Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Le fondateur de l’école autrichienne

Carl Menger est souvent associé à Stanley Jevons et Léon Walras comme l’un des piliers de la « révolution marginaliste » qui a fait rupture avec le classicisme anglais de Ricardo et Mill. Il est vrai qu’il cherche, comme ses contemporains, à rendre compte de la rationalité des choix individuels.

Lire la suite...
Correspondances PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 29 Juin 2015 00:00
N'ayez pas peur l www.libres.org

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

 

 

Pourquoi ce sonnet des Fleurs du mal m’est-il revenu en mémoire au moment de vous écrire ? C’est que le poète sait traduire des impressions, des climats, que nul analyste, nul philosophe, ni même nul économiste ne peut exprimer. C’est que je m’interroge sur les terribles défis des jours présents et me demande si nous sommes en correspondance avec ce monde agité, qui nous adresse tant de messages que nous avons du mal à situer dans une ténébreuse et profonde unité.

Le défi du terrorisme et de la barbarie nous interpelle. Il n’est pas nouveau, voilà des siècles que l’humanité est en recherche de la civilisation, c'est-à-dire d’une civilisation de l’amour. Le XXème siècle a atteint des sommets : quatre régimes totalitaires, deux guerres mondiales, des génocides et des déportations. Le XXIème siècle commence plutôt bien : le 11 septembre, Daech. La prévention et la riposte prennent la forme d’initiatives diplomatiques et militaires, mais les « bruits de guerre » sont trop étouffés pour impressionner le fanatisme arrogant. Suivant l’exemple des Etats Unis, l’Occident se complaît dans l’ambiguïté et la pusillanimité. Nous croyons cependant que la réponse fondamentale est dans la renaissance morale et spirituelle de la vieille Europe, mais aussi de l’Amérique dévoyée par Obama. Où en est-on dans la voie de cette réaction ? Pour l’instant, il n’y a aucune correspondance entre l’urgence de la lutte armée contre le terrorisme et la lente agonie des valeurs universelles et intemporelles de l’humanisme.

Le défi du désordre politique nous concerne particulièrement en France. La classe politique a perdu tout crédit, elle s’est ruinée dans les divisions, les impuissances, dans les arrogances, dans les scandales. Même face au terrorisme elle réussit à se ridiculiser par ses atermoiements, par ses querelles intestines. Elle est heureusement accompagnée par des médias qui essaient de nous rassurer avec l’évocation d’un grand pays, qui aurait su faire preuve d’un esprit de résistance et qui aurait cultivé les grandes « valeurs républicaines » : autant de masques sinon de mensonges. Nous voici donc sans perspective autre qu’électorale, sans objectif autre que la conquête ou la pérennité du pouvoir. Pourtant les hommes et les expériences ne manquent pas pour montrer la voie des grandes réformes. Les libéraux s’expriment avec talent et courage et proposent et proposeront des changements de nature à réduire l’Etat pour le mettre au service de la nation. Mais ils ne sont pas écoutés, la conspiration du silence est totale et, à ce jour, aucun leader ne porte le message avec quelque chance d’être entendu. Les expériences qui ont permis à de nombreux gouvernements de rompre avec l’Etat Providence, pourvoyeur de misère et d’inégalités, ne sont pas tenues pour significatives dans un pays où se célèbre et se pratique « l’exception française ». Pour l’instant il n’y a aucune correspondance entre l’urgence des réformes et l’ignorance des réalités.

