Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
IMMIGRATION : LA MONDIALISATION EST LA SEULE SOLUTION PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 11 Novembre 2002 01:00
 

Je ne comprends pas ce que les anti-mondialistes font à Calais. Car les drames engendrés aujourd’hui par l’immigration ne peuvent être maîtrisés que par la mondialisation. Cette évidence a échappé à la plupart des acteurs et des analystes de l’immigration.

Pourquoi le droit d’immigrer, qui est une liberté fondamentale, produit-il aujourd’hui des résultats catastrophiques ? La réponse est dans le contexte économique et culturel actuel.

Le contexte économique est celui du socialisme déclinant certes, mais toujours présent et dans les pays d’accueil et dans les pays d’exil. Les pays d’accueil ont multiplié les « droits sociaux », et une grande partie de l’immigration est artificielle puisque les gens ne viennent pas s’installer à l’étranger pour y travailler et contribuer au bien-être commun, mais pour bénéficier de ces fameux droits sociaux qui permettent de vivre aux crochets des autres – ce qui est économiquement ruineux et moralement inadmissible. Quant aux pays d’exil ils sont incapables de donner du travail et d’offrir des chances de progrès à leurs ressortissants parce qu’ils refusent les libertés économiques de base – quand ils ne suppriment pas également les libertés politiques.

Voilà en quoi la mondialisation est une double solution. D’une part, elle instaure une concurrence entre pays et dissuade progressivement les Etats de gaspiller l’argent de ceux qui travaillent pour accorder des privilèges à des parasites (immigrés ou nationaux, d’ailleurs). Les « droits sociaux » devraient se vider peu à peu de leur sens, car ce sont de « faux droits » (J. RUEFF) qui ne peuvent circuler hors des frontières. D’autre part, la mondialisation est la grande chance, l’unique chance de développement des pays pauvres. Si on définit en effet la mondialisation comme le libre-échange, la disparition des frontières économiques nationales, elle permet à tous, y compris aux plus pauvres, de se lancer sur le marché ouvert. Aujourd’hui les résultats sont là : se développent à toute allure les pays qui ont fait le choix du commerce extérieur articulé sur la libre entreprise et le droit de propriété. Quand on dit que la mondialisation accentue les inégalités , c’est vrai en ce sens que le fossé se creuse entre les nations libres et les autres. Bernard KOUCHNER (très présent sur les antennes ces jours-ci) considère l’immigration comme inéluctable parce que les pauvres veulent aller vers les pays riches, mais il ne lui vient pas à l’idée que les pauvres pourraient s’enrichir chez eux, et que les gens qui vont vers les riches ne peuvent y aller pour les voler ou vivre à leurs crochets. Comme tous les droits individuels, celui de se déplacer est limité par les droits des autres, et notamment par les droits de propriété. La vraie mondialisation consiste à pouvoir échanger des droits de propriété sans aucune considération de nationalité.

Reste évidemment le contexte culturel. Petit fils d’immigrés italiens, je m’entends dire que mes grands-parents ne posaient pas de problème parce qu’ils étaient chrétiens et respectaient le droit et la morale des pays civilisés. La chrétienté expliquait-elle tout ? Certainement pas : si les immigrés se sont faits une place dans les sociétés plus développées, c’est d’abord qu’ils y apportaient leur ardeur au travail, leur compétence, leur épargne et leur volonté de progresser. C’est ensuite parce que régnait alors un véritable état de droit : tous égaux devant la loi. Toutes ces vertus ont volé en éclats avec l’Etat-Providence, elles sont désormais inutiles, surannées voire déconsidérées.

Ici la mondialisation est encore un recours, généralisant les procédures et les exigences de la concurrence, obligeant chacun à l’excellence. On ne dira jamais assez le pouvoir d’intégration du libre-échange, du libre travail et de la libre entreprise. Comme l’a observé Thomas SOWELL, les immigrés latinos et noirs de ces dernières années sont devenus des citoyens  plus patriotes et plus civils que les habitants de Harlem, de tous temps assistés par les Etats Unis

D’autre part je crois que le « choc des civilisations » est fortement amorti par la pratique du libre échange mondial : les hommes apprennent à s’apprécier mutuellement, à accepter la différence.

Le respect des autres signifie le respect du droit, et nul ne cherche à imposer sa loi. La compréhension entre les peuples et la tolérance se développent davantage dans un climat de liberté, de loyale compétition, que dans un monde dominé par les intérêts « nationaux » tels que les définissent des gouvernants eux-mêmes soumis à la pression de groupes sociaux qui refusent le libre échange pour sauvegarder leurs privilèges. Le monde des marchands est plus pacifique que le monde des politiciens. Le commerce avec les autres, c’est aussi le commerce des autres.

Il reste alors à souhaiter que la mondialisation s’impose complètement et rapidement. Beaucoup de chemin reste à faire ; les démons protectionnistes, les interventions politiques sont encore là, donnant de la mondialisation une image déformée et parfois même haïssable. Mais la dynamique de la liberté est puissante. Elle peut l’emporter demain sur le désordre et la barbarie. Elle peut porter les flux migratoires à leur niveau naturel, celui que requiert la diffusion mondiale du progrès tout en conciliant liberté de mouvement et droits de propriété.

Cet éditorial a été publié dans le Wall Street Journal Europe du Jeudi 14 Novembre 2003

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...