Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

L’économie est déséquilibre

Figure emblématique de l’école « autrichienne », ce professeur à l’Université de New York a développé l’idée de son maître Mises : l’économie est déséquilibre.

Lire la suite...
Principes et Expédients PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Dimanche, 31 Janvier 2016 00:00
Liberté l www.libres.org

La liberté ne peut être sauvegardée qu’en suivant des principes et on la détruit en se servant d’expédients. (Hayek).

 

 

C’est le hasard qui m’a permis de retrouver cette sentence de Hayek, dans le troisième chapitre du tome premier de Droit Législation et Liberté. En introduction de ce chapitre, Hayek cite un article de la Constitution de la Caroline du Nord  La référence fréquente aux principes fondamentaux est absolument nécessaire pour conserver les bienfaits de la liberté.

Pourquoi s’arrêter à ces idées ? Doit-on s’arrêter à de telles considérations quand il y a le feu à la maison ? La réflexion n’est-elle pas un luxe quand l’action doit être immédiate et efficace ? Certains d’entre vous se poseront ces questions et sont peut-être lassés de lire sans cesse mes homélies sur les principes du libéralisme. Je connais d’ailleurs beaucoup de libéraux sincères qui n’aiment pas la référence au « libéralisme », un mot qui aurait des relents de passéisme et qui rebuterait l’opinion publique.

Nous voilà loin de l’actualité ? Pas du tout, si je m’en reporte aux débats et aux écrits de tous les jours. Les débats sont ardents au sein de la société politique autour de la déchéance de la nationalité, ils défraient la chronique, et cela pourrait sembler risible dans la conjoncture économique de notre pays et dans la tension sociale qui annonce peut-être l’explosion. Mais c’est qu’en fait la gauche se déchire, et sans doute aussi l’opposition, puis enfin la société civile, sur les liens entre liberté et sécurité. L’expédient, c’est l’état d’urgence, le principe c’est l’état de droit.

Du côté des écrits, même constat. Les prolégomènes d’une alternance politique s’inscrivent dans les multiples livres à succès que nous proposent les candidats, déclarés ou potentiels. L’ouvrage de Nicolas Sarkozy, dont un bref commentaire vous sera proposé ici, illustre parfaitement la préférence pour les expédients et l’ignorance des principes.

Dans ma lettre ouverte aux libéraux (qui n’est certes pas la loi des douze tables, mais bien plutôt un mode d’emploi du libéralisme), j’insiste sur le double risque et de l’empirisme et de l’empilement. Empirisme entendu au sens de refus de la doctrine, rejet de toute vision d’ensemble. Empilement de mesures destinées à séduire des clientèles diverses (le célèbre patchwork électoral). Bien évidemment, à cette heure du moins, nos réformateurs nous régalent de l’évocation et de la promesse de mesures qui sont autant d’expédients, et en oublient les principes.

Hayek illustre cette détestable dérive avec l’évolution du droit. A l’origine traduction en règles concrètes de principes de liberté, le droit s’est avili en législation, accumulation de textes et de jurisprudences incohérents, illisibles et souvent liberticides. La bonne loi est claire, générale, intemporelle. La législation est compliquée, appliquée, circonstancielle.

Ce que je souhaite ardemment, dans la tradition et l’enseignement d’Hayek, c’est qu’au cours des mois à venir on en revienne, aussi souvent que possible, aux principes de la liberté. Ils sont pourtant bien connus, l’humanité les a découverts au prix de guerres, de révolutions, de totalitarismes, de désespoirs.

La liberté est inscrite dans la nature de l’homme, elle a pour vertu d’épanouir sa dignité, et pour vice de le dégrader. La liberté est garantie par des règles nées de l’expérience, fruits d’un processus historique d’essais et d’erreurs. Les règles de la liberté garantissent à tout être humain la vie, la liberté (au sens d’absence de coercition), la propriété. Ainsi jaillit un « ordre spontané », ainsi défini par contraste avec les « ordres créés » par la volonté d’un monarque ou d’une oligarchie, despotes éclairés toujours désireux d’organiser la société rationnellement, scientifiquement (« présomption fatale » rappelle Hayek).

Vous me direz que Sarkozy, Juppé ou Macron n’auraient aucune chance d’être élus s’ils s’en tenaient à ces considérations, à ces principes. C’est exact, mais les libéraux savent très bien qu’il est possible, même si c’est difficile, de transcrire ces principes dans la réalité des activités et des relations humaines : liberté économique (libre entreprise et libre échange), liberté politique (état de droit, subsidiarité), liberté sociétale (prééminence des choix personnels sur les mœurs publiques). Il reste donc un long parcours à faire pour abandonner le monde et la mode des expédients pour revenir aux principes. Aidons-les à faire le parcours.

 
More Articles :

» En France la justice est expéditive depuis deux siècles

La Constitution de la 5ème République et l’ENM ont aggravé la situation

» Nos craintes étaient justifiées, hélas !

Le numéro 1300 de la Nouvelle Lettre a été spécial à plusieurs points de vue. Publié à l’occasion de la cérémonie du cinquantenaire de l’ALEPS, il marquait aussi la 36ème année de parution de notre « bulletin de la paroisse...

» En attendant Macron…

Il fera connaître demain le détail de son programme économique

» Santé : Fillon clarifie son plan

Clarification ou renonciation ?

» Macron : la voiture-balai

Les ralliements s’accélèrent : forces vives ou boulets ?

Veille de campagne

Flashes du jour

Fort heureusement, la mise en examen de Pénélope Fillon, à la suite d’une instruction « à charge » et d’une « célérité inhabituelle » (Me Cornut-Gentil) a eu peu d’écho puisque les médias ont été occupés à commenter : le choix de Valls, la lettre de divorce des Anglais avec l’UE, la défaite de la France face à l’Espagne.

 

Lire la suite...
 
Manuel Valls votera Macron

(Bourdin, 8 :30) : ce n’est pas un ralliement (dont visiblement Macron déclare n’avoir rien à faire, il reste le « maître de l’horloge »), mais un devoir national pour barrer la route à Marine Le Pen.

 

Lire la suite...
 
L’île de la Guyane

Macron a évoqué « l’île de Guyane » : ignorance ou lapsus ? A trop parler on finit par dire n’importe quoi. Voilà de quoi inspirer confiance !

 

Lire la suite...
 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : L’illusionniste

Conjoncture : Le CAC à 5000 : reprise ou bulle ?

Actualité  :Angela Merkel ne sa laisse pas impressionner - Ecosse, Irlande : les dégâts collatéraux du Brexit - Quelles leçons des élections aux Pays-Bas ?

Spécial présidentielles  : La campagne serait-elle enfin commencée

Actualité libérale  : Davantage présents dans la campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...