Le défi d’une société désarticulée nous atteint tout également. La destruction de la cellule de base qu’est la famille s’est amplifiée et accélérée pendant cette législature, mais les précédentes avaient labouré le champ de l’inconscience et de l’irresponsabilité, il suffisait de semer. Alors fleurissent les communautarismes, les corporatismes, les syndicalismes à la recherche de privilèges acquis au dépens du mérite, du travail, de l’honnêteté, du savoir. Alors le choix est entre, d’une part, la servitude consentie, et c’est la tyrannie du statu quo qui s’installe, ou d’autre part la solution individuelle par le repli sur soi ou la fuite à l’étranger. La jalousie, la tricherie, la haine et la violence ont pénétré les écoles, les professions, les médias et maintenant la religion. La grande victoire de l’Islam n’est-elle pas fondée sur le vide religieux sidéral de notre société ? Dans un pays où l’on ne respecte ni la propriété ni la dignité de l’être humain, où la lutte des classes a déjà l’allure d’une guerre sainte, comment s’étonner du fanatisme triomphant, du mépris et de la haine des autres ? Pourtant combien de Français n’ont-ils pas renoncé et se comportent-ils en personnes responsables, généreuses, attentives aux autres, aux enfants, aux malades, aux handicapés ? Ces témoins d’un humanisme profond, ces artisans d’harmonie sociale vont-ils disparaître ? Pour l’instant, il n’y a aucune correspondance entre l’urgence d’une paix sociale et la rémanence des puissances sectaires, idéologiques et partisanes.

Puisque les correspondances n’existent pas, ne se sentent pas, il faut les créer, en répandre les parfums, les couleurs et les sons. C’est la tâche ambitieuse, exigeante, mais nécessaire que je me suis assignée, comme tant d’autres amis, aux côtés desquels je me bats depuis des années pour faire converger ce qui aujourd’hui se juxtapose sans jamais se joindre : le contenu concret des réformes de nature à relever les défis de plus en plus nombreux et dramatiques d’une part, et d’autre part le souffle de la liberté, de la responsabilité et de la dignité qui puisse éclairer les esprits et stimuler les énergies. Il n’est pas suffisant de constater et de déplorer le déclin de la civilisation, de l’ordre et de l’harmonie. Il faut aussi aller à la source de l’espoir et continuer notre croisade dans la joie et la foi.

Serons-nous en correspondances ?

Le père a-t-il encore quelque utilité, quelque place, quelque considération dans la société postmoderne ? Est-il encore géniteur, chef de famille, patron ? On peut en douter. Est-ce un bien, est-ce un mal ? On peut en débattre.

 
More Articles :

» Nos craintes étaient justifiées, hélas !

Le numéro 1300 de la Nouvelle Lettre a été spécial à plusieurs points de vue. Publié à l’occasion de la cérémonie du cinquantenaire de l’ALEPS, il marquait aussi la 36ème année de parution de notre « bulletin de la paroisse...

» Pourquoi je défendrai Fillon

Je suis personnellement déterminé à défendre la candidature de François Fillon aussi longtemps qu’il ne sera pas mis en examen – il s’est engagé à se retirer dans ce cas. Peu m’importe de savoir si le « parquet national...

» Peut-on savoir ce qui se passe à Alep ?

Suivant un choix arbitraire les médias accusent Poutine, Assad, Daech ou les « rebelles »

» Inflexions de la campagne ?

  Nous sommes à quelques petites semaines des primaires et à quelques petits mois des présidentielles. La campagne s’est relancée à la rentrée, elle va certainement prendre un tour nouveau quand la gauche se sera mise en ordre de bataille....

» Le miracle de l’assimilation culturelle

L’Etat Providence rend impossible toute assimilation

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1322 du 16 mai 2017


Editorial : Un triste gouvernement centriste

Conjoncture : Faut-il reparler des retraites ?

Actualité  : Le 13 mai 2017 - Il ne faut pas désespérer Billancourt…ni la CGT

Spécial présidentielles  : Ecrit au lendemain de la victoire de Hollande, il y a cinq ans - L’Europe, terre d’élection pour Emmanuel Macron - Premier entretien avec Edouard Philippe - Emmanuel Macron serait-il Tony Blair ?

Lu pour vous : Pan sur le bec - Il y a libéralisme et libéralisme

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...