Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

La route de la servitude

En décembre 1943 Hayek écrit à Londres un ouvrage qui porte ce titre. En 1945, ce livre lui vaudra la célébrité :

Lire la suite...
Les trains roulent à gauche PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Dimanche, 24 Avril 2016 00:00
Libéralisme "maison" l www.libres.org

En France les trains roulent à gauche. Quand ils roulent…

L’actualité ferroviaire et sociale nous inviterait à croire que les cheminots, la CGT de Martinez, le Mélanchon et les frondeurs sont les derniers vestiges de la gauche. Emmanuel Macron nous invite à croire que cette gauche française a perdu la partie. Notre pays serait-il prêt à rouler à droite, comme le font les usagers de la route ?

 

 

.

 

 

En fait, Emmanuel Macron n’a pas tout à fait raison : sur l’autoroute politique, il est fait obligation de tenir sa droite, mais les grosses cylindrées prennent la file de gauche.

C’est tout le problème de Macron : il roule à gauche, mais il voudrait doubler à droite.

Vous n’y comprenez rien ? Moi non plus. La première incartade verbale de l’Emmanuel a été de proclamer que « le libéralisme est de gauche ». Le syllogisme semblait solide : je suis de gauche, donc je suis libéral. Or (je ne cesse pour ma part, mais comme d’autres, de le répéter) le libéralisme n’est ni de gauche ni de droite, car gauche et droite ne signifient rien dans les faits. Dans les faits, droite comme gauche se sont alignées depuis des lustres sur la doctrine socialiste et il n’y a pas de droite libérale ; au mieux il y a une droite étatiste, mais étatisme et socialisme marchent de pair puisque tous deux ont réduit les libertés individuelles au point que la France passe aux yeux de l’étranger pour le dernier pays communiste du monde.

Mais voici que l’Emmanuel nous passe maintenant un second plat : l’opposition n’est plus entre droite et gauche (j’en conviens) mais entre conservatisme et progressisme, entre le parti de l’ordre et celui du progrès – comme on dit encore. A-t-il raison ? Oui et non.

Oui dans la mesure où la gauche, comme la droite, refuse toute réforme véritable pour une raison essentielle : ne pas remettre en cause les privilèges, prébendes, gaspillages et corruptions accumulés au fil des siècles, traduits en termes politiquement corrects sous le nom d’« acquis sociaux » ou mieux encore : « modèle social français ». Ajoutez que ces acquis ont été « arrachés de haute lutte » par les salutaires forces syndicales, ou sont le fruit d’une « tradition républicaine » : vous avez alors un discours prêt pour les médias. Si vous y ajoutez une pincée de nationalisme chauvin en suggérant que c’est ce qui fait la grandeur de la France, vous pouvez élargir le spectre de votre clientèle électorale.

Non dans la mesure où Macron refuse de nous dire ce que sont progressisme et conservatisme. Conservatisme de quoi ? Des acquis sociaux, ou bien des valeurs morales et spirituelles qui forgent une nation, qui créent l’harmonie d’une société ? A droite comme à gauche, il est bien pensant de faire évoluer les droits en fonction des mœurs et de saluer toute évolution des mœurs comme un progrès, même au prix du droit naturel : vive l’explosion de la famille, de la jeunesse, de la religion, vivent les atteintes à la vie, à la liberté, à la propriété.

Et le progrès, c’est quoi ? Le sens de l’histoire ? La sauvegarde de la planète ? La philosophie du genre ?

Les libéraux sont clairs sur ce point : le progrès, c’est la liberté assortie de la responsabilité et ordonnée à la dignité de la personne. Comme le signifie l’ALEPS, c’est la liberté économique qui permet le progrès social. Et c’est la liberté scolaire qui permet l’épanouissement personnel. Et c’est la liberté patrimoniale qui permet la prospérité et la sécurité. Et ainsi de suite : la liberté se décline dans tous ses sens, parce qu’elle est sous-tendue par une conception de l’homme qui conjugue intérêt personnel et service de la communauté, diversité et harmonie.

Pour reprendre l’image de l’autoroute, il n’y a progrès que dans la perspective d’une destination : que les Parisiens ne prennent pas l’A7 pour aller à Lille. Au bout du compte Emmanuel Macron occulte le vrai choix, qui n’est pas entre droite et gauche, ni davantage entre conservatisme et progressisme, mais bien entre libéralisme et socialisme.

Il est vrai qu’il n’a peut-être pas fait lui-même son propre choix : s’il est avant tout (comme c’est vraisemblable) à la recherche du pouvoir, il s’en remet à la vieille recette qui consiste à aller chercher les voix « de l’autre côté ». S’il a des convictions libérales rentrées, qu’il n’hésite pas à rompre avec le socialisme – son discours iconoclaste sur l’ISF ou sur les corporations serait un premier pas. Il devra aussi rompre avec son Président, avec les socialistes du PS, du FN et d’ailleurs.

Comme le disait Jacques Rueff en 1974 (peut-être à l’adresse de Giscard) : « Soyez socialiste, soyez libéraux, mais dites la vérité ».

En France les trains roulent à gauche. Quand ils roulent…

L’actualité ferroviaire et sociale nous inviterait à croire que les cheminots, la CGT de Martinez, le Mélanchon et les frondeurs sont les derniers vestiges de la gauche. Emmanuel Macron nous invite à croire que cette gauche française a perdu la partie. Notre pays serait-il prêt à rouler à droite, comme le font les usagers de la route ?

 
More Articles :

» Cet homme est dangereux

Emmanuel Macron est une menace : pour l’honneur, pour la vérité, pour la démocratie. 

» Santé : Fillon clarifie son plan

Clarification ou renonciation ?

» Le 23 Avril votez Trump

Ou, si vous préférez, votez contre Trump.Sans trop le vouloir, le nouveau Président des Etats-Unis d’Amérique s’est invité dans notre campagne présidentielle. Je le constate et je trouve indécente et dramatique cette référence...

» Macron : la voiture-balai

Les ralliements s’accélèrent : forces vives ou boulets ?

» Ceta : le libre échange organisé par les protectionnistes

Ceta : Comprehensive Economic and Trade Agreement, accord global sur l’économie et le commerce. Ce traité est en attente de signature entre le Canada et l’Union Européenne. Ses pérégrinations traduisent la profondeur de la crise...

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...