Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’omniscience de Karl Marx

Le succès de Karl Marx tient sans doute au fait qu’il donne une réponse complète (fût-elle fallacieuse) à tous les mystères de la vie des hommes en société. Il parcourt – superficiellement - toute la connaissance scientifique de son époque.

Lire la suite...
Libéral, social et gaulliste PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 15 Septembre 2014 00:00
Ultralibéral...ou pas ? l www.libres.org

Je suis libéral, social et gaulliste ». Ce n’est pas moi qui l’ai dit, mais Alain Juppé : c’est le titre d’une interview donnée à Valeurs Actuelles le 11 septembre.

 

Je poursuis ma campagne contre la classe politique qui refuse de se donner un programme cohérent, et qui devrait adopter un programme libéral, et la profession de foi d’Alain Juppé mérite d’être épinglée. Je ne veux pas me mêler des affaires de l’UMP, ni même de la droite, et je ne voudrais pas que mes amis lecteurs prennent mes remarques pour un soutien à Nicolas Sarkozy, ou à tout autre. Ce qui m’intéresse c’est de persuader les candidats avérés ou futurs, à n’importe quelle élection, qu’ils ont un devoir d’engagement doctrinal vis-à-vis de nous, électeurs. C’est aussi de persuader les électeurs qu’ils ont le droit de connaître des programmes et d’exiger qu’ils soient cohérents. J’ai repris la semaine dernière l’injonction donnée aux hommes politiques par Jacques Rueff : « Soyez libéraux, soyez socialistes, mais dites la vérité ! ».

Or, la vérité, l’histoire et la philosophie politique interdisent de se dire à la fois libéral, social et gaulliste. Libéral ? Alain Juppé est du genre croyant plutôt que pratiquant. « Je ne sais pas si je suis un peu, beaucoup, ou passionnément libéral, mais je n’aime pas les excès.  Je crois à la force de la liberté […] c’est la libre entreprise qui crée les richesses et l’emploi ».

Enfin : « Je me définis certes comme libéral, mais aussi social et gaulliste ». Social, « parce que je ne veux pas liquider le modèle social français ». Or, comme l’avait démontré de façon limpide Alain Mathieu, à l’époque président de Contribuables Associés, c’est ce modèle qui est la cause de tous nos maux, tant économiques que sociaux ou politiques. C’est un modèle confiscatoire, avec 57 % du PIB en dépenses publiques, non seulement pour couvrir les coûts de services publics pléthoriques, mais surtout pour se livrer à une redistribution tout à fait arbitraire des revenus, des patrimoines. C’est un modèle injuste parce qu’il pénalise ceux qui entreprennent, travaillent et épargnent et qu’il crée des millions d’assistés, de rentiers de l’Etat. Du coup c’est un modèle antiéconomique parce que les ponctions fiscales, vu leur importance et leur progressivité, diminuent et la productivité et l’innovation.

Quant au gaullisme, il est dans la bouche d’Alain Juppé l’équivalent de l’étatisme « La nation s’incarne dans un Etat qui doit être efficace sur toutes les questions régaliennes : sécurité, justice, politique d’immigration, lutte déterminée comme le djihadisme ». Peu de libéraux admettront l’idée de l’Etat nation. Il est vrai que la référence aux questions régaliennes est plus rassurante, même si l’allusion à l’immigration et au djihadisme est de pure circonstance.

Quand il en vient aux réformes urgentes, Alain Juppé après avoir rappelé avec générosité les grands progrès réalisés depuis quelques années (notamment il salue les réformes de l’université et considère les lois Taubira comme « un acquis »), précise : « je ne crois pas aux ruptures brutales ». Le peu qu’il en dit sur le plan économique consiste à inverser la courbe du chômage et le « retour à un niveau de croissance suffisant ». Comment ? Quel niveau ? Suffisant pour quoi ?

Je ne veux pas tirer sur le pianiste. Ce que je relève dans les propos d’Alain Juppé peut s’entendre et se lire dans les discours et les écrits de très nombreuses personnalités, de la majorité comme de l’opposition et de très nombreux candidats.

Il est vrai que l’on pourrait avoir des surprises avec l’un de ces leaders, soudainement touché par la grâce doctrinale, peut-être même par le libéralisme. Mais nul doute qu’une forte poussée de l’opinion publique pour un vrai changement sera nécessaire pour décider ces partis et ces leaders à se situer enfin au cœur du problème. C’est le système économique, social et politique de la France qui est en échec et c’est bien une rupture qui est nécessaire, sous peine de revoir une crise profonde dans les prochains mois. Vous savez que je n’aime pas le mot rupture parce qu’il implique une cassure, peut-être un affrontement ou une révolution et je lui préfère le mot « libération » plus conforme à la réalité. C’est cette libération qui a permis à de nombreux pays de sortir de la crise et de retrouver la prospérité, la paix sociale. « Pourquoi pas nous ? » s’interroge à juste titre Xavier Fontanet.

On ne peut en tous cas délivrer un brevet de libéralisme à quiconque ne voudrait pas démanteler le système social français et chercherait la solution du côté de l’Etat.

 
More Articles :

» Tâche immense

Victoire ou triomphe ?Emmanuel Macron a remporté une victoire   attendue, mais sans panache puisque les jeux étaient faits d’avance avec le ralliement des Républicains, des Centristes et des Socialistes, et la grande peur de « l’extrême...

» Quelle opposition ?

A la fin de cette semaine nous aurons un Président, ou une Présidente. Mais qu’importe ? De toute façon l’avenir de notre pays est mal engagé. Un quart seulement du corps électoral aura gagné ces élections, encore faut-il préciser que...

» Nos craintes étaient justifiées, hélas !

Le numéro 1300 de la Nouvelle Lettre a été spécial à plusieurs points de vue. Publié à l’occasion de la cérémonie du cinquantenaire de l’ALEPS, il marquait aussi la 36ème année de parution de notre « bulletin de la paroisse...

» Pourquoi je défendrai Fillon

Je suis personnellement déterminé à défendre la candidature de François Fillon aussi longtemps qu’il ne sera pas mis en examen – il s’est engagé à se retirer dans ce cas. Peu m’importe de savoir si le « parquet national...

» La dette de l’Etat français à 100 %

Ce que l’Etat français doit à ses créanciers va atteindre bientôt 100% de notre PIB. C’est en soi inquiétant : 20 % en 1980 ! Mais depuis le début de l’année, la charge de cette dette ne cesse d’augmenter : c’est encore plus...

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1323 du 23 mai 2017


Editorial : Garder son sang froid

Conjoncture : Etat actionnaire : des privatisations en vue ?

Actualité  : Les Etats-Unis de retour au Moyen Orient

Spécial présidentielles  : Ce qui attendrait les Français après le 18 juin - La guerre du Code du Travail n’aura pas lieu - Hausse de la CSG : inefficace et injuste - Le programme des Républicains est-il attrayant ?

Actualité libérale

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...