Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Mémoires d’une vache PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 04 Mars 2013 00:00

Je termine ce soir mon séjour au Salon International de l’Agriculture. Je m’appelle Marianne, un nom qui me convient bien parce qu’il fait penser à ce qu’il y a de plus beau et de plus constant dans votre République Française : les subventions, le corporatisme et surtout l’immobilisme. Parce que nous, les vaches, n’aimons pas bouger. Nous ne faisons d’exception que pour les trains, mais nous commençons à nous inquiéter de voir de plus en plus de trains étrangers circuler sur des rails français et les grèves de cheminots nous chagrinent.

Je m’adresse à vous parce que j’ai un devoir de mémoire (j’ai compris que c’est l’acte civique par excellence). Je veux témoigner des belles heures de ce Salon, et je veux que les leçons de 50 ans ne soient pas perdues.

Mon témoignage, c’est d’abord celui de la continuité politique de notre pays. Depuis 1870, avec le Concours Général Agricole, ancêtre du Salon, tous les présidents, premiers ministres, ministres et secrétaires d’Etat, bref tout ce qui fait la grandeur de la France, ont défilé ici. En ce qui me concerne je n’ai eu le plaisir d’accueillir que VGE et les suivants, j’ai beaucoup aimé Jacques Chirac qui me caressait la croupe (un peu coquin), mais François Hollande a préféré tapoter mon museau, heureux de voir dans mon regard les lueurs d’intelligence dont il est hélas privé dans son entourage. De plus il aime faire des vacheries, comme celle qui a consisté à annoncer la mort politique de Sarkozy : « Tu ne le verras plus », a-t-il répondu à un enfant qui lui demandait où était Sarkozy.

Autre témoignage important : devant moi il n’y a plus ni gauche ni droite, ni parti majoritaire ni opposition : tout le monde vient, se fait photographier avec moi et proclame son amour pour l’agriculture, les paysans, les veaux, les vaches et les cochons, promet de tenir tête à ces cochons d’Anglais et Européens qui veulent la fin de la PAC. Mon paysan a l’air heureux, et j’en beugle d’aise. Le Salon est réellement le creuset de la France profonde, de la France enfouie, des promesses bovines.

Dernier témoignage : cette année le salon a été « au goût du cheval » et mon éleveur peste parce que des bovins de qualité se trouvent associés à des équidés roumains. Ici mon intelligence a été prise exceptionnellement en défaut parce que le Président Hollande, peut-être épuisé après dix heures de visite, a promis un étiquetage de traçabilité qui existe déjà.

Je ne passe que quelques jours à Paris, on veut que je sois la plus belle pour aller parader, mais derrière les apparences, voyez les leçons que la société française a pu tirer de ces Salons successifs. Il semble en effet que l’on veuille organiser la France comme un troupeau.

D’abord c’est le triomphe de la médiatisation, avec ce qu’il faut pour éblouir le téléspectateur : les enfants qui découvrent les lapins, les moutons noirs (que l’on connaît pourtant bien dans la vie politique), les bananes subventionnées, les produits bios.

Ensuite, c’est l’occasion de recevoir des messages forts. Le ministre de l’agriculture Le Foll (aucun rapport bien sûr avec un triste épisode pour les vaches) a expliqué que l’avenir de l’agriculture est dans l’écologie. Inquiétant tout de même pour moi : il est l’ennemi des herbicides. Les animaux et la nature faisant bon ménage : enfin ! On a beaucoup parlé aussi de la nécessité d’avoir une agriculture « made in France », ce qui m’a un peu gênée parce que je suis de race Salers, dont les ancêtres, à ce qu’on dit, sont Espagnols, et parce que tout ce qui m’entoure, à commencer par la machine à traire qui est importée de Suisse, ou le van qui me transporte de marque allemande, ou le chien de garde qui est un collet d’Ecosse, a souvent une origine étrangère douteuse.

L’organisation en troupeau est aussi le rêve de tout dirigeant politique, notamment à gauche où l’on aime bien le collectif. Ainsi les citoyens français, à ce qu’on m’a dit, sont-ils conditionnés au point de suivre aveuglément les éleveurs qui les dirigent. Ils rentrent périodiquement à l’étable, qui est en forme de bureau de vote. Ils ne savent pas qu’ils sont à terme menés à l’abattoir.

Mais la trace la plus visible d’animalité dans la société française est la transposition au genre humain de ce que l’on a réalisé pour les bestiaux. L’insémination artificielle, les manipulations génétiques et l’eugénisme sont à l’ordre du jour. L’euthanasie ne sera plus réservée aux vétérinaires, elle pourra être pratiquée par des médecins.

Ainsi me devais-je de vous rappeler pourquoi le Salon de l’Agriculture est durablement au cœur de la République et entend y rester. Quand la stabulation sera terminée, quand vous verrez à nouveau les bêtes dans les prés, ayez une pensée pour moi, Marianne, songez à tout ce que j’ai gardé en mémoire. Je ne suis pas aussi douée que l’éléphant, mais j’ai pu vous rappeler l’essentiel. Vachement bien à vous.

 
More Articles :

» L’Union Européenne cherche sa voie

Le sommet de Bratislava n’a pas permis de mettre l’Union Européenne sur une nouvelle voie. Personne n’a été déçu, puisque personne ne s’y attendait, en dépit des audaces médiatiques. Le problème européen reste donc entier. Ce...

» Croissance : reprise ou ravaudage ?

Reprise de la croissance : nos gouvernants en ont eu plein la bouche ces derniers jours, surtout avec l’annonce du « contrat du siècle ». « Notre action porte ses fruits, c’est une croissance qui est enclenchée.» (Michel Sapin...

» Amérique et Europe : Libre Echange ou Protectionnisme ?

L’Amérique, c’est évidemment Obama. L’Europe, c’est apparemment Merkel. Les deux se rencontrent à Hanovre et veulent précipiter l’issue des négociations commerciales et financières qui permettraient de faire de l’Atlantique une...

» Le gouvernement des vaches

Le Salon de l’Agriculture, une manifestation surannée et malséante

» Eurexit

Il serait peut-être temps pour les pays européens de sortir de l’Union Européenne. L’Union n’a plus aucun intérêt politique et représente un boulet économique. Ce n’est pas nouveau, mais les négociations menées (avec succès,...

Flashes du jour

Mise en examen de Pénélope Fillon

Fort heureusement, la mise en examen de Pénélope Fillon, à la suite d’une instruction « à charge » et d’une « célérité inhabituelle » (Me Cornut-Gentil) a eu peu d’écho puisque les médias ont été occupés à commenter : le choix de Valls, la lettre de divorce des Anglais avec l’UE, la défaite de la France face à l’Espagne.

 

Lire la suite...
 
Manuel Valls votera Macron

(Bourdin, 8 :30) : ce n’est pas un ralliement (dont visiblement Macron déclare n’avoir rien à faire, il reste le « maître de l’horloge »), mais un devoir national pour barrer la route à Marine Le Pen.

 

Lire la suite...
 
L’île de la Guyane

Macron a évoqué « l’île de Guyane » : ignorance ou lapsus ? A trop parler on finit par dire n’importe quoi. Voilà de quoi inspirer confiance !

 

Lire la suite...
 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : L’illusionniste

Conjoncture : Le CAC à 5000 : reprise ou bulle ?

Actualité  :Angela Merkel ne sa laisse pas impressionner - Ecosse, Irlande : les dégâts collatéraux du Brexit - Quelles leçons des élections aux Pays-Bas ?

Spécial présidentielles  : La campagne serait-elle enfin commencée

Actualité libérale  : Davantage présents dans la campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...