Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Fructidor PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 26 Août 2013 00:00
Récoltes révolutionnaires l www.libres.org

Camarades républicains, cette lettre est datée du 8 Fructidor. Je me suis mis au goût du jour, qui nous ramène deux siècles en arrière. En effet, les Sans Culottes, ancêtres de nos socialistes, avaient avec intelligence remplacé le calendrier grégorien par le calendrier révolutionnaire : plus rationnel, rompant enfin avec un millénaire d’obscurantisme religieux et politique.

Le mois d’Août était une réminiscence insupportable de la dictature impériale : comment appeler un mois du nom d’Auguste ? Pourquoi se plier à la réforme du Pape Grégoire XIII, imposée de force par les chrétiens ? Proches de la nature, qu’ils idolâtraient comme nos écologistes, les Républicains ont évacué du calendrier toute trace de despotisme pour le mettre au rythme des saisons. Ainsi Août a-t-il été divisé entre Thermidor et Fructidor.

 

Mon choix n’est pas innocent : je veux moi aussi me retrouver à l’âge de la Terreur, des Incroyables et des tribunaux de Salut Public pour être en harmonie avec les élus du peuple.

La société française renouant avec la barbarie, la déliquescence des mœurs, la haine et l’arbitraire : n’est-ce pas une grande renaissance ?

Un ordre social nouveau, un constructivisme élitiste : il ne manque que la gestation de l’homme nouveau. Un bon système éducatif, une littérature et des spectacles écervelés y pourvoient déjà.

Il n’est pas jusqu’aux assignats que je retrouve avec un plaisir nostalgique : la dette publique financée par la cavalerie et la spoliation, quelle habileté ! Et la corruption érigée en mode de réussite, quelle bonne aventure ! 

Cependant, Fructidor est un mois qui a une place à part dans le calendrier républicain révolutionnaire : c’est celui où l’on récolte ce que l’on a semé et moissonné. La récolte est abondante : la ruine économique et le chômage, la destruction de la famille et de la vie, l’inculture et l’ignorance. 

Les gazettes sont pleines des périls qui guettent le pouvoir en fructidor : une rentrée scolaire agitée par l’affaire des rythmes, mais aussi des genres, une réforme des retraites obérée par la tyrannie du statu quo, des finances publiques en forme de tonneau des Danaïdes contribuables, des collectivités territoriales minées par le jacobinisme.

S’agiss ant de la vie politique, on se croirait aux plus beaux jours de l’an II : les sectes et les intrigues se multiplient. Après l’élimination des Girondins, les Hébertistes sont évincés, puis Danton et ses amis, puis Robespierre lui-même. Cela n’empêche pas de célébrer la fête de l’Etre Suprême. Il est vrai que la peine de mort a été abolie et que la guillotine a disparu, mais la lutte de tous contre tous prend chaque jour une intensité nouvelle, en dépit des communes psalmodies contre la droite, ou le libéralisme, ou l’Eglise. L’Etre Suprême est toujours sur sa colonne à Paris. 

Ces quelques considérations et les fantaisies de style que je vous impose n’ont d’autre but que de souligner le décalage qui s’accentue chaque jour entre les rêveries criminelles de la gauche et les réalités économiques, sociales et morales auxquelles notre pays est confronté.

Ces gens sont d’une autre période, d’un autre monde, peut-être d’une autre planète. Ils sont en fructidor. Or, les Français gardent encore les pieds sur terre, bien que le matraquage médiatique soit à l’œuvre et porte ses fruits. Ils sont en Août. 

C’est vers les Français qu’il faut se tourner dès maintenant, pour leur éviter de sombrer dans l’aventure populiste ou le retour aux errements pré-socialistes, souvent méta-socialistes.

Je l’ai déjà dit : je ne crois pas nécessaire pour les libéraux de s’attarder sur fructidor, si ce n’est pour dénoncer et enrayer le cancer socialiste, collectiviste et jacobin. Je voudrais que nous mobilisions toute notre énergie pour faire connaître le vrai programme libéral, qui représente une vraie révolution, certainement plus proche des droits individuels et du progrès social que celle de 1789 et la suite. 

Il nous faut convaincre, communiquer, influencer.

Les convictions libérales, nous les avons. Cette Lettre, comme bien d’autres documents issus de la galaxie libérale, a rappelé depuis des années les principes fondateurs d’une société de libertés : état de droit, subsidiarité, propriété et responsabilité. De même la liste des réformes libérales a-t-elle été présentée et justifiée.

Reste à faire partager ces convictions à ces millions de Français qui cherchent en vain une alternative au socialisme et à l’étatisme. Ici je crois à la multiplication des rencontres, à l’organisation des forums des libertés, à des cercles et clubs de réflexion, où les Français peuvent apprendre à se passer de l’Etat, à connaître les vices de constitution du socialisme et les véritables dimensions du libéralisme. Cette entreprise me semble d’autant plus réaliste que cette année 2013 a été marquée dès janvier par le réveil de la société civile : des millions de manifestants de toutes origines, de tous âges.

Une fois le mouvement de pensée et les informations largement diffusés, nul doute que les libéraux pourront avoir une influence sur la société politique. Je ne crois pas qu’il faille mettre la charrue avant les bœufs et se contenter d’une reconnaissance formelle à l’occasion des prochaines élections, de toutes façons gagnées par une opposition dont on ne sait toujours pas ce qu’elle est ni ce quelle veut, sinon sortir les sortants.

Chers lecteurs de cette Lettre, anciens ou nouveaux, je vous redis merci pour votre confiance et votre soutien, mais je lance aussi un appel à mobilisation générale, pour ne pas perdre le bénéfice de cette « fenêtre stratégique » qui s’ouvre maintenant et ne doit pas se fermer au printemps prochain. Votre fidélité est pour moi un encouragement, votre travail missionnaire sera pour tous un gage de succès et une source d’espoir. 

 
More Articles :

» Une fenêtre stratégique

Les libéraux ont une fenêtre stratégique, ils doivent l’exploiter et s’en donner les moyens.J’ai toujours soutenu que les actions libérales remontent quand baisse la cote du socialisme. La cote est au plus bas. Les élections de Villeneuve...

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1326 du 13 juin 2017


Editorial : Les abstentionnistes avaient leurs raisons

Conjoncture : La bourse ou la banque : un choix remis en cause

Actualité  : Theresa May à Paris

Spécial présidentielles  : Bayrou citoyen - Déjà un député en infraction - Pour comprendre la pensée d’Emmanuel Macron

Actualité libérale


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...