Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait


Un Marx libéral ?

Les principaux éléments de l’économie marxiste se trouvent chez John Stuart Mill, qui a ajouté aux erreurs de Ricardo et Malthus dont il prend la suite.

Lire la suite...
Les Papes de l’ouverture PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 28 Avril 2014 00:00
L'église experte en humanité l www.libres.org

La double canonisation de Jean XXIII et de Jean Paul II aura revêtu une dimension et un caractère peu communs. Deux milliards de téléspectateurs, dit-on, plus d’un million de pèlerins à Rome, des délégations de plus de quatre vingt pays : voilà pour les quantités. La ferveur et le recueillement, l’embrassade de François et de Benoît XVI, la splendeur de la cérémonie : voilà pour la qualité. Même si vous n’étiez ni à Rome ni devant vos téléviseurs, vous avez compris qu’il s’est passé quelque chose d’extraordinaire en ce deuxième dimanche après Pâques, que Jean Paul II a institué en Fête de la Miséricorde.

 

On a prêté des intentions diverses au Pape François qui a pris l’initiative d’associer les deux Papes pour qu’ils soient reconnus ensemble comme deux Saints. Quelques commentateurs ont cherché à marquer une différence entre les deux Saints Pères. Le Pape François aurait-il voulu tenir la balance égale entre deux courants, deux sensibilités, de l’Eglise Catholique ? Il m’apparaît qu’on devrait au contraire souligner la continuité, la convergence entre les deux Papes. Tous deux ont marqué à la fois la solidité et l’ouverture de l’Eglise catholique.

La solidité est celle de la doctrine et des points d’ancrage de l’Evangile. Il fallait que l’Eglise fût bien solide pour réagir aux « choses nouvelles » apportées par le monde contemporain. Face à la montée du socialisme, les deux Papes ont rappelé le droit naturel à la propriété privée, face à la montée du consumérisme, ils ont rappelé le danger du matérialisme et appelé au partage et à la solidarité volontaire. Face à la montée du collectivisme, ils ont prôné le développement de la société civile et des corps intermédiaires.

La solidité de la société bâtie sur l’Evangile, c’est encore celle de la famille, creuset de l’éducation et source d’épanouissement personnel. Le Pape François, dans son homélie, a tenu à souligner cette dimension fondamentale du christianisme, mais aussi de l’humanité entière. Ainsi Jean XIII et Jean Paul II nous ont-ils offert les arguments de nature à maîtriser les changements contemporains pour les charger en humanité : « l’Eglise, experte en humanité ». 

Mais cette offre n’a pas été seulement intellectuelle, doctrinale. Elle s’est accompagnée d’un principe d’action : l’ouverture de l’Eglise, l’appel aux catholiques pour qu’ils aillent par le monde entier répandre le modèle évangélique, tant par leur comportement que par leur discours. Cette ouverture, c’est évidemment celle du Concile Vatican II.

Jean XXIII a osé faire comprendre à l’Eglise qu’elle avait un message à porter, et qu’il n’était pas réservé à une minorité de clercs, voire même de pratiquants, voire même de croyants. L’esprit conciliaire a trouvé son couronnement avec Jean Paul II, celui qui a visité tous les pays, qui a dialogué avec les autres religions à Assise, celui qui est allé vers les jeunes, celui qui a dit « n’ayez pas peur », ne craignez pas d’affirmer votre chrétienté, parce que vous-mêmes serez témoins du Christ, vous-même vous convertirez.

Le défi était formidable ; d’un côté s’enraciner dans les valeurs spirituelles et morales de la catholicité et les faire triompher contre le communisme, le matérialisme, l’eugénisme, d’un autre côté se donner la mission d’être au milieu des autres, de se mobiliser pour porter une Vérité que le relativisme et d’orgueil humain rejetaient (Benoît XVI a lutté sans cesse contre cette erreur fatale). 

J’ose à peine, au risque de devenir impertinent voire iconoclaste, transcrire ce message à la connaissance et à la résurgence des idées de la liberté. Que les libéraux ne s’enferment pas dans une chapelle pour gémir sur leur temps, sur les erreurs et les drames qu’elles induisent, qu’ils soient témoins et missionnaires, solides et ouverts. Solides et témoins des valeurs éthiques de la liberté, missionnaires ouverts, artisans reconstructeurs de la société civile.

Jean XXIII et Jean Paul II ont été proclamés saints. Le bon usage des saints est non seulement de les prier pour leurs intercessions, mais aussi de les imiter, autant que faire se peut – mais il est vrai que le combat pour la liberté est presque aussi exigeant que le combat pour la sainteté.

 
More Articles :

» Dieu est miséricorde

Le Pape François donne une interview : miséricorde ou repentir ?

» L’encyclique sur l’environnement est annoncée !

En avance sur le calendrier prévu, « Laudato si » sera publiée le 16 juin

» Les Chrétiens d’Occident

Le 2 avril l’Eglise Universelle célèbrera la mémoire de ce Pape prophétique

» Faut-il croire au Père Noël ?

Oui, mais…Oui, parce que les tout petits y croient et qu’il ne faut pas les déposséder du plus beau des cadeaux : la découverte, les émerveillements devant la cheminée ou le sapin, le mystère de l’homme au manteau rouge et à la longue...

» Un vote sans surprise

Mais un discours qui a de quoi surprendre

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...