Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

Pourquoi la croissance de l’Etat ?

Au début du 20ème siècle, Adolph Wagner avait formulé une « loi économique » : les dépenses publiques occupent une proportion croissante du produit national. Une nation plus civilisée appelle un Etat plus dispendieux.

Lire la suite...
Le devoir de joie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 22 Avril 2013 00:00
Hollande en vigie pirate l www.libres.org

Ce titre ne manquera pas de vous surprendre, voire de vous incommoder. N’y a-t-il pas en ce moment de quoi se lamenter ?

Le terrorisme vient à nouveau de frapper des innocents à Boston. La menace nucléaire est brandie par un dictateur fou. Le fanatisme islamiste est au pouvoir dans de nombreux pays, et veut s’étendre encore. La conjoncture économique est au plus bas en France et ailleurs, il y a des centaines de faillites, des millions de chômeurs, des milliards de dettes. Chez nous nous avons en prime une attaque en règle contre la famille, contre l’enfance, contre le droit naturel. Chez nous nous avons en prime la corruption politique, le mépris du gouvernement pour le peuple, l’arrogance des oligarques. Tout va très bien, Madame la Marquise…

Alors, pourquoi parler de la joie et la présenter comme un devoir ?

 

Parce que la joie est la seule façon de changer les comportements et d’aller vers la terre promise d’une société de libertés. « Pourquoi pleurer comme une femme sur un royaume que tu n’as pas su défendre comme un homme ? » (propos tenu en 1472, dit-on, par Aixa Fatima à son fils le roi Boabdil qui venait d’être chassé de Grenade par Isabelle la Catholique).

Il me semble que trop de gens aujourd’hui se complaisent dans la complainte, eût-elle des arguments sérieux à faire valoir. Pour ceux qui veulent réellement que la France se libère de ses vieux démons de l’étatisme, du jacobinisme, du laïcisme, du nationalisme, ils ne peuvent se satisfaire de hurler avec les loups.

Je l’ai déjà dit : les hommes politiques et la presse d’opposition croient assumer leur mission en multipliant les critiques et les attaques contre la gauche au pouvoir, contre les idées dominantes. C’est facile, c’est sans doute à terme électoralement parlant, encore que la répartition des bénéfices entre l’UMP et le Front National ne soit pas encore connue. Mais dans leur démarche, il n’y a aucun entrain, aucune innovation. Simplement, ils attendent le moment venu de l’alternance, alors qu’ils devraient travailler à la rupture, brûler eux-mêmes leurs vieux démons, s’affranchir de la pensée unique.

 Mais en qui et en quoi mettre son espoir ?

En qui ? En la société civile. Elle ose maintenant défier le pouvoir. La manif est pour tous. Elle est dans la rue, elle ne s’exprime pas en brandissant les drapeaux rouges de la haine et de la lutte des classes, mais les étendards de la famille : un homme, une femme et des enfants. Elle est calme et déterminée, elle oppose la sérénité à la duperie, au scandale, voire même à la violence des forces de l’ordre qui ont reçu consigne de les traiter chaque jour comme des criminels. Peu à peu, inexorablement, la société civile va s’organiser. J’ai lancé le principe des « Forums des libertés », de rencontres informelles de citoyens désireux de s’unir et se conforter en préparant la rupture. L’expérience démarre avec lenteur, mais avec détermination, et les forums vont se multiplier pour peu que vous y croyiez, et que vous en preniez vous-mêmes l’initiative.

En quoi espérer ? En des projets, en des programmes qui ont permis à de nombreux peuples de sortir des ténèbres en retrouvant les lumières de la liberté. J’évoquais la semaine dernière le miracle anglais des années 1980, porté par Margaret Thatcher, elle-même portée par sa foi libérale. Mais peu après, l’Amérique était de retour avec Reagan. Puis les révolutions de velours ont abattu le communisme en Europe Centrale et de l’Est. Plus près de nous encore, le Canada, l’Australie, la Nouvelle Zélande rompaient avec l’Etat Providence. Et ces toutes dernières années la Suède et l’Allemagne les imitaient.

Tous ces peuples étaient devenus tristes. Tous ces gens n’avaient plus la possibilité ni l’envie de mener leur vie. Puis soudain, un désir de joie les a saisis, ils ont pris leur destin en mains, brisé les chaînes politiques, bureaucratiques, pour affirmer leur droit à la liberté.

C’est à notre tour de retrouver la joie. Nous ne rassurerons ni n’entraînerons les Français, et notamment les jeunes, en pleurant sur le déclin du pays et les malheurs qui nous attendent. Les jeunes fuient déjà vers l’étranger ou s’enfoncent dans le néant. Spectateurs critiques ou acteurs responsables ? Bonne question de Christian Saint Etienne.

Pour agir, pour préparer l’avenir, il nous faut de la joie. « La vérité vaincra » : j’ai fait mien ce slogan des Polonais écrasés par la dictature soviétique. L’espérance se nourrit dans la joie. Potion magique : écoutez Charles Trenet, ou des dialogues d’Audiard, ou des disques du Splendid : Y a d’la joie, qu’est-ce qu’on attend pour être heureux, Madame la Marquise …

Ce n’est pas facile, comme le rappelait Péguy qui traitait des trois vertus théologales : foi, espérance et charité. « C’est la foi qui est facile et de ne pas croire qui serait impossible. C'est la charité qui est facile et de ne pas aimer qui serait impossible. Mais c'est d'espérer qui est difficile. Et le facile et la pente est de désespérer et c'est la grande tentation. »

Ne cédons pas à la tentation. Assumons notre devoir de joie.

 
More Articles :

» Harcèlement : plan d’urgence ou profonde conversion ?

Je m’étais interdit de vous harceler avec le harcèlement. D’abord parce que tout a été dit sur le sujet – le meilleur et le pire d’ailleurs. Ensuite parce qu’en dehors d’une condamnation justifiée et sans doute unanime, chacun...

» Le pétrole va tuer la planète

Mais il va sans doute bénéficier à l’humanité et notamment aux peuples les plus pauvres. Le cours mondial du pétrole vient à nouveau de s’effondrer : c’est que les énergies fossiles sont plus fournies, plus accessibles et moins chères...

» Theresa May à Paris

Cherche-t-elle un allié pour un Brexit adouci ?

» Trump accroît le budget de la défense de 10 %

C’est l’annonce majeure de son discours au Congrès ce soir

» Comment réformer les prisons

Recourir au privé, offrir de nouveaux services, éduquer au travail

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1343 du 29 novembre 2017

Editorial : Le doux commerce
Actualité
:
Le libéralisme est libéral - La grande cause du quinquennat - Agir : Les constructifs se détruisent
- La leçon africaine d’Emmanuel Macrons
Connaissance du libéralisme :
Liberté et Propriété, la synthèse 
Lu pour Vous :
Assemblée Générale 2017 de l’ALEPS - Hervé Novelli lauréat du Prix Renaissance de l’économie


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...