Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Un trop plein de vide PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 09 Juin 2014 00:00
Sauver la France l www.libres.org

Trop plein de candidats pour l’Elysée 2017. Absence totale de leader crédible et vide de la pensée.

C’est l’annonce officielle du « retour de Nicolas Sarkozy » qui m’inspire cet oxymore. Cette nouvelle est d’ailleurs connue depuis plusieurs mois (autre oxymore), mais toute la classe politique et tous les commentateurs font comme s’il s’agissait d’un évènement inattendu, capital et salutaire : « Il » revient.

Pour ma part, j’ai pris « l’évènement » comme une triste affaire, mais aussi comme un encouragement pour les libéraux.

 

L’affaire est triste, et par son contexte, et par son contenu. Le contexte c’est celui de la décomposition de l’UMP, survenue à propos du scandale Bygmalion. Origine du scandale ? Précisément les tricheries et les folies de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Le contexte c’est encore la lutte désormais ouverte entre Juppé et Fillon, et maintenant Sarkozy ; voilà l’UMP trop riche en leaders ! Il est assez risible de voir les ténors de « la droite » compter leurs supporters, présenter leurs équipes, alors que l’on ne sait rien de leurs positions ni de leurs projets : en auront-ils un jour ? Ces braves gens supposent sans doute qu’il suffira d’être « le » candidat en 2017 pour être automatiquement élu contre le candidat du Front National. Toute la manœuvre consiste donc à être le premier de la classe des cancres.

Quel est le contenu politique de la renaissance de Nicolas Sarkozy ? Va-t-il rompre avec ses choix du passé ? En quoi est-il crédible ? En 2007, on attendait Grouchy, on a eu Blücher. Pas la moindre réforme significative : pas de suppression de l’ISF, ni de réduction de la progressivité, pas d’amendement du droit du travail, pas de disparition des 35 heures. Au contraire, une cinquantaine d’impôts nouveaux, un accroissement des déficits et de la dette. « C’est la faute à la crise », a-t-il plaidé. Mais précisément la lecture qu’il a donnée de la crise a été celle de ses conseillers dirigistes et keynésiens. Il s’est fait tout de suite au sein du G9 le champion de la thèse de la « crise de système » : le capitalisme et les marchés financiers étaient les responsables. Il fallait donc « trouver un nouveau système économique ». Alors, en parfait accord avec l’ami Obama, le démocrate héritier de Roosevelt, on a ressorti des cartons le « New Deal » : des dépenses publiques, des déficits records, des dettes infinies. Il aura fallu attendre trois ans et le contre exemple des Allemands pour arrêter le massacre et changer de cap pour aller vers la « rigueur », avec une molle détermination et un mensonge permanent sur l’état de notre pays. Et que dire encore des gages donnés aux adversaires de la mondialisation ? C’est le « patriotisme économique » de Christian Estrosi qui préfigure le « made in France » de Montebourg. C’est le Grenelle de Jean Louis Borloo, plus vert que les Verts. C’est le choix de Madame NKM comme directrice de la campagne, celle-là même qui a privé les Français (pour quelques années du moins) de l’apport énergétique fabuleux du gaz de schiste. C’est aussi les personnalités promues dans un souci « d’ouverture » : DSK au FMI, Kouchner au quai d’Orsay, Stiglitz et Sen comme conseillers à la prospective, etc.

A aucun moment Nicolas Sarkozy n’a choisi la voie libérale, qu’il a ignorée et parfois même caricaturée. Lequel de ses ministres avait-il la moindre conviction libérale ? Hervé Novelli, artisan de l’auto-entrepreneur, a été limogé au premier remaniement. C’est que tout ce monde de droite, comme le patron, s’est interdit toute approche « doctrinale » et a recherché avec une remarquable efficacité les politiques empiriques, celles des girouettes.

Dans ces conditions, je vois mal comment on demanderait aux Français de bien vouloir attendre avec sérénité et confiance le vote de 2017. D’ici là le vide politique. Qu’en pensent les millions de chômeurs, de retraités, de jeunes, qu’en pensent les entrepreneurs et les investisseurs, qu’en pensent les marchés financiers ?

Face à ce vide je crois plus que jamais nécessaire pour les libéraux d’accélérer leur travail : tandis que la classe politique à gauche comme à droite s’occupe de faire le bon choix entre Hollande, Vals, Royal, Juppé, Fillon et, dominant le tout, Sarkozy, nous devons continuer, comme la plupart d’entre nous le font depuis 2012 à parler, à expliquer, à porter le message libéral et à nous organiser pour que la société civile s’exprime, découvre de nouvelles équipes, d’où pourront émerger de nouveaux leaders. Pas de « grand chef » à la tête d’une armée, mais seulement des leaders, dont la mission est d’entraîner les autres vers un objectif commun. D’abord l’objectif, ensuite les leaders.

Manquerions-nous à ce point de confiance en nous, de foi dans le message libéral, pour nous abandonner entre les mains de la classe politique et nous ranger naïvement derrière un grand chef ? La bataille pour la liberté des Français n’est pas encore assez engagée à ce jour. Elle le sera davantage dans les mois qui viennent, lorsque la ruine économique, les tensions sociales, le désordre moral, mettront enfin nos compatriotes sur la seule voie désirable, et inéluctable : le chemin de la liberté.

 
More Articles :

» Du commerce international au libre-échange mondial

La « guerre commerciale » fait craindre un recul du libre échange mondial. C’est ce que l’on pense en général après les initiatives de Donald Trump et les réactions des partenaires commerciaux des Etats Unis.  

» 2018 : une obscure clarté

L’étoile des Rois Mages a fait toute la lumière sur l’histoire de l’humanité, elle a indiqué pour les siècles des siècles la voie de l’espoir, de la vérité et de la vie. Aurons-nous une Epiphanie au cours de cette année 2018 ?...

» ONU : Trump nationaliste et Macron supra nationaliste

Trump est bien Américain : la nation est plus importante que l’Etat, son souverainisme n’exclut pas l’entente avec les autres nations, ensemble et en harmonie. L’ONU ne sert à rien. Macron est bien Français : les Etats doivent se fondre...

» La chute de Raqqa

Le califat est détruit, mais l’imbroglio politique demeure

» COP 21 : Résistances à Trump

Pourquoi cette unanimité ? Est-elle toujours légitimée ?

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1361 du 25 avril 2018

Editorial : La sueur des autres
Actualité
:
La vraie nature de l’impérialisme américain - Jeunesse et éloquence : Macron a séduit les Américains - Gentils étudiants et méchants CRS
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Pierre Bentata, Les désillusions de la liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...