Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Un saint patron PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 04 Mai 2015 00:00
François Michelin l www.libres.org

François Michelin a été arraché à notre affection, à notre cause. J’ai tenu dans cette Nouvelle Lettre à rendre hommage à l’homme, au libéral, mais aussi à dire, comme l’un des ouvriers de « la manufacture » : c’est le patron que tout le monde voudrait avoir.

 

 

 

 

 

 

 

Pendant quarante ans, j’ai bénéficié de son amitié, de son accompagnement dans la campagne menée pour la diffusion des idées de la liberté, dont l’idée majeure : la liberté est donnée à l’homme pour qu’il épanouisse sa personnalité, pour qu’il affirme sa dignité. Ce n’est pas l’industriel, ce n’est pas l’acteur économique qui défendait quelque intérêt (au demeurant légitime) pour la libre entreprise et le libre échange. C’était avant tout l’homme de foi, le chrétien, qui était exemplaire dans la charité, la simplicité, et l’humilité. Trois de ses nombreuses qualités qui faisaient dire à ceux qui l’approchaient : Monsieur François est un saint. Vous avez peut-être vu ou entendu les témoignages des gens de Clermont, des ouvriers de la manufacture : pas un seul commentaire discordant, une émotion visible, une admiration sans borne. Les journalistes et les personnalités (dont le Premier Ministre) ont plutôt salué l’innovateur, celui qui avait mené l’entreprise au premier rang mondial de l’industrie des pneumatiques, ils ont parlé du pneu radial. D’autres ont évoqué le « paternalisme » : les logements, les écoles, les équipes de rugby ou de foot, les secours et aides apportés aux familles en difficulté. Le pneu Michelin, le guide Michelin, Clermont Michelin soit, mais derrière tout cela Monsieur François.

Monsieur François ne cachait pas qu’il était libéral, il le rappelle sans cesse dans le livre né de l’entretien qu’il a eu en 1998 avec Ivan Levaï et Yves Messarovitch Et pourquoi pas ? Il m’avait fait remarquer que le Littré donnait pour définition ancienne d’un homme libéral : un homme généreux, qui prodigue des libéralités. Un libéral donne aux autres non seulement de l’argent, mais de la considération et de l’amour.

Ainsi, de 1976 à 2002, François Michelin a-t-il entretenu des liens étroits avec l’ALEPS. A l’époque, il n’était pas le seul à s’engager pour la cause libérale. Plusieurs grands patrons avaient compris l’importance des idées pour lutter contre le totalitarisme. Ils le faisaient en général en dehors des organisations patronales, trop occupées à célébrer de grands-messes sociales avec les diacres syndicaux. Pour sa part, François Michelin avait rompu avec le CNPF après les accords de Grenelle en 1968. Quant aux syndicats, ils n’ont jamais pesé lourd parce que le patron se donnait lui-même en exemple pour le respect et la compréhension dus au personnel. Chez Michelin, il n’y a pas de lutte des classes, il y a des hommes fiers de fabriquer ensemble pour des clients du monde entier des produits utiles et performants.

Les patrons de la génération de François Michelin avaient compris que « les idées mènent le monde » (Keynes, mais aussi Hayek). A leur niveau, ils étaient engagés dans la guerre froide, et ils venaient volontiers s’exprimer dans les « semaines de la pensée libérale » pour contrer l’influence des « semaines de la pensée marxiste » créées en 1968 par Roger Garaudy. Paradoxalement, les comportements ont changé du jour où la guerre froide a cessé avec la chute du mur de Berlin. Une nouvelle génération de dirigeants d’entreprises s’est détournée du combat des idées. Contre qui se battre puisque les communistes étaient vaincus ? Ils n’ont pas réalisé que le poison du collectivisme et de la haine avait été instillé dans le corps social français, principalement à travers l’Education Nationale et les médias. Ils ont accepté les pactes léonins avec les syndicats et les pouvoirs publics, d’autant plus que la frontière entre la haute administration et les PDG du CAC 40 s’est effondrée : les énarques issus des grandes écoles y font la loi. Le concept même de « patron » a disparu. L’entrepreneur asservi a été de moins en moins respecté.

Voilà pourquoi la France actuelle se trouve dans une situation si lamentable et si différente de celle que connaissent la plupart de nos voisins. En Allemagne, les patrons prennent des pages entières dans la presse non pas pour attiser la guerre sociale, mais pour informer les gens des mesures qui peuvent menacer l’emploi et le pouvoir d’achat. Les lois qui ont rendu au marché du travail une flexibilité suffisante ont été pensées par Peter Hartz directeur du personnel de Volkswagen. En Italie, le quotidien 24 Ore tire à 300.000 exemplaires pour exprimer l’opinion du patronat milanais. Dans les pays anglo-saxons de nombreuses universités et fondations sont créées ou soutenues par des entrepreneurs. C’est Leonard Reed, brasseur de Californie, qui a créé FEE, Foundation for Economic Education, qui a permis à Reagan de devenir gouverneur de Californie, puis Président des Etats Unis : la FEE lui avait demandé de faire des conférences sur un Français nommé…Frédéric Bastiat. L’émergence d’une nouvelle classe politique a été possible par la reconquête du milieu intellectuel. Mises, Hayek et Friedman avaient tué Keynes.

En France aujourd’hui la cause libérale n’est soutenue que par quelques rares petits artisans dépourvus de moyens, donc d’influence ; les médias les ignorent. Par comparaison « Alternative Economique », organe de la gauche anticapitaliste, est distribué gratuitement aux lycéens et étudiants, financé par les deniers publics et promu par l’Education Nationale. Certes, quelques riches « think tanks » ont été créés par quelques grands du CAC 40. Mais à ce jour, je n’ai jamais vu le lien entre ces Instituts et la pensée libérale. Je souhaite vivement qu’une nouvelle génération de Michelin investisse à nouveau dans la lutte contre l’illettrisme économique, véritable fléau de la France, et principal soutien de l’Etat Providence, de la corruption et de l’injustice.

Oui, François Michelin a été un patron tel que nous aimerions bien en avoir aujourd’hui. Pour servir la cause la plus indispensable et la plus noble : celle de la liberté et de la responsabilité. Merci, Monsieur François.

Il y aura un « après 11 janvier », nous dit-on. La « marche républicaine » ouvrirait une ère nouvelle, la barbarie devrait être anéantie, l’union nationale devrait se prolonger. Qui ne se réjouirait de telles perspectives ? Mais je m’interroge sur les arguments et les moyens envisagés pour bâtir une France nouvelle, du moins à court terme.

 
More Articles :

» Libres de fêter Noël

Nous sommes libres de notre Noël. La façon dont nous le vivons est un choix personnel, un choix familial et traditionnel.

» L’affaire Ghosn : avatar d’un capitalisme dévoyé

La vraie gouvernance exige un marché financier libéré

» Le recul du gouvernement : est-ce si grave ?

Le débat n’est pas clos et l’avancée était minime

» Après les commémorations, vive la routine

Dialogue social, croisade écologique : retour avec plaisir à la France profonde

» Pourquoi l’Allemagne a-t-elle fermé ses frontières ?

Campagne de presse contre Angela Merkel, qui se serait reniée

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1361 du 25 avril 2018

Editorial : La sueur des autres
Actualité
:
La vraie nature de l’impérialisme américain - Jeunesse et éloquence : Macron a séduit les Américains - Gentils étudiants et méchants CRS
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Pierre Bentata, Les désillusions de la liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...