Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
L'APPEL DES 63 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 17 Février 2003 01:00
 "Pièce montée électorale" l www.libres.org

La formule de François BAYROU est bien trouvée : au premier tour des élections présidentielles 63% des électeurs français, n'ayant voté ni pour CHIRAC ni pour LE PEN, n'auront plus été représentés au second tour. Deux tiers des Français auront donc émis un vote négatif, un vote de résignation.

Si l'on tient compte des abstentionnistes des premier et deuxième tours, quatre citoyens français sur cinq ont élu un Président de la République qui n'était pas de leur goût. 

Je peux admettre que c'est la rançon de la démocratie majoritaire : les minorités sont exclues par le jeu des chiffres, même quand la somme des minorités est majoritaire. Si cela satisfait la légalité, voire la légitimité, cela enlève cependant beaucoup à la crédibilité des élus. La démocratie "représentative" ne représente désormais plus personne. 

Mais les magiciens de la démocratie française n'en restent pas à cette seule alchimie. Ils sont passés maîtres dans l'art de concocter des lois électorales, de découper les circonscriptions et de maîtriser le calendrier. Aujourd'hui un nouvel épisode de ces manipulations est offert avec la révision des modalités pour les élections régionales et européennes.  

On comprend la réaction de François BAYROU et, une fois n'est pas coutume, on comprend aussi la colère des Verts, des Rouges, même s'ils revendiquent la liberté politique pour la mieux défier dans leurs comportements quotidiens. Pourquoi donc ne pas admettre aussi le Front National dans cette légitime protestation ? Les électeurs de l'extrême droite seraient-ils moins Français ou moins citoyens que ceux de l'autre extrême ? Je ne le crois pas, et Alain JUPPE se délecte en persuadant la gauche que son dispositif a pour seul but d'éliminer les candidats de LE PEN. Exit LE PEN. On veut bien de la démocratie mais limitée aux vrais démocrates. On veut bien du suffrage universel à condition que les électeurs votent bien : un principe légèrement totalitaire. Pas de droits ni de tolérance pour les ennemis du peuple.  

Sous cette réserve importante, je ne saurais admettre l'inqualifiable initiative de l'UMP. Nul ne s'est mépris sur sa finalité : imposer un bipolarisme de façade à la vie publique française. On sait pertinemment que seuls le PS et l'UMP arriveront à passer la barre des 10 % d'inscrits, et que beaucoup de petites formations n'atteignant pas 5 % n'auront plus voix au chapitre dans la plupart des cas. Quant aux autres, entre 5 et 10, elles iront à Canossa, et prendront les strapontins que l'on voudra bien leur abandonner. 

Cette initiative est d'autant plus mal venue qu'il s'agit d'élections à dimension plus locale que nationale, même pour les européennes qui revêtent un visage différent suivant les régions. Les votes de 2004 auraient pu être l'occasion d'un renouvellement du personnel politique, et d'un débat plus ouvert sur les questions locales. Au lieu de cela, on renationalise la consultation, on la jacobinise. Curieuse initiative pour un Girondin.  

A vrai dire, ceux-là mêmes qui crient au scandale aujourd'hui se sont pendant des années accommodés du système des états-majors partisans, désignant depuis Paris les candidats présentés dans les moindres recoins de l'Hexagone, parachutant en province les hauts dignitaires de la capitale, choisissant des inconditionnels de qualité médiocre plutôt que de fortes personnalités ou des notables locaux, dosant les investitures en fonction des "sensibilités" c'est à dire des clientèles. Ils se sont également accommodés de la loi Balladur qui, au prétexte de moraliser la vie politique et de lutter contre la corruption, a instauré le financement public des partis ayant déjà une représentation électorale, et interdit le financement de nouvelles formations par des ressources privées. Ceux qui défendent avec tant d'ardeur aujourd'hui la démocratie représentative ont mangé au râtelier, peu ou prou, et leur grande peur aujourd'hui n'est pas tellement dans l'atteinte à la libre expression des votes que dans la perte des rentes et privilèges dont ils bénéficient. Naguère ils n'étaient pas des partisans enthousiastes du renouvellement de la pensée et du personnel politiques.  

La démocratie française n'est pas représentative, mais corporative, elle n'est pas ouverte, mais verrouillée. Dans ces conditions comment s'étonner que de nombreuses personnes de qualité n'aient eu aucun attrait pour l'engagement politique, ou en aient été rapidement dissuadées ? La société civile est exclue de la vie publique : la société politique y veille !

Le monde politique français est devenu un système clos, une arène pour initiés, un métier pour grands professionnels hautement qualifiés en intrigues, compromissions et trahisons.

On va en avoir une preuve à l'occasion du vote de cette loi liberticide. Parmi ceux qui se réclament de la démocratie et du libéralisme, combien élèveront la voix, combien vont se désolidariser d'une telle vilainie ? Combien vont sauver l'honneur des parlementaires ? Je parie qu'il n'y en aura pas soixante trois pour cent.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1326 du 13 juin 2017


Editorial : Les abstentionnistes avaient leurs raisons

Conjoncture : La bourse ou la banque : un choix remis en cause

Actualité  : Theresa May à Paris

Spécial présidentielles  : Bayrou citoyen - Déjà un député en infraction - Pour comprendre la pensée d’Emmanuel Macron

Actualité libérale


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...