Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

Pourquoi la croissance de l’Etat ?

Au début du 20ème siècle, Adolph Wagner avait formulé une « loi économique » : les dépenses publiques occupent une proportion croissante du produit national. Une nation plus civilisée appelle un Etat plus dispendieux.

Lire la suite...
Trêve pascale PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 02 Avril 2012 01:00
Campagne présidentielles 2012 l www.libres.org

Au Moyen Age l’Eglise avait institué la paix de Dieu. Les armes des chevaliers devaient être rangées pendant les grandes fêtes religieuses, et la trêve était respectée de tous. Située au printemps, saison propice à toutes les ardeurs, la trêve pascale calmait les seigneurs impatients d’en découdre.

Je ne me fais pas d’illusion : il n’y aura pas de trêve pascale dans la campagne électorale, d’ailleurs avons-nous à faire à des chevaliers ou des seigneurs ? Je suppose au contraire que, les sondages se succédant, la lutte soit plus ardente et démesurée que jamais.

Alors, pourquoi évoquer la trêve pascale ?

Simplement parce qu’en la circonstance elle est là pour nous rappeler que des élections, si importantes soient-elles, doivent être ordonnées à des principes plus fondamentaux, dont certains sont purement matériels, et d’autres sûrement intellectuels, voire spirituels.

Un principe terre à terre est celui qui prescrit une saine gestion de l’économie. La Nouvelle Lettre reprend sans cesse cette antienne : les débats politiques devraient permettre d’améliorer les relations entre le pouvoir et l’économie. Il n’en est malheureusement rien, et tous les candidats se livrent au constructivisme fiscal, comme le dit mon ami Jean-Philippe Delsol. Ils veulent nous construire une nouvelle fiscalité, parce qu’ils sont persuadés que plus d’impôts, plus progressifs, pénalisant par priorité riches, entreprenants et rentiers, restaureraient des finances publiques en ruines. Les candidats se livrent aussi au constructivisme commercial, le même que celui des mercantilistes des 16ème et 17ème siècles, le même que celui de Roosevelt, dont le résultat immanquable est non seulement de créer une dépression profonde, mais aussi de développer le nationalisme xénophobe ; après avoir été le concurrent déloyal, l’étranger devient l’ennemi et on finit par prendre les armes ; comme dans les années 1930. A trop parler de la « guerre économique », on habitue les esprits à l’idée de la guerre. Pâques, c’est au contraire un message d’universalité, de compréhension entre les peuples. Peut-il être entendu quelques jours ?

Les esprits devraient aussi être libérés quelques jours de l’obsession civique. Que signifie aujourd’hui en France être citoyen ? Le droit de vote ? C’est le droit de choisir sa servitude, puisque l’Etat Providence a transformé les citoyens en esclaves. Parlant de la Sécurité Sociale un siècle avant qu’elle n’existe, Frédéric Bastiat pronostiquait : « Les abus iront toujours croissant, et on reculera le redressement d’année en année, comme c’est l’usage, jusqu’à ce que vienne le jour d’une explosion. Mais alors on s’apercevra qu’on est réduit à compter avec une population qui ne sait plus agir par elle-même, qui attend tout d’un ministre ou d’un préfet, même la subsistance, et dont les idées sont perverties au point d’avoir perdu jusqu’à la notion du droit, de la propriété, de la liberté et de la justice ».Il nous faut donc abandonner un instant l’illusion que l’homme ou le parti providentiel pourrait améliorer durablement le sort du peuple, et nous rappeler que la politique ne peut servir qu’à garantir la liberté et la propriété en assurant leur sécurité. Mais les discours et surenchères sécuritaires démontrent précisément la faillite de la politique à assurer la sécurité, quand l’Etat s’occupe de tant d’autres choses et à si grands frais.

En prenant quelque recul, nous devrions admettre que tout ce qui se produit de désastreux depuis dix ans est dû au retour en force de l’Etat, des hommes de l’Etat, et partout dans le monde, y compris aux Etats-Unis, pays auquel la France a offert une statue représentant la liberté éclairant le monde et tenant dans sa main le livre du droit. Remettre cette image dans nos esprits devrait nous amener à voir la politique et les élections à la lumière de la statue, donc à considérer les résultats prochains comme mineurs par rapport au principe majeur pour lequel nous devons nous mobiliser : moins d’Etat, moins de politique, plus de liberté et plus de droit. Pâques serait une renaissance, une promesse.

