Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Le jour où la pluie viendra… PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 29 Mai 2012 01:00
 Faire revenir la croissance l www.libres.org

La chanson veut que nous serons les plus riches du monde. La croissance, c’est comme la pluie. Les incantations à la croissance ont quelque chose de magique. A Camp Davis elles ont été au cœur du discours du nouveau Président français, mais aussi des résolutions du G8. « Il ne peut y avoir de croissance sans confiance, il ne peut y avoir de confiance sans croissance », a dit François Hollande avec conviction. Barak Obama souhaite également que l’Europe retrouve la croissance au plus tôt.

Le problème, c’est que nul n’explique comment on obtient de la croissance. Les chants désespérés sont les chants les plus beaux, et appeler de ses vœux la croissance c’est comme pour un malade souhaiter la guérison. La croissance est un résultat, ce n’est pas un moyen.

Reste donc à trouver les chemins de la croissance.

Qui fait la pluie et le beau temps ? Les gens du sommet du G8, à peu d’exceptions près, sont persuadés qu’ils sont les maîtres de la conjoncture. Le grand sorcier de l’économie, Keynes, les a persuadés qu’ils disposent de deux baguettes magiques, capables de transformer la dépression en prospérité : la baguette budgétaire et la baguette monétaire. Les deux peuvent d’ailleurs s’articuler : un déficit budgétaire se finance facilement avec une émission de monnaie ex nihilo et l’inflation qui l’accompagnera tôt ou tard.

Le président Obama s’est particulièrement illustré dans cette politique « volontariste », qui force la croissance à apparaître : sa politique de « stimulus » a porté le déficit budgétaire à des sommets, puisqu’en 2010 la moitié des dépenses de l’Etat fédéral n’était pas couverte par des recettes ! Notre président Sarkozy, à la tête du G20, a contribué à généraliser la méthode. Le bilan est aujourd’hui sans appel : non seulement la croissance n’a pas redémarré (surtout en Europe) mais la dette publique a soudainement explosé. Ils croyaient faire la pluie, ils ont fait tomber la grêle. Que François Hollande aille dans le même sens n’est pas surprenant : depuis Léon Blum et la « politique du pouvoir d’achat », les socialistes sont persuadés que c’est en jetant l’argent par les fenêtres qu’on amasse des magots.

Une fois de plus, les libéraux ne cessent de le répéter : la croissance ne se décrète pas, les gouvernants ne sont pas des magiciens, ce sont plutôt des « enrayeurs ». 

Plus ils s’occuperont de croissance, moins il y en aura. En matière d’économie, les réformes libérales ne consistent pas à changer de politique, mais à supprimer la politique. « L’Etat n’est pas la solution, c’est le problème » disait Reagan dont les réformes ont valu vingt ans de croissance ininterrompue à son pays.

François Hollande se réfère à la confiance. Il a raison. Mais la confiance ne vient pas des discours volontaristes et prétentieux. Pour qu’il y ait confiance, il faut commencer par faire confiance aux gens. La grande majorité des Français sait mieux que des ministres de gauche ou de droite ce qu’il faut faire pour s’en sortir, ils sont mieux placés que les énarques pour régler leurs problèmes personnels. Mais il y a un double problème : d’une part, certains malins, ou inconscients, comptent bien continuer à vivre de l’Etat, aux dépens de tous les autres ; d’autre part, l’Etat ne fait confiance à personne car il a la main mise sur tous les actes de la vie économique.

Pour que les Français aient à nouveau confiance, il faut les libérer des chaînes administratives, fiscales, sociales, financières dans lesquelles ils sont enfermés. Alors ils pourront enfin se dire qu’ils travaillent, qu’ils épargnent et qu’ils entreprennent dans leur propre intérêt, et non pas en vue d’un « intérêt général » toujours invoqué et jamais identifié – ce qui permet de justifier n’importe quoi, notamment au nom de la « justice », le mot creux par excellence qui est au cœur des discours socialistes.

Mais quelles sont les intentions affichées par le nouveau pouvoir ? Réglementer : encadrer les loyers, bloquer les prix. Ponctionner : les hauts revenus, les « grandes fortunes, mais aussi tous les consommateurs avec la hausse de la TVA et bientôt des cotisations sociales. Privilégier : les syndicats, alliés naturels et artisans des luttes sociales, les « communautés » qui donnent un nouveau visage à la France. Planifier : concentrer les crédits dans une grande banque publique et les distribuer en fonction des priorités nationales, et bien sûr protéger la France et l’Europe de la concurrence étrangère (Obama ne le fait-il pas ?). 

Renforcer un interventionnisme déjà étouffant n’est donc certainement pas pour rendre confiance aux Français et les persuader que la croissance sera au rendez-vous. Les bonnes réformes sont exactement à l’inverse : pour que les Français aient confiance, qu’on leur laisse la paix. Qu’on les laisse travailler, épargner, entreprendre, gagner de l’argent et leur assurer qu’il sera pour eux, et pas pour le percepteur ou l’URSSAF. La confiance c’est mettre fin à l’angoisse des retraites, aux désordres de l’Education Nationale, aux imprévus de la santé publique, à la spoliation par les prélèvements obligatoires. Oui, c’est vrai, il n’y a pas de croissance sans confiance. Mais il ne peut pas y avoir de confiance tant que les dirigeants s’occupent de la croissance. L’Etat Providence, l’Etat grenouille, a voulu se faire plus grosse que le bœuf. La chétive pécore enfla si fort qu’elle creva.

Ayons confiance en nous-mêmes.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1323 du 23 mai 2017


Editorial : Garder son sang froid

Conjoncture : Etat actionnaire : des privatisations en vue ?

Actualité  : Les Etats-Unis de retour au Moyen Orient

Spécial présidentielles  : Ce qui attendrait les Français après le 18 juin - La guerre du Code du Travail n’aura pas lieu - Hausse de la CSG : inefficace et injuste - Le programme des Républicains est-il attrayant ?

Actualité libérale

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...