Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Conversion de la droite PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 07 Avril 2014 00:00
Après la gauche décomposée... l www.libres.org

La gauche a explosé, victime de ses « contradictions internes », comme disait Marx. C’est un premier pas vers la libération des Français. Je n’ai jamais douté de l’échec du socialisme, construit sur une « erreur anthropologique » : la nature de l’homme ne le porte ni vers le totalitarisme ni vers le collectivisme. L’homme a besoin d’exprimer sa liberté et sa responsabilité, et chaque être humain est « unique et irremplaçable ».

Reste maintenant à franchir un deuxième pas : convertir la droite aux idées de la liberté. Quand je dis « la droite », je vise évidemment la classe politique de droite, et non les électeurs qui votent à droite pour ne pas voter à gauche ou s’abstenir. Comme celle de gauche, la classe politique dite de droite est un assortiment hétéroclite de conservateurs, d’étatistes, de centristes, de nationalistes, d’écologistes et de quelques rares libéraux ; elle ne se trouve une raison d’être qu’à la veille des élections. Encore cette union est-elle éphémère et partielle : la droite adore se suicider.

 

Convertir la droite au libéralisme est un défi difficile à relever. Comment y parvenir ? Il faut une rupture, il faut une stratégie, il faut une détermination.

La rupture s’impose : il y a une droite dont les électeurs ne veulent plus. La défaite de NKM à Paris en est la meilleure illustration. Un grand nombre de Français rejettent une droite divisée, une droite ambiguë, une droite discréditée. La division est une tare, le combat des chefs est permanent. Après Copé contre Fillon, s’est ouvert l’épisode Sarkozy bis, puis maintenant la résurrection de Juppé. Rien de mieux pour rassembler que de s’attaquer aux autres. Les querelles de personnes ont priorité sur un programme et quand il y a un programme c’est un ramassis de mesures incohérentes. A la multiplicité des candidats correspond l’ambiguïté de la doctrine. Le discours et les actes de Madame NKM traduisent parfaitement cette ambiguïté : aussi verte que les écologistes, elle a refusé la prospection des ressources en gaz de schiste ; aussi amorale que Madame Taubira, elle s’est désolidarisée des manifestations contre le mariage pour tous, la GPA, l’euthanasie ; aussi étatiste qu’Alain Juppé, elle trouve que l’UMP est trop « libérale ». Donc « la droite » a laissé Paris entre les mains de Madame Hidalgo. Enfin, les parfums de scandale qui flottent autour des ténors de la droite n’attirent pas le chaland. Là encore la gauche n’a rien à lui envier, mais tandis que la corruption va nécessairement de pair avec l’économie dirigée, elle devrait épargner les partisans de la liberté économique.

Oui, mais voilà : cette droite actuelle n’est pas libérale.

La rupture avec ses leaders va-t-elle nous précipiter dans le vide ? La stratégie que je propose, comme d’autres libéraux, consiste à donner priorité à la pédagogie de la liberté, plutôt que de préparer le catalogue des mesures pour l’alternance. Je prends un exemple. Certains cherchent les 50 milliards manquants pour sortir de l’ornière : on peut supprimer telle subvention, comprimer certains coûts, bloquer des salaires ou des travaux. Double erreur à mon sens : d’une part l’objectif est-il 50 milliards, faut-il s’occuper de l’argent ou des comportements, peut-on réduire les dépenses de l’Etat, des collectivités territoriales, de la Sécurité Sociale sans réduire le périmètre de leurs interventions ? Il faut ramener le secteur public à sa plus simple expression. D’autre part, un programme peut-il se bâtir comme un patchwork, en prenant soin de ne heurter aucune catégorie d’électeurs (y compris les privilégiés), ou doit-il traduire un projet de société fondé sur la liberté et la responsabilité ? Le changement est total, global (« comprehensive » disent les Anglais) ou n’est pas. Il s’agit de changer de système, d’abandonner la centralisation et l’administration pour la décentralisation et le marché.

Malheureusement nous subissons la tyrannie des chiffres, les médias ne retiennent que les milliards et ce qui leur semble « concret ». Notre stratégie doit être au contraire bâtie sur la diffusion, l’éducation, l’explication des grands principes libéraux : subsidiarité, concurrence, propriété, responsabilité. Ce n’est qu’une fois la pédagogie libérale mise en place, une fois l’opinion publique libérée de la pensée unique et persuadée désormais qu’on doit et qu’on peut se passer de l’Etat, qu’émergera naturellement une nouvelle classe politique susceptible de faire triompher dans les urnes le succès des idées de la liberté. Ce n’est pas Reagan qui a changé les Etats Unis, ce sont les gens qui ont changé les idées dominantes dans les universités et la presse américaines. Ce n’est pas Madelin ni la bande à Léo qui a donné l’espoir d’un gouvernement libéral, c’est la vague libérale venue de Thatcher et Reagan, et les travaux des intellectuels libéraux français relayés par Le Figaro Magazine. Comme le disait feu mon ami Jean Marc Varaut : faisons la liberté, la liberté fera le reste. 

Bien sûr, je n’ignore pas la difficulté de l’entreprise de conversion. Tout d’abord, c’est une génération entière d’élus et de politiciens qui a été atteinte d’amnésie libérale. Ensuite, les médias ne plaident pas en notre faveur. Enfin l’environnement international est moins propice que dans les années 1980 et le protectionnisme fait son retour.

Pourtant la société civile s’est déjà réveillée, au nom de la liberté, des droits individuels et de la dignité de l’être humain. C’est donc vers la société civile que doivent aller nos efforts, mais sommes-nous prêts à assumer cette mission ? Je pose ici la question de notre détermination. Il n’y a pas de conversion sans missionnaire.

 
More Articles :

» Garder son sang froid

Un grand nombre de Français sont persuadés qu’une lame de fond va donner au Président une majorité absolue, ou relative (base de quelques tractations ou trahisons ponctuelles). Je comprends leur pronostic, mais il est à mon sens...

» Tâche immense

Victoire ou triomphe ?Emmanuel Macron a remporté une victoire   attendue, mais sans panache puisque les jeux étaient faits d’avance avec le ralliement des Républicains, des Centristes et des Socialistes, et la grande peur de « l’extrême...

» Quelle opposition ?

A la fin de cette semaine nous aurons un Président, ou une Présidente. Mais qu’importe ? De toute façon l’avenir de notre pays est mal engagé. Un quart seulement du corps électoral aura gagné ces élections, encore faut-il préciser que...

» 23 avril : fête de la Miséricorde

Dimanche dernier dans le monde entier deux milliards de chrétiens auront fêté Pâques. Leur foi leur aura permis de reprendre espoir : ils se savent désormais rachetés de leurs fautes et prêts pour porter un message d’amour fraternel.

» Manuel Valls votera Macron

(Bourdin, 8 :30) : ce n’est pas un ralliement (dont visiblement Macron déclare n’avoir rien à faire, il reste le « maître de l’horloge »), mais un devoir national pour barrer la route à Marine Le Pen. 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...