Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Le père des néo-classiques

Après la « révolution marginaliste » qui avait pris des allures fort différentes dans les œuvres de Jevons, Walras et Menger, il fallait sans doute le talent pédagogique d’Alfred Marshall pour proposer un schéma d’exposition simple des principes de la science économique.

Lire la suite...
L’affaire Ghosn : avatar d’un capitalisme dévoyé PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mercredi, 11 Mai 2016 00:00

La vraie gouvernance exige un marché financier libéré

 

On peut voir dans l’affaire Ghosn une simple passe d’armes entre deux fortes individualités. On peut aussi expliquer l’ardeur de notre jeune ministre de l’Economie par son désir de marier entreprise capitaliste et justice sociale, couple utopique de la sociale démocratie. D’ailleurs, la rémunération des grands patrons scandalise beaucoup de Français, même ceux qui acceptent les salaires des footballeurs et les cachets des artistes.

En réalité, il s’agit d’un débat bien plus important, qui agite la science économique depuis les années 1930 et a rebondi avec la crise de 2008.

Entre les deux guerres mondiales, l’émergence aux Etats-Unis des « grands trusts » industriels (pétrole, sidérurgie, mécanique, électricité) a accrédité la thèse de la fin prochaine du système capitaliste. La thèse devait beaucoup au marxisme : victime de ses « contradictions internes », le capitalisme court à sa perte. Les profits s’accumulent dans de grandes sociétés qui produisent en très grande quantité et à coûts décroissants (« courbes plates » de Srafa), balayant les PME, rendant la révolution prolétarienne inéluctable, même si elle était retardée par l’impérialisme (exploitation commerciale des colonies). La crise de 1929 permettait à Schumpeter, bien qu’adversaire du marxisme, d’annoncer la disparition du capitalisme (Socialisme capitalisme et démocratie ). Berle et Means expliquaient le volet juridique de cette apocalypse : les actionnaires des grandes sociétés n’avaient plus aucun contrôle des dirigeants, les assemblées générales étant entre les mains d’une minorité de gros porteurs. S’ouvrait ainsi « L’ère des managers » (Burnham). Un dernier pas était franchi dans les années 1950 avec Galbraith : dans les pays capitalistes, le pouvoir a échappé aux actionnaires propriétaires, de même que dans les pays socialistes il avait échappé aux ouvriers ; il était désormais partagé entre grands directeurs, grands syndicats, grandes administrations, de sorte que l’avenir serait à la convergence des systèmes vers un « nouvel Etat industriel ».

Ces funestes prévisions ont été démenties. Aux Etats-Unis, les dinosaures industriels ont disparu et la croissance s’est localisée dans une nuée de PME, la souplesse caractérise l’économie de services. Toutefois le numérique a remis quelques vieilles idées à la mode.

A ma connaissance, c’est Henry Manne qui a expliqué l’erreur. S’il est vrai que les petits actionnaires ne contrôlent plus les assemblées générales, en dépit des réglementations visant à les protéger, il existe un marché financier actif, qui leur permet de mettre en danger des dirigeants qui n’assureraient pas la rentabilité de leurs placements : les cours chutent, menaçant les grands patrons d’une Offre Publique d’Achat ou d’Echange, et des concurrents actuels ou potentiels vont prétendre remettre les entreprises sur la voie du profit et de la distribution de dividendes. Le marché financier est ainsi le vrai gendarme de l’entreprise et le meilleur garant de la propriété privée. Dans le système capitaliste, la gouvernance (mot inventé par Henry Manne) dépend de la chaîne : bonne gestion = satisfaction des clients = profits = satisfaction des actionnaires = cours élevés = confiance aux managers.

Dans cette logique, la rémunération des managers est sous le contrôle des administrateurs, eux-mêmes sous contrôle du marché financier. Le niveau de rémunération fait partie des critères de bonne gestion.

Que se passe-t-il dans l’affaire Ghosn ? Parmi les administrateurs de Renault figure l’Etat, dont le souci essentiel n’est ni la rentabilité de l’entreprise ni la qualité de ses produits. En fait, ici comme dans bien des cas, les administrateurs sont devenus inamovibles et le jeu du marché financier ne les concerne pas, ou pas principalement. Il y a à cela deux raisons :

La première c’est l’esprit de corps : les administrateurs sont choisis au sein d’une élite d’ingénieurs, de financiers, de dirigeants issus des mêmes écoles ou de la même promotion de l’ENA (Voltaire !), et ils siègent dans plusieurs conseils, le système est bien verrouillé.

La deuxième c’est l’altération des cours de bourse par la politique monétaire laxiste, qui donne aux opérateurs la facilité de spéculer et de créer des bulles, au lieu de prendre en compte les seules performances de gestion des entreprises.

Dans les deux cas, c’est l’Etat qui dérègle le système : le choix des administrateurs est guidé par les relations étroites entre dirigeants et hauts fonctionnaires, c’est un avatar de l’économie dirigée, particulièrement sensible en France, Quant à la politique monétaire, elle est l’outil du pouvoir entre les mains des Banques Centrales.

Cette alliance entre classe politique et monde des affaires donne le « capitalisme de connivence », système où la logique du profit n’a plus sa place (on a tout fait pour le diaboliser). La gouvernance a disparu. Le vrai péril n’est pas le capitalisme, mais l’Etat.

 
More Articles :

» COP 21 : Résistances à Trump

Pourquoi cette unanimité ? Est-elle toujours légitimée ?

» Le G20 est-il cohérent ?

Le G 20 vient de se réunir à Hangzhou, en Chine, dernier G20 pour Hollande, a-t-on dit ! Ce qui ressort de cette rencontre est assez incohérent : d’un côté, un désir confirmé de sauver la croissance. Depuis la crise de 2008 il ne cesse de...

» A la jeunesse française

Je m’adresse à cette infime minorité de jeunes qui ont manifesté contre un projet de loi dont on ne sait ce qu’il sera, mais dont on sait ce qu’il a été : une nouvelle manifestation de la tyrannie du statu quo, mais pis encore la preuve...

» Socialisme : la querelle des anciens et des modernes

En général, je ne m’occupe pas du socialisme, j’ai mieux à faire. D’une part, tout a été dit sur cette doctrine depuis qu’elle existe, ce qui aurait dû en éloigner tous les gens sains d’esprit. D’autre part, je crois plus utile de...

» Emmanuel Macron et les réformateurs socialistes

L’interview d’Emmanuel Macron par Jean Jacques Bourdin sur BFM télé et RMC mercredi dernier a eu un écho retentissant, et à plus d’un titre. 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...