Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’économie mathématique

Les études d’ingénieur de Léon Walras l’ont conduit à rêver d’une science économique qui serait plus rigoureuse, parce qu’elle utiliserait un langage mathématique. Comme Jevons, Walras utilise le principe du « calcul à la marge » pour expliquer la logique des choix individuels.

Lire la suite...
Le temps de la mission PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 09 Mars 2015 00:00
Manifestation d'artisans et professions libérales l www.libres.org

Le temps de la mission est venu. Viendra un jour le temps de la moisson.

Au risque de choquer quelques-uns d’entre vous (je compte sur leur indulgence), je me fais un devoir de vous donner mon sentiment sur la façon dont se présente aujourd’hui notre croisade et sur l’importance d’un militantisme commun. Votre engagement et votre amitié, prouvés par votre fidélité, m’encouragent à vous dire toute la vérité.

 

 

 

 

Cette vérité, vous en connaissez la plus grande partie : la classe politique est fermée et rebelle à toute approche doctrinale, mais en particulier à la doctrine libérale. A deux ans d’une échéance politique majeure, aucun parti, aucune personnalité connue, n’accepte de proposer un programme libéral de nature à sauver le pays de la ruine économique, de la décomposition sociale et morale. Ceux qui naguère ont porté la bannière libérale dans la joute électorale gardent le silence ou sombrent dans la pensée unique. Tel Juppé, les éléphants du socialisme et de l’étatisme remontent au créneau. Tel Sarkozy, ceux qui ont trahi l’espoir libéral reviennent sur la scène. C’en est au point que certains peuvent imaginer Valls en Schroeder, et Macron en Pinay. Bref, d’après les sondages (baromètre incertain, il est vrai) plus de 60 % des Français ne feraient plus confiance aux hommes politiques.

Au-delà de ce constat, de cette triste vérité, il y a une autre part de vérité : nous pouvons changer la face de la politique française. Nous ne pouvons plus, comme cela nous est arrivé si souvent, nous résigner en allant à la pêche ou en choisissant des votes réflexes (battre la gauche) ou des votes aveugles (battre l’UMPS ). Ce qui est vrai, c’est qu’il nous faut sortir de l’impasse de la carence libérale, et entrer en mission dès maintenant.

Pourquoi maintenant ? C’est que s’annonce une vague de consultations électorales, autant d’occasions d’ébranler certains candidats en les interrogeant sur des points précis : sur les retraites, sur l’école, sur le logement, sur les impôts, sur la famille, sur les martyrs chrétiens. On objectera qu’il s’agit d’une élection départementale. Non : tous les candidats vont en faire une affaire nationale. D’ailleurs, depuis deux siècles les affaires du département ne sont-elles pas réglées à Paris ? Donc, ne négligeons pas cette carte : que les idées nouvelles (celles du libéralisme) deviennent le poil à gratter de la société politique et s’accompagnent de chantage électoral, tant pis pour la droite, tant pis pour la gauche, tant pis pour le Front.

Vous avez maintenant quelques chances d’être suivis, peut-être pas par les candidats, mais par les électeurs. La société civile est en effet en attente de liberté. Voilà des mois que j’observe le réveil de cette société civile. Les manifs pour tous ont créé la surprise et redonné espoir. Je ne parle pas du 11 janvier, dont l’esprit est en train de s’évaporer totalement, car s’il y avait une réaction spontanée de millions de personnes, il y avait aussi une opération politique savamment orchestrée et on a du mal à séparer le bon grain de l’ivraie. Je veux parler de la soudaine lucidité qui habite maintenant un nombre croissant de nos compatriotes. Vous en avez fait vous-même l’expérience : dans le cercle de vos proches combien de personnes partagent-elles vos analyses et vos conclusions ?

Les conclusions : voilà le problème. Il y a une incrédulité sur les chances pour la France de devenir l’Allemagne ou la Suisse. Mais comment imaginer un changement si personne ne croit au changement ?

Quand on n’y croit pas, l’évasion devient la seule voie offerte. Evasion sous forme d’exil, les jeunes en donnent l’illustration, malheureusement. Evasion sous forme de dérivatifs, le sport, les loisirs, la culture, les bons repas, les réunions de famille, mais à terme la réalité s’impose. Evasion sous forme d’indifférence et de repli sur soi. Evasion sous forme de fuite en avant : vienne la révolution - mais quelle révolution et qui la guiderait ?

A l’évasion les libéraux préfèrent l’action, cette action humaine (Mises) qui débouche sur un ordre spontané (Hayek). Le salut ne vient pas du sommet mais de la base ; il résulte de l’engagement d’hommes et femmes de bonne volonté en quête de progrès et d’harmonie. Ne nous leurrons pas : l’approche libérale a des exigences, ne pas les accepter c’est appeler la servitude, tôt ou tard. Aujourd’hui la liberté exige de chacun de nous qu’il se donne pour mission de parler et d’expliquer, d’organiser des forums et des réseaux, d’entretenir la flamme. Les résultats ne sont pas immédiats, mais ils préparent le terrain : le labour prépare la moisson. Même si le laboureur ne sera pas le moissonneur il doit creuser son sillon. Viendra un jour le temps où la diffusion du libéralisme dans la société civile se cristallisera autour d’un parti, d’un homme, d’un courant de pensée reconnu et respecté. « La question est pour nous de savoir combien de temps il faut à la raison pour avoir raison » (Bastiat).

La pensée libérale est d’une richesse et d’un réalisme incroyables. Nous, les riches de liberté, sachons partager. La mission n’est pas impossible, elle est salutaire.

Il y aura un « après 11 janvier », nous dit-on. La « marche républicaine » ouvrirait une ère nouvelle, la barbarie devrait être anéantie, l’union nationale devrait se prolonger. Qui ne se réjouirait de telles perspectives ? Mais je m’interroge sur les arguments et les moyens envisagés pour bâtir une France nouvelle, du moins à court terme.

 
More Articles :

» Chômage : une bonne nouvelle

La soudaine poussée de chômage en août, due sans doute au réchauffement climatique, est une bonne nouvelle : la courbe du chômage ne s’étant pas inversée François Hollande tiendra sa promesse et ne sollicitera pas un second mandat.Certes...

» Pourquoi les Verts ?

C’est la question d’actualité politicienne. Les réponses ne manquent pas, mais je crois qu’il est opportun, à l’occasion de ce remaniement ministériel, d‘aller un peu plus loin et de s’interroger sur l’importance que ces braves...

» « 2005 : l’année de la reprise »

C’est la déclaration solennelle et joyeuse de Michel Sapin, notre ministre des Finances. Elle était en commentaire des résultats officiels communiqués par l’INSEE : 1,1 % de croissance sur l’ensemble de l’année 2015. Les optimistes ont...

» COP 21 : que reste-t-il de nos amours ?

« Une photo, vieille photo de ma jeunesse »

» 1515 – 2015

2015 : une année historique ? Je me pose la question à l’aube du Nouvel An. Après 1215, 1515, 1715, 1815 allions-nous vivre des évènements qui feraient date dans la légende des siècles ? Aujourd’hui la réponse est...

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...