Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
La gauche décomposée PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 24 Mars 2014 00:00
Avarie à gauche l www.libres.org

Les résultats de ce premier tour sont difficiles à interpréter. J’avoue avoir du mal à vous dire quelque chose d’intéressant, que vous ne sachiez déjà.

J’enfoncerais des portes ouvertes en soulignant l’importance des abstentions. J’écrivais il y a deux semaines : « les abstentions et les votes blancs seront révélateurs de la conjoncture électorale et de la crédibilité des partis ». C’est confirmé : la « rupture civique » est consommée, la classe politique n’attire plus grand monde.

J’enfoncerais d’autres portes ouvertes en rappelant que le Front National a bénéficié de cette rupture, les votes rejets lui ayant valu des succès spectaculaires. Pour autant, je demeure sceptique sur les lendemains de personnes élues sur des thèmes démagogiques et incohérents : des promesses d’interventions économiques et sociales associées à une baisse des impôts, le refus des délocalisations et de la mondialisation associé à une baisse du chômage. Finalement, tout et son contraire. On verra bien…

 

J’enfoncerais encore quelques autres portes ouvertes en disant que le pouvoir a été désavoué, et que la marge de manœuvre de l’Elysée a été singulièrement réduite, au moment où les tensions diplomatiques se renforcent et où les réformes économiques deviennent de la plus extrême urgence. La déshérence du gouvernement appelle bien plus qu’un habile changement ministériel ou de nouveaux effets d’annonce.

C’est d’ailleurs cette dernière remarque qui m’amène au seul commentaire original et sensé qui me vient à l’esprit, vous jugerez de ma lucidité. Ce commentaire, le voici : la gauche française a vécu, elle est décomposée et ce pourrait être décisif pour redonner à la France de véritables raisons d’espérer. Quelle décomposition et pour quel espoir ? 

Certes, depuis le congrès d’Epinay et le Programme Commun de la Gauche (1973), le couple socialo-communiste avait traversé plusieurs crises (la première dès 1978 avait permis à Raymond Barre de survivre). Mais il renaissait de ses cendres en 1981 pour porter Mitterrand à l’Elysée, puis en 1998 pour porter Jospin à Matignon, encore en 2008 pour rafler les municipalités et les régions et, en tout dernier lieu, en 2012 pour élire Hollande. Aujourd’hui, l’électorat communiste et gauchiste a quitté le rafiot de la gauche. Pas le moindre canot de sauvetage. L’histoire est à peu près la même pour l’alliance entre les socialistes et les Verts, rompue avec l’affaire de Notre Dame des Landes, mais aussi avec le maintien du nucléaire. Il n’est pas jusqu’au Parti Socialiste lui-même qui ait ouvertement éclaté entre d’un côté les partisans d’un recentrage et la conversion du Président à la sociale-démocratie et, de l’autre, les ennemis de l’entreprise privée et du libre échange. Seules les lois Taubira et le culte de la laïcité maintenaient une unité de façade.

Au fond, la gauche française (à la différence du travaillisme anglais ou du SPD allemand) n’était naguère qu’une composition, à usage essentiellement électoral.

Aujourd’hui, les élections détruisent la composition.

Il faut bien reconnaître que les nouvelles idées du Front National ont porté le coup fatal : les électeurs communistes (comme ceux de la Lorraine ou du Nord) ont été séduits par le rejet de l’euro, de la mondialisation et des étrangers aussi (une réalité bien visible à Marseille). 

La décomposition de la gauche peut être une bonne chose pour plusieurs raisons. D’abord, la droite n’aura plus à aller chercher les voix « en face », elle ne se croira plus obligée de faire de la surenchère démagogique, de flatter les écologistes, de ménager les syndicalistes, de vanter les mérites du secteur public. Peut-être va-t-elle s’ouvrir aux idées libérales et se tourner vers un électorat potentiel jusque là négligé voire méprisé.

Ensuite, une partie de la gauche pourrait se reconstruire, non pas autour de combinaisons électorales, mais à partir d’une doctrine cohérente ; l’acte fondateur de la sociale-démocratie allemande a été le choix de l’économie de marché et le refus du marxisme, de même le travaillisme anglais a-t-il rompu avec le totalitarisme syndical. Il existe dans le monde entier des partis de gauche tout à fait capables de mener à bien des réformes allant dans le sens de la liberté économique, on l’a vu au Canada, en Suède, en Australie ou en Nouvelle Zélande.

Enfin, le noyau dur de la gauche, constitué par les syndicats « révolutionnaires », les fonctionnaires et les lobbies du secteur public, les intellectuels totalitaires, cesserait d’exercer sa pression permanente dans les médias et sur la vie publique. 

Peut-être suis-je allé trop vite en besogne. Peut-être ai-je pris mes désirs pour des réalités. Mais peut-être pour quelques jours encore, je suis persuadé que la gauche est bien décomposée et que c’est un changement important et heureux dans la donne politique française.

 
More Articles :

» Pourquoi les Verts ?

C’est la question d’actualité politicienne. Les réponses ne manquent pas, mais je crois qu’il est opportun, à l’occasion de ce remaniement ministériel, d‘aller un peu plus loin et de s’interroger sur l’importance que ces braves...

» Quand va-t-on s’en sortir ?

Je ne comprends pas pourquoi tant d’organes de presse ont titré sur « le choc » alors même que l’effondrement du Parti Socialiste, la poussée du Front National et la médiocrité de la droite étaient prévisibles, je les avais...

» Régionales : rendez-vous manqués

Ceux d’entre vous qui sont friands de bonnes blagues, d’imbécilités de toutes sortes, de mensonges avérés, vont être déçus : je ne m’étendrai pas sur la COP 21 ; je laisse aux négociateurs le temps qu’il leur faudra pour...

» Lettre ouverte aux abstentionnistes

Chers amis lecteurs,Y a-t-il des abstentionnistes parmi vous ? En tous cas il y en a sans doute dans votre entourage, vous les approuvez ou les désavouez.         

» Que nous disent tous ces chiffres ?

Comme à l’accoutumée cette « soirée élection » sur les diverses chaînes d’information nous a valu les habituels commentaires : il n’y a que des gagnants autour de la table, puisque tous les autres sont des perdants. Elle nous...

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1318 du 18 avril 2017


Editorial : 23 avril : fête de la Miséricorde

Conjoncture : Diminuer les charges sociales

Actualité  : Turquie : la dictature est en place - Trump contre Kim Jong-Un

Spécial présidentielles  : Pourquoi nous, économistes, soutenons Fillon - Fillon - Macron : comparaisons

Lu pour vous  : Sur le site libres.org : veille de campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...