Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’économie mathématique

Les études d’ingénieur de Léon Walras l’ont conduit à rêver d’une science économique qui serait plus rigoureuse, parce qu’elle utiliserait un langage mathématique. Comme Jevons, Walras utilise le principe du « calcul à la marge » pour expliquer la logique des choix individuels.

Lire la suite...
Rentrée : quoi de neuf ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 03 Septembre 2012 01:00
 Rentrée du gouvernement l www.libres.org

Les sondages le confirment : les Français s’inquiètent. Ceux qui avaient quelque espoir de changement en sont pour leur frais. Ceux qui craignaient le changement voient leurs inquiétudes se concrétiser.

Il y a pourtant quelque chose de nouveau : le libéralisme est de retour.

Je vois d’abord la déception de ceux qui ont voté pour François Hollande. Je ne parle pas des élus. Eux sont apparemment satisfaits : ils se sont emparés d’un pouvoir sans limite apparente. Mais les électeurs ? Les naïfs qui ont voté au hasard s’aperçoivent qu’ils n’ont pas tiré le bon numéro. Mais il y a la vraie gauche, celle de Mélenchon, des Verts, de la CGT, de FO et de la FSU  : ils sont déjà dans l’opposition, et bientôt dans la rue. L’électorat des socialistes a fondu comme neige au soleil. « L’immobilisme » des 100 jours aura été fatal au gouvernement. Pour beaucoup de Français, Hollande met ses pas dans les traces de Sarkozy. Bien vu.

Je vois ensuite les craintes de ceux qui n’ont pas voté pour François Hollande. Ceux-ci ne sont pas surpris, les socialistes confirment qu’ils n’ont rien compris, rien appris, et appliquent avec méthode les principes qui conduisent la France aux bords du précipice. Principes simples, et simplistes : faire payer les riches, domestiquer la finance et le patronat, construire des logements « sociaux ». Parallèlement, il faut laisser libre cours aux réformes sociétales qui ont l’avantage de ne pas coûter un sou : destruction de la famille par reconnaissance du mariage homosexuel et de l’adoption par des couples homosexuels, euthanasie, changement des programmes et des rythmes scolaires. Fallait-il s’attendre à autre chose ? Certainement pas. Il existe des pays heureux où la gauche a fait une politique de droite une fois au pouvoir. Cette épreuve nous a été épargnée : les socialistes français sont bien à gauche. 

Ainsi pros et anti Hollande en concluent-ils que rien n’a changé. Ils ont raison. Mais est-ce grave ? D’une part, la classe politique s’est tellement discréditée par ses erreurs, ses mensonges et ses utopies que l’on attend plus grand-chose d’une alternance politique, si spectaculaire soit-elle. D’autre part, le sort de notre pays se joue aussi ailleurs qu’à l’Elysée, à Matignon ou au Palais Bourbon. Les perspectives européennes, les élections américaines, les guerres civiles et religieuses du Moyen Orient vont peser lourd dans les mois à venir. 

Cette rentrée serait donc triste à pleurer si quelques signes précurseurs d’un renouveau ne se percevaient pas dès maintenant. Je suis encore sous le choc du succès de notre Université d’Eté, qui s’est terminée en apothéose, et nous permet de retrouver un espoir réaliste dans le renouveau du libéralisme français. 

Je craignais beaucoup pour cette Université. La pauvreté de nos moyens nous avait conduits à réduire la toile, et en supprimant les traductions simultanées nous nous étions volontairement privés de la présence de nombreux participants étrangers – des jeunes en particulier – qui depuis des années avaient l’habitude de nous rejoindre et fournissaient des panels et des auditoires fournis, enthousiastes et stimulants. C’est donc une chambrée de cent cinquante participants que nous nous sommes préparés à recevoir. Mais quelle qualité, quelle ferveur, et quelle détermination ! J’ai retrouvé la chaleur de nos toutes premières universités d’été, dans les années 1970 où une petite poignée de professeurs et étudiants osaient s’affirmer contre la pensée unique déjà en place.

Sans doute la classe politique ne s’est-elle pas précipitée à Aix – ce sera pour une autre fois. La grande réunion de Châteaurenard autour de Jean François Copé annonçant sa candidature nous a privés de la présence de nombreux amis élus libéraux. Mais nous avons eu au moins la visite de deux députés, Hervé Mariton et Christian Kert, et seize autres ont adressé des messages de sympathie et de soutien, regrettant de ne pouvoir se rendre à notre invitation. L’intention de nombre d’élus d’affirmer un courant libéral se confirme donc, même si le libéralisme d’un politicien n’est pas exactement celui de Friedman ou Hayek. Par exemple, beaucoup de nos élus sont tombés dans le panneau de l’Europe dirigiste et technocratique, explicitée dans le fameux traité européen en cours de ratification. 

La vraie source de mon enthousiasme, et la vraie nouveauté de cette rentrée, c’est l’intention affirmée en ce 29 août à Aix en Provence d’organiser la reconquête libérale suivant des procédés et des approches renouvelés : libéralisme de proximité avec des cercles et clubs locaux, pédagogie à base de sites et de documentations très accessibles, coordination souple entre la vingtaine d’initiatives existantes à ce jour. L’ALEPS, pour sa part, sera une centrale de services, offrant à tous les arguments, les documents et les intervenants de nature à convaincre l’opinion publique. C’est une sorte de résurrection de Idées Actions, la centralisation politique en moins, la diversité des approches en plus. 

Lecteurs de la Nouvelle Lettre, vous aurez le privilège de suivre avec attention les progrès de notre entreprise, et de vous y associer étroitement si vous le désirez. La Lettre demeure le « bulletin de la paroisse libérale », bienheureux les fidèles et les convertis. Rien de neuf, à vrai dire. Mais le neuf c’est l’écho que nos écrits et nos projets vont avoir auprès de Français attirés par une troisième voie, celle du libéralisme, qui nous affranchit et du collectivisme et de l’étatisme.

 
More Articles :

» Je suis plombier polonais

J’ai reçu hier cette missive de Cracovie :« Je suis plombier polonais. On avait beaucoup parlé de moi en 2005, à l’occasion du referendum sur la Constitution Européenne (rejetée par 55 % des électeurs français). A l’époque, on avait...

» La Reconquête

Le rendez-vous historique de la France avec le libéralisme a été manqué. Après une avancée autant éphémère qu’incertaine, le libéralisme a disparu de la vie politique française. Certes, la confusion est entretenue dans le discours : le...

» Santé : Fillon clarifie son plan

Clarification ou renonciation ?

» Macron : la voiture-balai

Les ralliements s’accélèrent : forces vives ou boulets ?

» François Hollande, l’humanitaire

Dans un discours remarqué pour sa flamme, notre Président défie la Russie

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1337 du 14 octobre 2017

Editorial : L'école de la République
Actualité
:
Une grève tout à fait logique - L’avenir est-il à la confédération ?  - La discussion du budget 2018 est en marche
Connaissance du libéralisme :
Liberté et droit, la synthèse
Lu pour Vous


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...