre de domaines, jugés majeurs, les décisions soient prises à l’unanimité. Certaines dispositions peuvent être jugées positivement ou négativement par les uns ou les autres : notamment le vote à la majorité qualifiée (majorité d’Etats membres représentant 60 % de la population totale) est trop ou pas assez. De même le resserrement de la Commission autour d’un nombre restreint de pays et l’élection de son Président sur proposition du Conseil des Ministres par le Parlement Européen : pour les uns le « déficit démocratique » de la Commission est ainsi supprimé, pour les autres une telle Commission et son Président ont une légitimité qui en fera les centres du dispositif européen.

Il en est ainsi de toutes les formules de compromis : on cultive l’ambiguïté. Mais je me demande si ce compromis n’a pas été obtenu sur le dos des citoyens européens : les hommes politiques y trouvent peut-être leur compte, mais qu’allons-nous y trouver ?  

On ne trouve dans le texte rien de ce qui ferait l’intérêt de l’Europe aux yeux de ceux qui y vivent : ni l’Europe de l’ouverture, ni l’Europe de la concurrence, ni l’Europe des valeurs.

Dans ce projet européen, la libre circulation n’est toujours pas assurée : de nombreux produits échappent au principe d’un marché ouvert. La politique agricole commune régira les relations avec les pays d’Europe Centrale et de l’Est (les premiers concernés compte tenu de l’importance de leur paysannerie). Des quotas et des subventions permettront de calmer les plus vindicatifs. La « Charte sociale européenne » soumet le marché du travail et la protection sociale à la réglementation la plus démagogique, et finira par aligner tout le monde sur le « modèle rhénan » dont on mesure aujourd’hui tous les bienfaits. Enfin et surtout, l’Europe pourra « parler d’une seule voix », c'est-à-dire s’ériger en bastion contre le reste du monde, et en particulier soutenir la guerre économique avec les Etats-Unis.

Les citoyens pourraient aussi attendre de l’Europe qu’elle leur permette de s’affranchir du monopole et des abus de leurs Etats respectifs, ils pourraient jouer de la concurrence entre les différents producteurs de « services publics ». Cela est particulièrement vrai pour la fiscalité et la réglementation. Si les Français payent trop d’impôts ils pourraient aller trouver un paradis fiscal de leur choix ; on s’achemine au contraire vers une « harmonisation fiscale » tendant à retenir les taux les plus élevés et les assiettes les plus larges. Si les Français trouvent la réglementation sur les conditions de travail, l’environnement, la sécurité alimentaire,etc. totalement oppressive et injuste, ils pourraient imaginer bénéficier de législations plus souples, et bénéficier de la mutuelle reconnaissance des normes. Rien de cela : on aura plutôt un droit européen arbitraire. Une nouvelle couche d’impôts, une nouvelle couche de textes : la concurrence entre Etats est neutralisée.

 Enfin, et c’est à mes yeux le plus grave, rien ne permet de faire référence et de donner vigueur aux valeurs civiques, morales et spirituelles qui devraient inspirer l’Europe. Les droits individuels ne sont vus qu’à travers le prisme déformant des droits de l’homme, la propriété privée, la liberté scolaire, l’expression de la volonté populaire à travers des référendums d’initiative populaire sont passées sous silence –peut-être à la trappe ! Quant à la tradition religieuse de l’Europe judéo-chrétienne, elle est occultée volontairement, alors que sur ce point le Vatican mais aussi d’autres autorités morales ont avec insistance demandé une reconnaissance de principe, assez souple pour ne pas heurter les convictions personnelles mais assez précise pour rappeler que ce qui a construit l’Europe c’est aussi une certaine idée de l’homme et de sa relation à Dieu et aux autres. Mais le culte de la laïcité et la peur d’exclure les pays musulmans (à commencer par la Turquie) ont été plus forts.

L’Europe est en train de perdre une occasion de se ressourcer, de se ressaisir, de se rajeunir. Les Européens éprouvent le besoin de communiquer, d’échanger, de renforcer leur solidarité, leur convivialité. Mais toutes les perspectives européennes se ramènent aujourd’hui à un équilibre politique, une table de négociations entre politiciens, et une armée de fonctionnaires dotés de budgets en expansion incontrôlée. Ce compromis ne m’intéresse pas, il éloigne le rêve européen, la compréhension entre les peuples, le respect des droits individuels pour leur préférer le constructivisme européen, le souverainisme xénophobe et anti-américain, et les droits des Etats et de ceux qui les gouvernent.

En parlera-t-on dans la campagne pour les élections au Parlement européen en 2004 ? Je l’espère, et les libéraux doivent s’y employer dès maintenant.

 

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...