Prendre ses distances à l’égard de la politique, c’est aussi mettre à sa place la religion. Sans doute les Chrétiens reconnaissent-ils avant tout dans Pâques la célébration de la résurrection du Christ. Ils ont besoin de cette trêve, comme du Carême, pour rester fidèles à leur baptême et renouveler leurs vœux. De même, la Pâque juive scelle-t-elle l’alliance de Dieu et de son peuple. Mais tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté, chrétiens, juifs ou non, ne peuvent se détacher de la religion, de cette quête du sens de la vie et de cette recherche d’un épanouissement, d’un accomplissement personnel – ce que l’on appelle humanisme. Quelle place la religion occupe-t-elle aujourd’hui dans notre société française ?

Elle se vante d’être laïque, ce qui ne signifie plus respectueuse de la liberté religieuse, mais destructrice de toute religion. Une telle société est sans défense devant le fanatisme religieux, qui occupe toute la place laissée libre par le laïcisme. Mais une telle société rend aussi les êtres humains fragilisés, insatisfaits, condamnés à la peur ou à la servitude, sources de désespoir ou de violence. Certains ont voulu ainsi rayer Pâques, ou symboliquement le lundi de Pâques, pour aller plus loin encore dans la déchristianisation de la fille aînée de l’Eglise. Mais ils n’ont rien à proposer en face, sinon les illusions d’une « société sans classe » construite sur les ruines de la propriété et de la liberté. Pâques, ce n’est pas les œufs, les cloches et les poules en chocolat, ou la féria de Nîmes, c’est l’affirmation d’une foi qui a guidé les peuples vers la civilisation. La trêve devrait nous aider à dire « J’y crois ».

Bonne trêve, bonnes Pâques !

 

 
More Articles :

» Quand le peuple se révolte contre la Providence

Le peuple juif se révoltait contre Dieu, aujourd’hui l’Etat a remplacé Dieu

» Comment réformer les prisons

Recourir au privé, offrir de nouveaux services, éduquer au travail

» Quel contrat ?

  Les électeurs cherchent en vain depuis des années à passer un vrai contrat avec les candidats. Ceux-ci ont pour habitude de se défiler : ils demandent qu’on leur fasse confiance, ils veulent un chèque en blanc et se présentent au corps...

» La rencontre de Contribuables Associés

Deux approches convergentes sur le jugement des programmes électoraux

» Lui candidat

Moi président est devenu lui candidat.Lui candidat fait campagne avec l’argent des Français,Lui candidat fait campagne avec les médias officiels, l’appareil de propagande fonctionne à plein,Lui candidat fait campagne avec le cynisme...

Veille de campagne

Flashes du jour

Fort heureusement, la mise en examen de Pénélope Fillon, à la suite d’une instruction « à charge » et d’une « célérité inhabituelle » (Me Cornut-Gentil) a eu peu d’écho puisque les médias ont été occupés à commenter : le choix de Valls, la lettre de divorce des Anglais avec l’UE, la défaite de la France face à l’Espagne.

 

Lire la suite...
 
Manuel Valls votera Macron

(Bourdin, 8 :30) : ce n’est pas un ralliement (dont visiblement Macron déclare n’avoir rien à faire, il reste le « maître de l’horloge »), mais un devoir national pour barrer la route à Marine Le Pen.

 

Lire la suite...
 
L’île de la Guyane

Macron a évoqué « l’île de Guyane » : ignorance ou lapsus ? A trop parler on finit par dire n’importe quoi. Voilà de quoi inspirer confiance !

 

Lire la suite...
 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : L’illusionniste

Conjoncture : Le CAC à 5000 : reprise ou bulle ?

Actualité  :Angela Merkel ne sa laisse pas impressionner - Ecosse, Irlande : les dégâts collatéraux du Brexit - Quelles leçons des élections aux Pays-Bas ?

Spécial présidentielles  : La campagne serait-elle enfin commencée

Actualité libérale  : Davantage présents dans la campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...