Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Eviter le pire PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 30 Avril 2012 01:00
En avant la nouvelle gauche ! l www.libres.org

Nous, libéraux, n’aurons pas le meilleur, mais nous pourrions éviter le pire.

Je livre à votre réflexion le texte d’une pétition qui a déjà recueilli la signature d'un certain nombre d'économistes qui ont en commun de ne pas appartenir à quelque formation politique que ce soit, et qui se prononcent donc sur « le programme socialiste destructeur ».

« Le programme de François Hollande et de ses amis socialistes repose sur des illusions démagogiques, mais illusoires et destructrices : augmenter le SMIC au lieu de libérer les énergies, punir les riches au lieu d'inciter tout le monde à l'effort productif, dépenser pour stimuler la croissance (en fait pour acheter des clientèles) au lieu d'utiliser au mieux les ressources. Le socialisme n'a jamais réussi, sous sa forme extrême - le communisme - comme sous sa forme plus modérée – la social-démocratie. Il est en effet incontestable que la prospérité est étroitement corrélée au degré de liberté économique.

« Comment peut-on encore, au XXIème siècle, après des décennies et des siècles de réflexion et d'expériences, croire à des recettes qui relèvent plus de la magie incantatoire que de la science ? Comment peut-on croire que l'Etat peut manipuler l'économie comme le ferait un conducteur de locomotive en poussant quelques manettes ? Comment peut-on imaginer qu'il suffirait de fabriquer ex nihilo des unités monétaires irréelles pour que les hommes se mettent à produire plus ? Comment croire qu'un Etat peut promouvoir la croissance par le seul fait qu'il dépense plus, sans se rendre compte qu'il prélève par l'impôt ou par l'emprunt les ressources nécessaires à ses gaspillages et à ses dépenses démagogiques?

« La croissance ne se décrète pas, elle est le résultat non planifiable des décisions et des actes innombrables d'individus capables d'efforts et d'imagination. Mais pour cela il est indispensable de ne pas freiner leurs élans par des contraintes réglementaires paralysantes ou des impôts spoliateurs. C'est dire que la politique socialiste qu'un François Hollande ferait si, malheureusement, il accédait au pouvoir suprême, avec le soutien de ses alliés inévitables - communistes et écologistes - ne pourrait produire que la stagnation économique, un chômage et une pauvreté accrus, un endettement public insupportable.

« Il est tragique de penser qu'on peut améliorer le sort de certains en punissant et en spoliant les autres. Nous sommes tous solidaires dans une société humaine et il est dans l'intérêt de tous d'inciter chacun à donner le meilleur de lui-même. La France souffre depuis des décennies – et plus particulièrement depuis la désastreuse élection de François Mitterrand – d'une faible croissance, d'un chômage élevé, mais aussi du manque d'espoir qui frappe en particulier les plus jeunes. Malheureusement, nous ne sommes pas sortis du socialisme, des socialistes de droite ayant succédé aux socialistes de gauche. Pour rendre l'espoir aux Français, il n'y a qu'une solution : sortir du socialisme. Y rentrer plus profondément ne pourrait être qu'une funeste erreur…

« Les signataires s'engagent en tant qu'économistes professionnels et n'appartiennent à aucun parti politique ».

Certes, cette déclaration peut conduire certains à s’abstenir, parce qu’ils se diront que tant qu’à avoir un socialisme autant qu’il soit fait par des socialistes et qu’il dise son nom, alors que depuis quelques années il est de bon ton de passer au débit de « l’ultra-libéralisme » ce qui est en fait le « socialisme de droite » que vise le texte. Mais s’abstenir, dans l’arithmétique électorale actuelle, c’est voter Hollande, c’est pratiquer la politique de la terre brûlée. Faute du meilleur, voulons-nous avoir le pire ?

Je déteste en tous cas l’indécente agressivité à l’égard de ceux qui ont voté « autrement » ou qui se sont abstenus au premier tour. Beaucoup l’ont fait pour des raisons fort nobles et respectables. Certains ont fait savoir qu’ils n’ont rien trouvé de libéral dans la politique de Sarkozy, ni même dans l’essentiel de son programme. Certains ont affirmé leur attachement aux valeurs morales et chrétiennes de la France, qui sont plus réelles que celles « de la République » dont on nous rebat les oreilles. Certains ont exercé un « devoir de mémoire » pour toutes les victimes de la dramatique perte de l’Algérie Française. Il ne s’agit donc pas de Français de seconde zone, indignes de participer à un choix qui engage leur sort pour les cinq ans à venir – et cinq ans c’est bien long.

Mieux vaut un sursis qu’une condamnation à mort. Encore une minute, monsieur le bourreau. Pendant ces cinq minutes, nous pourrons peut-être convaincre nos compatriotes des erreurs fatales du passé et les persuader qu’il y a un espoir.

 
More Articles :

» Ceta : le libre échange organisé par les protectionnistes

Ceta : Comprehensive Economic and Trade Agreement, accord global sur l’économie et le commerce. Ce traité est en attente de signature entre le Canada et l’Union Européenne. Ses pérégrinations traduisent la profondeur de la crise...

» Les planificateurs européens contre la concurrence fiscale

Ce n’est pas d’aujourd’hui. Depuis des années, l’OCDE et les autorités de Bruxelles ont pour objectif « l’harmonisation fiscale ». Le prétexte : comme le disait le rapport Primarolo la concurrence fiscale est « dommageable »...

» « FAIRE REPARTIR L’INVESTISSEMENT PRODUCTIF »

La formule est du ministre de l’économie, Emmanuel Macron, dans un entretien au journal Le Monde. Elle semble évidente. Il n’y aura ni croissance, ni emplois sans investissement. Là où les choses se compliquent, c’est quand on se demande...

» LES BANQUES CENTRALES FABRIQUENT LA FAUSSE MONNAIE

Il flotte comme un parfum de mai 68 dans les bureaux des banques centrales. L’imagination y a pris le pouvoir. Comme en 68, les « propositions innovantes » consistent à revenir aux vieilles lunes, et, aux initiatives les plus délirantes. La...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1343 du 29 novembre 2017

Editorial : Le doux commerce
Actualité
:
Le libéralisme est libéral - La grande cause du quinquennat - Agir : Les constructifs se détruisent
- La leçon africaine d’Emmanuel Macrons
Connaissance du libéralisme :
Liberté et Propriété, la synthèse 
Lu pour Vous :
Assemblée Générale 2017 de l’ALEPS - Hervé Novelli lauréat du Prix Renaissance de l’économie


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...