Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

La crise est inéluctable

A la différence d’Adam Smith et Turgot qui pensaient que l’activité économique apporte le progrès en permanence, grâce à des adaptations permanentes voulues par le marché, Malthus estime que la crise est inéluctable dans un pays industrialisé.

Lire la suite...
La peur au ventre PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 13 Juin 2016 00:00
Jeu de réformes l www.libres.org

Parmi les candidats à la primaire de novembre, il en est un qui se voit déjà à l’Elysée, c’est Alain Juppé. Il n’a pas tort, puisqu’il caracole en tête de tous les sondages. C’est ce qui l’amène, dit-il, à tenir un discours qui se veut « responsable ».

 

 

 

 

 

 

.

 

 

Veut-il dénoncer l’irresponsabilité de concurrents réels ou potentiels ? Il est vrai que la démagogie est l’arme préférée de plusieurs candidats, déclarés ou non. Mais je penche hélas pour une autre lecture : la responsabilité, c’est l’alibi de la peur au ventre, de la sclérose politique. Je crains qu’à l’approche de 2017 d’autres candidats contractent à leur tour la même maladie. Le libéralisme risquerait alors de nous passer sous le nez.

Je me suis donc fait un devoir dimanche dernier de suivre l’émission « Vérité politique » proposée par TF1. Comme c’était normal, le premier invité de cette première émission a été Alain Juppé, le deuxième sera en juillet Manuel Valls. Madame Agnès Verdier Molinié, présidente de l’IFRAP, a eu le privilège d’interroger le candidat sur son programme économique. Elle l’a fait à sa manière, qui n’est pas la meilleure –elle avait été pourtant présentée par Gilles Bouleau comme « libérale ». Mais ses excès même ont permis de mieux mesurer la « responsabilité » d’Alain Juppé à propos de deux changements décisifs :

1° la réduction de la charge fiscale des entreprises : en « faisant tourner ses ordinateurs », l’IFRAP aurait chiffré à quelque 250 milliards d’euros l’écart entre les prélèvements subis en France et en Allemagne, alors qu’Alain Juppé se limite à une réduction des dépenses publiques de 100 milliards, et veut en rester à 26 milliards d’allègements.

2° la réduction du nombre de personnes bénéficiant du statut de la fonction publique : 4,9 millions en France contre 900.000 en Angleterre. Dans le programme Juppé, on se contenterait de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Sur le premier point, Alain Juppé s’est gentiment amusé d’une politique qui serait guidée par la seule considération de ce que diraient des « ordinateurs que l’on fait tourner » : argumentation facile. Mais la dame, sortant enfin de ses chiffres pour se référer à la logique économique, a fait remarquer qu’une baisse des prélèvements libérerait l’innovation et la croissance des entreprises et de leur produit, ce qui accroîtrait rapidement les recettes fiscales. Elle évoquait ainsi les bienfaits (incalculables !) de la dynamique de la libération.

Sur le deuxième point, la position d’Alain Juppé a été plus directe et radicale : toucher au statut de la fonction publique, c’est mettre le pays à feu et à sang. Fin de la discussion, mais aussi syndrome de la peur au ventre et électoralisme au premier degré. Le candidat s’adresse aux électeurs de droite et du centre qui refusent le saut dans l’inconnu, qu’il s’agisse du populisme ou du libéralisme (le socialisme n’étant plus dans la course pour l’instant), mais aussi aux électeurs de gauche qui craignent un chambardement de nature à menacer leurs privilèges et leurs subventions. Etre responsable c’est donc rassurer tout le monde en promettant que rien ne sera réellement changé, c’est s’engager sur ce qui est possible, sans se soucier de ce qui serait souhaitable.

Je tire de cette première rencontre avec Alain Juppé deux enseignements. Le premier, c’est que le débat est désormais engagé entre ceux qui vont oser porter un projet novateur et ceux qui vont sauvegarder le système actuel, au prix de quelques amendements. A ce jour, d’après ce que j’ai lu et ce qui s’est dit, seuls Hervé Mariton et François Fillon ont fait dans l’innovation ; on verra l’évolution au fil des rencontres auxquelles les libéraux convient les candidats.

Le deuxième enseignement c’est qu’un programme doit se situer entre deux écueils : d’une part, celui des calculs macro-économiques, de l’illusoire pointillisme et, d’autre part, celui des grandes pétitions de principes. En évoquant la liberté, l’égalité et la fraternité, en déplorant la « fracture sociale » et le dynamisme des entrepreneurs et des salariés, en plaidant pour l’équilibre entre trop d’Islam et pas assez, entre trop d’Europe et pas assez, en rappelant que la nation est diversité et unité, Alain Juppé se présente comme « responsable » et peut séduire un public élargi. Qui ne serait pas d’accord avec lui ? Mais précisément c’est entre les deux écueils du pointillisme technocratique et du truisme grandiloquent que doit se situer un projet de société.

Le projet libéral représente encore, aux yeux de beaucoup de Français, un véritable séisme. Certes la rupture avec le socialisme et l’étatisme serait soudaine et totale. Mais elle n’est pas utopique, puisque d’autres pays, d’autres gouvernants l’ont réussie. En revanche, pour avoir choisi la modération et la « responsabilité », les libéraux français grands vainqueurs des élections de 1986, ont gaspillé la chance de mettre la France à l’heure de Reagan et Thatcher, et les socialistes sont revenus au pouvoir en 1988. Même chose en 1995, avec la victoire de Chirac soutenu par les libéraux d’Idées Action. Les socialistes sont revenus au pouvoir en 1997. De gauche ou de droite ils n’ont cessé d’y être.

 
More Articles :

» Peste verte, peste rouge

L’heure est à l’international : festival de Cannes, Roland Garros, mais aussi OTAN à Bruxelles jeudi dernier, G7 à Taormina samedi, hier Poutine à Versailles, mais encore hélas lundi dernier à Manchester. 

» Libéralisme : pragmatique ou global ?

Je faisais remarquer il y a deux semaines que chacun accommode le libéralisme à la sauce qui l’arrange. Je suis heureux de réviser aujourd’hui mon point de vue, surtout après les déclarations d’Alain Juppé, venu du gaullisme social et...

» Syndicats, Lycéens, Etudiants, Cheminots : tous seront là

Les professionnels de la chienlit seront mobilisés demain

» Eclairer le chemin

Abordons cette année nouvelle avec la lucidité et la détermination voulues.La lucidité nous rappelle que 2016 sera décisive parce que le débat d’idées s’ouvrira enfin, à la veille d’un véritable choix de société. Trois quarts des...

» Après la bataille

La classe politique aura-t-elle compris la leçon ?

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...