Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

L’économie mathématique

Les études d’ingénieur de Léon Walras l’ont conduit à rêver d’une science économique qui serait plus rigoureuse, parce qu’elle utiliserait un langage mathématique. Comme Jevons, Walras utilise le principe du « calcul à la marge » pour expliquer la logique des choix individuels.

Lire la suite...
La mode du revenu universel PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 12 Avril 2016 00:00

Une mesure libérale inventée par Friedman ? Pas du tout : un non sens

 

 

Certains cherchent un substitut au « système social français » : s’il a été réputé « le meilleur du monde », et même si Obama a voulu l’importer aux Etats-Unis, il n’en est pas moins ruiné, épuisé, injuste et condamné. Pourquoi ne pas choisir le « revenu universel » pour remplacer l’usine à gaz des allocations, primes, exonérations, subventions, toutes dépenses incontrôlées qui appellent des impôts, des cotisations, des seuils, des critères, etc. aussi innombrables qu’arbitraires et paralysantes ?

 

Une idée qui fait son chemin

Comme le souligne Emmanuel Martin dans la newsletter de l’IREF du 4 avril, le revenu universel est à la mode : les Suisses devraient bientôt se prononcer sur une proposition du Conseil Fédéral ; Frédéric Lefebvre, député LR jadis porte-parole de l’UMP, l’a proposé et Madame le ministre du travail a demandé qu’on étudie la pertinence d’un « revenu de base ». Un think tank français étiqueté comme libéral en fait son cheval de bataille : cette mesure n’aurait-elle pas été inventée par Milton Friedman, lui-même ?

C’est sans doute sa simplicité qui en fait le succès. Le revenu universel, ou revenu de base, ou revenu minimum garanti, signifie que chaque citoyen français, quels que soient son âge et sa condition, percevrait devrait percevoir mensuellement un revenu dont le montant serait (par exemple) de 500 à 600 euros pour les jeunes et entre 800 et 1.000 euros pour les adultes. Dès lors, disparaîtrait « tout ce maquis de système d’allocations, d’aides sociales, et […] toutes ces administrations qui les gèrent, qui les contrôlent » : fin de la Sécurité Sociale ! Source d’économies gigantesques, cette mesure aurait pour effet « d’éradiquer la pauvreté » (Lefebvre) et d’en finir avec le principe de la redistribution qui consiste à dépouiller Pierre pour habiller Paul.

L’impôt négatif de Friedman

Comme le fait remarquer à juste titre Emmanuel Martin, la mesure envisagée par Friedman n’a pas grand-chose à voir avec le revenu universel, si ce n’est l’idée que toute personne peut recevoir de ses semblables l’assurance d’un filet social suffisant dans les périodes difficiles. Friedman insistait d’ailleurs sur le fait que l’Etat n’a pas le monopole du cœur et que la solidarité volontaire, exercée dans le cadre des associations, clubs et églises diverses, était autrement plus performante que la solidarité forcée gérée par l’administration.

L’idée de Friedman avait elle aussi le mérite de la simplicité. Supposons un seuil de revenu imposable pour un foyer. Ceux qui atteignent le seuil et le dépassent n’ont droit à aucune allocation ou exemption. En revanche, ceux qui sont en dessous du seuil percevront une partie (et une partie seulement) de la différence entre leur revenu déclaré et le seuil en question. C’est « l’impôt négatif », symétrique de l’impôt positif. Friedman y voyait deux avantages : éviter aux foyers en difficulté de multiplier les démarches et les informations pour faire valoir leurs droits sociaux et les empêcher de verser dans l’assistanat. A l’inverse, remarque Emmanuel Martin, le revenu universel est inconditionnel et constitue en quelque sorte une rente de pauvreté !

Liberté et responsabilité

Gary Becker, autre Nobel libéral, est allé au cœur du problème en disant simplement : « S’il y a des individus laissés pour compte on peut prévoir un filet social à leur intention, mais ces cas doivent demeurer marginaux et il faut se garder, comme on le fait maintenant, de construire tout un système d’Etat Providence sur des hypothèses extrêmes qui ne concerneraient normalement qu’une infime minorité de la population ».

Le revenu universel cumule les erreurs : l’Etat Providence, et l’égalitarisme. Comme l’a fait à juste titre remarquer Madelin au cours d’un débat organisé le 24 mars dernier par Henri Lepage et l’Institut Turgot, le succès du revenu universel naît « de la peur » : dans des conjonctures dépressives comme la nôtre on recherche la sécurité ; donner à tous, dans un esprit de « partage » devrait permettre d’éliminer les tensions sociales.

Il n’en est évidemment rien : comme nous le disons à l’ALEPS, le progrès social est le résultat de la liberté économique et chacun peut améliorer son revenu par son mérite, son travail, son épargne, son esprit d’entreprise et de compréhension. La liberté engendre la responsabilité universelle – bien préférable au revenu universel.

 
More Articles :

» Macron : Empathique et Emphatique

Empathique : il s’est adressé à de nombreuses catégories de Français en comprenant leur inquiétude, leurs besoins, en les remerciant et les encourageant à faire un effort salutaire pour tous. Emphatique : il a grossi démesurément les...

» Etat Providence et culture

Comment la culture française a été détruite par le marxisme

» A quoi servent les riches

Ils servent à diminuer le nombre de pauvres. Voilà un théorème qui devrait mettre fin au grand débat de l’heure : le budget 2018 est-il un budget conçu pour les riches ? Ce débat est déplacé, au moment où les fléaux du chômage et du...

» Pourquoi les Français n’aiment pas les réformes

Jupiter est par nature olympien. Il devait donc s’adresser aux humains du haut du Parthénon. L’héroïsme politique s’exprime plus facilement à Athènes, aujourd’hui ville de Tsipras, symbole de la démocratie européenne.  

» Le héro auto-proclamé

« Nous devons renouer avec l’héroïsme politique » : la couverture du Point, déjà riche du portrait de notre Président, s’enlumine de cette phrase extraite de l’interview-fleuve donnée au bon peuple par Emmanuel Macron en cadeau de...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...